Une couverture flexible des risques de change est importante pour les entreprises.

Couverture flexible des risques de change avec le «participating forward».

L’année 2020 a été marquée par des événements inattendus qui ont posé des défis aux entreprises en termes de couverture des risques de change. Lisa Mahi, FX Sales Corporate & Institutional Clients, explique pourquoi le «participating forward» est une solution intéressante de couverture des risques de change en cette période volatile et incertaine.

Des événements inattendus font de la couverture des risques de change un défi

La pandémie de COVID-19 a pris l’économie mondiale complètement au dépourvu en 2020. La décision de la Fed de réduire la marge de fluctuation des taux directeurs de 1,50%–1,75% à 0%–0,25% a été presque tout aussi surprenante, d’autant que la banque centrale américaine a annoncé qu’elle ne prévoyait aucun changement de la situation au cours des prochaines années. Cette décision a rapidement réduit à néant les espoirs que la Banque centrale européenne au moins relèverait le taux d’intérêt sur sa facilité de dépôt au premier trimestre 2021.

Une bonne stratégie de couverture est importante pour les entreprises

L’importance accrue de la couverture systématique des risques de change pour les entreprises en ces temps incertains a été soulignée en août 2020, lorsque le taux de change USD/CHF a subitement chuté à près de 0.90. La paire USD/CHF s’étant maintenue dans une fourchette étroite comprise entre 0.96 et la parité au deuxième trimestre 2019, les entreprises suisses qui avaient besoin de vendre des dollars US contre des francs suisses avaient tablé sur un taux de 0.99 ou la parité pour protéger leur budget.

Le taux de change USD/CHF connaît un creux en août

Évolution du taux de change USD/CHF en 2020

Source: Credit Suisse

Nombreuses ont donc été les entreprises qui ont décidé de maintenir leur position sans couverture, une stratégie qui les a ensuite piégées. En raison de la chute de la paire de monnaies, certaines entreprises ont fini par devoir vendre des USD contre des CHF en dessous de leur taux de budget, subissant ainsi une perte par rapport à leur taux de référence.

Couverture des risques de change en période de volatilité

Pour les entreprises, la protection du budget ou de la marge bénéficiaire est essentielle pour éviter les pertes. Mais la stratégie de couverture qu’elles choisissent doit être souple. Le fait est que les entreprises ne peuvent finalement jamais savoir si leurs prévisions deviendront réalité ou non. En ces temps volatils, les entreprises pourraient donc trouver utile de couvrir leur exposition par un «participating forward».

Bénéficiez des avantages du «participating forward»

L’utilisation d’un «participating forward» permet à une entreprise d’être protégée à 100% en n’étant responsable qu’à 50%. Si une paire de monnaies évolue en faveur de l’entreprise, cette dernière peut bénéficier des gains de cours sur 50% du nominal couvert.

Avantages et risques du «participating forward»

Avantages:
  • Vous êtes entièrement protégé au taux connu du pire scénario à l’échéance.
  • Parallèlement, vous pouvez bénéficier partiellement des fluctuations favorables du marché.
  • Aucune prime ne doit être payée (stratégie de la prime nulle).
  • Plus de 80 devises et paires de métaux précieux sont disponibles.
Risques:
  • La participation aux fluctuations favorables du marché se limite au taux de participation.
  • Le montant versé dépend du taux du marché à chaque échéance.
  • La clôture ou la restructuration du «participating forward» peut entraîner des coûts ou des gains, selon les conditions du marché.

Fonctionnement du «participating forward»

Si une entreprise décide de couvrir les risques de change par un «participating forward», elle doit définir la paire de monnaies, la duration, le montant nominal pour chaque échéance et le taux de participation. Les facteurs ci-dessus définiront alors le taux de couverture.

À chaque échéance, deux scénarios peuvent survenir (exemple pour le vendeur d’une paire de monnaies):

Scénario 1
Si la paire de monnaies se négocie en dessous du taux de couverture, le montant nominal peut être vendu au taux de couverture correspondant.

Scénario 2
Si, au contraire, la paire de monnaies se négocie au taux de couverture ou au-dessus, le montant nominal multiplié par le taux de participation doit être vendu au taux de couverture. 

Un aperçu des deux scénarios

Exemple pour un vendeur (entreprise d’exportation)

À titre d’illustration uniquement

La flexibilité est essentielle à la couverture des risques de change

En cas de forte volatilité, les instruments de couverture de base tels que le «participating forward» ou l’achat d’options sont par exemple préférables à une opération à terme. Bien que cette dernière reste l’un des instruments privilégiés pour faire face aux fluctuations monétaires, elle n’est pas toujours la plus adaptée dans un environnement volatil.

Une entreprise est également bien protégée par une opération à terme, mais elle ne peut en tirer aucun avantage en cas de fluctuation en sa faveur. Par conséquent, il n’existe finalement aucune flexibilité en termes de montant. Et notamment en période d’incertitude, la flexibilité est essentielle à une stratégie de couverture fiable.