Commerce de détail en Suisse: potentiel de croissance en ligne

Les chiffres d'affaires du commerce de détail stagnent. L'e-commerce offre des opportunités.

La stagnation des chiffres d'affaires met le commerce de détail helvétique sous pression. La situation est particulièrement difficile pour les magasins stationnaires. Les entreprises qui misent fortement sur l'e-commerce ont de meilleures perspectives. En effet, le commerce en ligne offrira de bonnes opportunités de croissance en 2020 également.

Le commerce de détail suisse a stagné en 2019

2019 a été une année difficile pour le commerce de détail helvétique, affecté par la concurrence de l'e-commerce et le regain d'attractivité du tourisme d'achat. Par ailleurs, le pouvoir d'achat des consommateurs suisses n'a guère évolué par rapport à son niveau de 2018 malgré la stabilité du marché du travail. Le commerce de détail stationnaire a été soutenu uniquement par la croissance démographique.

Tandis que les détaillants du secteur alimentaire / near-food ont tout de même enregistré une croissance de 0,5% au cours de l'année écoulée, les chiffres d'affaires ont reculé de 0,3% dans le domaine non alimentaire. Le segment vestimentaire en particulier a souffert des conditions de marché difficiles. Les détaillants de mode stationnaires ont cédé d'importantes parts de marché aux boutiques en ligne, Zalando en tête, essuyant une perte de chiffre d'affaires de 4,5%. Actuellement, ils sont particulièrement affectés par le processus de mutation structurelle intervenant dans le commerce de détail. En conséquence, les chiffres d'affaires nominaux de l'ensemble de la branche ont stagné. 

stagnation du commerce de detail suisse

Les chiffres d'affaires du commerce de détail suisse n'ont pas progressé en 2019

Sources: GfK, Credit Suisse

2019: estimations du Credit Suisse

Le commerce en ligne ne cesse de croître en Suisse

Par conséquent, l'e-commerce prospère. Ses chiffres d'affaires continuent de progresser. En 2018, les prestataires en ligne ont réalisé des ventes à hauteur de 9,5 milliards de francs en Suisse, soit presque le double de leur chiffre d'affaires de 2010, quelque 80% étant attribuables aux commerçants helvétiques. Et la tendance est à la hausse.

Cette évolution s'explique par le fait qu'une proportion croissante de la population suisse utilise Internet quotidiennement, notamment dans la tranche des plus de 60 ans. La part de ceux qui font du shopping en ligne augmente donc elle aussi. En 2017, 72% des Suisses ont indiqué avoir effectué au moins un achat sur Internet au cours des trois derniers mois, ce qui correspond au deuxième taux le plus élevé de consommateurs en ligne en Europe.

L'e-commerce en Suisse présentera du potentiel à l'avenir également

Bien que les achats en ligne s'inscrivent en hausse, de nombreux consommateurs en Suisse continuent de les bouder. Selon une enquête menée par Eurostat, 17% des clients helvétiques préfèrent se rendre dans les magasins. En outre, d'autres facteurs, comme la longueur des délais de livraison ou les craintes concernant la sécurité des processus de paiement, dissuadent certains consommateurs de faire leur shopping sur Internet. L'e-commerce dispose donc encore d'une marge de progression à condition que des solutions à ces facteurs pénalisants soient trouvées. 

Les détaillants suisses s'attendent de nouveau à une légère croissance

Les perspectives du commerce de détail suisse s'éclaircissent à nouveau pour 2020. La croissance démographique et une légère hausse du pouvoir d'achat devraient soutenir les chiffres d'affaires selon les experts du Credit Suisse. Il ne faut néanmoins pas attendre de croissance supérieure à la moyenne dans cette branche, car l'atonie du secteur manufacturier et la vigueur du franc suisse par rapport à l'euro continuent de limiter le potentiel de hausse.

Les commerçants stationnaires du segment de l'habillement et des chaussures en particulier sont soumis à une forte pression. Les chiffres d'affaires nominaux devraient donc à nouveau baisser de 5% dans leur cas et de 0,2% dans celui de l'ensemble du secteur non alimentaire. En revanche, le segment alimentaire / near-food peut envisager l'avenir avec plus d'optimisme, ses chiffres d'affaires étant susceptibles de progresser de 0,8%. En résumé, le commerce de détail helvétique devrait au total enregistrer une hausse des chiffres d'affaires nominaux et des prix de respectivement 0,4% et 0,3%. 

recul du chiffre d affaires du secteur non alimentaire 2020

Le recul du chiffre d'affaires du secteur non alimentaire pèse sur le commerce de détail en Suisse

Sources: GfK, OFS, Credit Suisse

2019/2020: estimations/prévisions du Credit Suisse