L’accès au réseau du Credit Suisse a débouché sur Helvesko SA, une entreprise florissante

Helvesko SA: une réussite durable grâce au réseau du Credit Suisse

Il y a 25 ans, lorsque Robert Amrein a étudié un dossier d’entreprise que lui avait remis son conseiller clientèle du Credit Suisse, presque tout semblait s’opposer à l’achat de cette entreprise. L’entrepreneur l’a quand même fait. Aujourd’hui, Melanie Wicki-Amrein, CEO d’Helvesko SA, continue avec passion la success story initiée par son père.

Reconnaître les points de pression

Dans la vidéo, Melanie Wicki-Amrein raconte l’histoire d’Helvesko SA et explique en quoi les débuts de son entreprise sont étroitement liés au Credit Suisse. Pour Helvesko, en tant que magasin spécialisé dans les chaussures de confort, les points de pression que pourrait ressentir la clientèle sont une préoccupation constante. C’est la même motivation que Melanie Wicki-Amrein retrouve chez Sandro Kutschera, son conseiller clientèle du Credit Suisse.

Melanie Wicki-Amrein, CEO Helvesko SA, au sujet de la «Banque des entrepreneurs»

Des stratégies en matière de placement et de dividendes et le lien direct entre l’origine d’Helvesko SA et un conseiller clientèle attentif du Credit Suisse.

«Sans l’aide du Credit Suisse, je ne serais pas CEO d’Helvesko SA aujourd’hui, déclare Melanie Wicki-Amrein. L’origine de notre entreprise tient directement à l’attention d’un conseiller clientèle du Credit Suisse». Il y a 25 ans, son père Robert Amrein était à la recherche d’un nouveau défi. Quelques années auparavant, il avait vendu l’entreprise familiale prospère «Willisauer Ringli» parce qu’il n’y voyait plus d’autres perspectives de croissance et travaillait depuis dans le domaine informatique. Toutes les portes lui étaient ouvertes pour faire une brillante carrière, mais être salarié, ce n’était pas pour lui.

Un entrepreneur qui suit son propre chemin

Dans un entretien avec son conseiller clientèle du Credit Suisse, il se renseigne sur des entreprises à la recherche d’un successeur. Une semaine plus tard, Robert Amrein avait quatre dossiers sur son bureau, parmi lesquels se trouvait celui d’Integra-Nusshof AG, une petite entreprise qui commercialisait des chaussures de confort. «Lorsque mon père est arrivé à la maison avec le prospectus, il a tout d’abord déclenché une grande hilarité», se souvient Melanie Wicki-Amrein et elle rit: «Mon père et des chaussures de confort! Nous disions toujours en rigolant qu’il irait presque se coucher avec une cravate et des chaussures cirées.» Mais Robert Amrein ne s’est pas laissé décourager. Il a étudié la liste des clients et était convaincu que cette entreprise avait du potentiel.

OpportunityNet avant son temps

Cette utilisation intelligente du réseau de la banque, initiée autrefois par le conseiller clientèle du Credit Suisse, est aujourd’hui un service établi du Credit Suisse unique en son genre: OpportunityNet, tel est le nom officiel de la plate-forme qui met en contact des acquéreurs et vendeurs d’entreprise intéressés de manière simple mais avec la plus grande discrétion.

La continuité et la confiance comme atouts

À la mort de Robert Amrein en 2018, sa fille avait depuis longtemps repris le flambeau. «Mon père entretenait déjà une relation empreinte de confiance avec notre conseiller clientèle Sandro Kutschera du Credit-Suisse. Ensemble, ils avaient mis en place un certain nombre de choses avant que je ne prenne la direction, ce qui m’aide beaucoup aujourd’hui. Il s’agit, par exemple, de la garantie d’une structure ordonnée de l’actionnariat avec une mise sous dépôt des actions auprès de la banque», raconte la chef d’entreprise actuelle.

Partenaires sur un pied d’égalité

Bien qu’elle ait en général une attitude plutôt critique envers les banques, Melanie Wicki-Amrein peut la mettre de côté avec son conseiller clientèle Sandro Kutschera: «Il connaît notre affaire et je peux me reposer sur le fait qu’il ne m’appelle que lorsqu’il a une idée qui a vraiment du potentiel. Il n’y a pas de banalités chez lui», dit-elle. La femme d’affaires préfère aussi discuter des questions de placement ou de sa stratégie en matière de dividendes avec Sandro Kutschera. «Je lui fait presque aveuglément confiance, même si c’est moi évidemment qui prends les décisions à la fin», explique Melanie Wicki-Amrein.

Recette du succès dans le commerce de détail

Helvesko SA est aujourd’hui une entreprise possédant 15 magasins de vente prospères et une boutique en ligne tout aussi florissante. Une grande partie de l’assortiment est fabriquée à Thoune, à une époque où la production de chaussures suisses paraît ne plus être rentable, où de nombreux détaillants se battent pour leur survie et où les magasins situés en dehors du centre-ville ferment leurs portes. Pas chez Helvesko. En entrant dans l’un des magasins de chaussures, on perçoit vite quelques-uns des ingrédients qui font le succès de la recette Helvesko: «Nous avons compris voici des années que faire des achats doit être un moment privilégié et que l’amabilité est toujours payante», indique Melanie Wicki-Amrein. Une personne qui n’est pas occupée à faire un essayage s’assoit confortablement avec un café sur un fauteuil et feuillète une revue tandis que les enfants s’amusent dans le coin qui leur est réservé.

Des chaussures pour les nonnes et les esthètes

La croissance de l’entreprise s’est déroulée parallèlement aux ouvertures de magasins et à l’élargissement de l’assortiment: «Notre catalogue est passé de 20 à 120 pages et nos chaussures sont à présent modernes et ont une esthétique très agréable. J’en porte moi-même volontiers», déclare la dirigeante. À la question de savoir si les chaussures qui l’avaient autrefois tant fait rire font encore partie de l’assortiment, elle acquiesce: «Nous serions fous de retirer de l’assortiment ou de modifier nos bestsellers de longue date. J’ai depuis appris à connaître et à apprécier cette clientèle fidèle: il se peut que presque toutes les nonnes suisses portent des chaussures Helvesko.»

Un plus qui se révèle payant

Helvesko a réussi à s’établir de manière pérenne sur un marché qui est considéré comme difficile et exigeant. Presque aucun fabricant de chaussures n’est encore en mesure de produire en Suisse. L’entreprise de Reiden réussit ce coup de maître avec une légèreté impressionnante. Melanie Wicki-Amrein résume: «Ce sont les petites choses qui nous différencient des autres, et notamment nos valeurs, qui comptent beaucoup pour nous. Et c’est précisément cette philosophie que nous retrouvons aussi au Credit Suisse et chez Sandro Kutschera. Dans la plupart des banques, je reçois à peu près les mêmes prestations, mais pas les valeurs.»

À propos: OpportunityNet n’existe qu’au Credit Suisse.

OpportunityNet est une plate-forme utile pour les entrepreneurs, estime Sandro Kutschera, conseiller clientèle.

«OpportunityNet peut être une excellente occasion de trouver un acheteur ou tout simplement de sonder le marché.»

Sandro Kutschera travaille pour le Credit Suisse depuis 2003. Il est responsable de marché Entrepreneurs & Executives Lucerne, Obwald et Nidwald.

Voulez-vous, vous aussi, profiter du vaste réseau du Credit Suisse?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window