Facteurs de succès pour les PME suisses 2016 Publication CS Étude Entreprise Entrepreneur

Facteurs de succès pour les PME suisses 2016: la numérisation donne de meilleures chances aux PME

Malgré le jugement globalement positif porté par les PME sur la place économique suisse, des défis existent. Depuis l’abandon du taux plancher EUR/CHF le 15 janvier 2015, le statut industriel et économique de la Suisse est de plus en plus remis en cause. Sur les cinq mesures présentées pour lutter contre les désavantages de localisation, les PME considèrent que l’introduction de nouvelles technologies est la meilleure. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par Credit Suisse Economic Research.

En 2016, pour la cinquième fois, nous avons interrogé les PME suisses sur les facteurs de succès propres à la place économique suisse. 2000 PME suisses ont pris part à cette enquête anniversaire. Dans l'ensemble, celles-ci jugent que la place suisse est propice au succès, comme l’illustre d'une part notre indicateur de localisation. D’autre part, elles estiment que deux facteurs de succès seulement sur les neufs que nous avons définis ont un effet négatif sur leur succès commercial: le contexte économique et l’interdépendance avec l’étranger. Dans les deux cas, cette vision pessimiste est probablement liée à la vigueur du franc. En effet, suite à l’envolée de la monnaie helvétique en 2015, beaucoup de PME ont vu leur compétitivité-prix se dégrader à nouveau, en Suisse comme à l’étranger. Cela a eu pour effet de ralentir la croissance de l’économie suisse et, en retour, a touché les entreprises fortement tournées vers le marché intérieur.

Un élément déterminant du jugement globalement positif porté sur la place économique suisse en 2016 malgré ces défis est le facteur «collaborateurs et qualifications», qui constitue le facteur de succès le plus important aux yeux des PME interrogées. C’est à ce facteur que les entreprises attribuent l’effet de loin le plus positif sur leur réussite. Une raison pour l’expliquer pourrait être le système éducatif suisse, qui passe pour un modèle au niveau international.

A l’avenir, c’est le facteur «environnement de recherche» qui devrait gagner le plus en importance pour le succès des PME. Il ressort en outre de l’enquête qu’il devrait exercer une influence encore plus positive sur le succès des entreprises. Le développement futur du pôle de recherche et d'innovation suisse devrait donc ouvrir des perspectives aux PME. Il convient de noter cependant que les entreprises entrevoient l’avenir de la place suisse avec un certain scepticisme. Ainsi, l’influence négative du cadre réglementaire sur le succès futur des PME devrait nettement s’accentuer. Lorsqu’on sait à quel point la réglementation s’est complexifiée ces dernières années, cela ne surprend guère. Par ailleurs, les PME s’attendent à ce que le contexte économique exerce à l'avenir une influence encore plus négative sur le succès de leur entreprise.

Malgré la bonne image dont jouit la place suisse auprès des PME, des défis existent. En effet, depuis l’abandon du taux plancher EUR/CHF le 15 janvier 2015, le statut industriel et économique de la Suisse est de plus en plus remis en cause. Pour cette raison, nous avons également interrogé les participants à l’enquête sur les désavantages de localisation par rapport à l’étranger et sur les solutions possibles pour y remédier.

A la question de savoir quels sont les inconvénients de la place suisse par rapport à l’étranger au niveau des coûts de production, de la disponibilité de main-d’oeuvre spécialisée et de la rigueur/complexité de la réglementation, la réponse des PME est claire: c’est surtout au niveau des coûts de production que la Suisse est désavantagée. Sur les cinq mesures présentées pour lutter contre les désavantages de localisation, les PME considèrent que l'introduction de nouvelles technologies est la meilleure, suivie du développement de nouveaux produits ou services, des investissements dans la main-d’oeuvre, de l'importation accrue de produits et services intermédiaires et enfin de la délocalisation à l’étranger.

Concernant la mesure identifiée comme la plus importante pour lutter contre les inconvénients de la Suisse, à savoir l'introduction de nouvelles technologies, le passage au numérique devrait jouer un rôle prépondérant. En effet, la vaste majorité des PME interrogées sont d’avis que les entreprises suisses peuvent renforcer sensiblement leur compétitivité internationale en optimisant leur utilisation des technologies numériques les plus récentes.