Diversification: comment stabiliser les chaînes d’approvisionnement des PME

Stabiliser les chaînes d’approvisionnement. Mettre l’accent sur la diversification.

Les PME actives à l’échelle internationale ont ressenti la crise du coronavirus à tous les niveaux. Que faire quand les chaînes d’approvisionnement mondiales s’arrêtent soudainement? mb-microtec ag a été confrontée à ce défi au printemps 2020. Dans l’édition actuelle de l’étude sur les PME, le CEO Roger Siegenthaler explique pourquoi il misera de plus en plus sur la diversification à l’avenir. 

Le confinement entraîne des goulets d’étranglement pour les PME

mb-microtec ag, qui produit des sources de lumière à gaz autolumineux et dont le siège est à Niederwangen près de Berne, est mondialement connu. En tant que leader mondial du marché, il approvisionne les secteurs de l’horlogerie, de la sécurité, de l’automobile, de l’aérospatiale et de l’aviation. Une activité de niche lucrative. Puis la pandémie du coronavirus a éclaté au printemps 2020, obligeant de nombreux pays à imposer un confinement. Conséquence: les chaînes d’approvisionnement mondiales ont été mises à l’arrêt.

«Le déclenchement de l’épidémie du coronavirus nous a d’abord fait peur», a expliqué le CEO Roger Siegenthaler dans l’étude actuelle du Credit Suisse sur les PME. La société suisse opérant à l’échelle internationale a connu des goulets d’étranglement à deux niveaux: pour les importations et pour les exportations.

Défaillance de la principale chaîne d’approvisionnement pour les importations

«En général, nous enregistrons une grande création de valeur interne, explique Roger Siegenthaler. En revanche, notre principale matière première qu’est le tritium, un déchet provenant des réacteurs à eau lourde, n’est pas accessible partout dans le monde.»

Ainsi, la société a recours à un seul fournisseur, implanté au Canada. Ce qui s’avère très problématique en l’absence du trafic aérien transatlantique. Le lancement spontané d’une nouvelle source d’approvisionnement a été difficile, notamment du fait que mb-microtec ag loue le conteneur de transport au fournisseur.

Forte diminution de la demande d’exportations

Dans les activités d’exportation, mb-microtec ag a ressenti un net recul de la demande. La raison: elle vend 90% des biens qu’elle produit à l’étranger. «Dans l’industrie horlogère, les ventes aux États-Unis et en Asie ont fortement chuté et il n’était plus possible de rendre visite aux détaillants», explique le CEO.

Le contact personnel est particulièrement important dans les pays asiatiques pour établir des relations d’affaires. Par conséquent, il était quasiment impossible d’obtenir de nouveaux distributeurs.

La diversification des fournisseurs réduit les dépendances

Malgré les défis rencontrés, mb-microtec ag n’a pas été tenu de demander un crédit en urgence. «Comme nous approvisionnons diverses branches, nous avons réussi à compenser les pertes de ventes», raconte Roger Siegenthaler. L’analyse des risques de l’entreprise a néanmoins confirmé la crise du coronavirus: l’approvisionnement unique en tritium constitue un risque majeur.

Afin de réduire la dépendance envers les fournisseurs transatlantiques, mb-microtec ag prévoit la mise en place d’une plate-forme Europe, en collaboration avec des entreprises européennes. Elle aurait pour but de garantir l’approvisionnement via une liaison routière. En outre, la PME a entrepris la construction d’un conteneur de transport pour assurer à l’avenir la flexibilité dans le choix des fournisseurs.

Les placements dans des activités non essentielles renforcent la PME

Avant même la crise du coronavirus, mb-microtec ag cherchait de nouvelles opportunités commerciales dans des domaines non essentiels. «À cette fin, nous avons créé un poste spécifique au sein de la Direction», évoque Roger Siegenthaler. Les projets ont dû être suspendus en raison de la crise, mais la volonté est là.

Pendant la crise, mb-microtec ag a également remarqué qu’elle devait investir davantage dans le développement de produits. À ce titre, l’entreprise envisage par exemple de proposer des solutions de location en sus de la vente de produits. «La crise nous a obligés à faire bouger les choses, à être courageux et à nous lancer dans l’inconnu», résume Roger Siegenthaler, et d’ajouter: «C’est une opportunité.»

Vous aimeriez savoir dans quelle mesure votre PME restera liquide en temps de crise?

Richiedere una consulenza This link target opens in a new window