exporter-vers-lallemagne-ce-que-les-pme-suisses-doivent-prendre-en-compte

Exporter vers l’Allemagne est simple, mais tout de même complexe

Les marchés allemand et suisse sont très proches. Pourtant, les PME suisses qui souhaitent exporter vers l’Allemagne doivent relever quelques défis. Découvrez pourquoi une USP claire est incontournable ainsi que les particularités à prendre en compte.

Les exportations vers l’Allemagne sont très importantes pour les PME suisses

L’Allemagne est le premier marché d’exportation des PME suisses, et de loin. En 2017, celles-ci ont exporté pour plus de 41 milliards de francs de produits de l’autre côté de la frontière. La tendance devrait se confirmer en 2018 pour les exportations vers l’Allemagne: dans les perspectives d’exportation des PME de Switzerland Global Enterprise (S-GE), 83% des PME déclarent vouloir continuer d’exporter des biens ou des services vers l’Allemagne dans les six prochains mois. En outre, les PME suisses considèrent qu’il est relativement simple d’exporter vers l’Allemagne.

Un accord de libre-échange est en vigueur depuis 1973 avec les pays de l’UE. Il ne faut pas pour autant oublier de se pencher sur la question des dispositions douanières. Ici, le numéro de tarif douanier du produit sert de base. Il est consultable sur le site Internet de l’Administration fédérale des douanes (tares.ch). C’est là aussi que vous saurez si votre produit entre dans une catégorie concernée par une réglementation spéciale. Même des objets simples comme un interrupteur ou un abat-jour peuvent être considérés comme dangereux et nécessiter alors d’être enregistrés auprès du Secrétariat d’État à l’économie (SECO).

Exporter vers l’Allemagne prend du temps

Certains produits doivent également être certifiés avant d’être admis en Allemagne, comme les appareils électroniques, les appareils de mesure, les produits médicaux et les équipements de protection. Cette certification peut être demandée en Suisse ou en Allemagne, car la Suisse a conclu un accord dans ce sens avec l’UE. Dans d’autres domaines, comme les denrées alimentaires ou les compléments alimentaires, les régulateurs allemands compliquent les exportations. En cas de doute, mieux vaut se renseigner auprès de l’Administration fédérale des douanes.

Comme le montrent ces exemples, des clarifications et des inscriptions sont nécessaires, même pour exporter seulement vers l’Allemagne voisine. Autant de procédures qui peuvent être longues et coûteuses. La facture totale peut vite atteindre plusieurs dizaines de milliers de francs. Il ne faut donc pas prendre l’exportation vers l’Allemagne à la légère, au même titre que toute entrée sur un nouveau marché. Une check-list peut aider à se préparer.

Une USP claire est nécessaire pour exporter vers l’Allemagne

L’accord de libre-échange rend les exportations de la Suisse vers l’Allemagne relativement simples. Mais le marché lui-même est complexe. Il est en effet déjà saturé dans la plupart des secteurs. Seules les PME suisses qui affichent une USP claire peuvent trouver un créneau pour un nouveau produit ou un nouveau service.

Cependant, le travail de précision et la qualité suisses ne suffisent plus, car les produits allemands sont également de bonne facture. D’autant que les produits suisses sont souvent plus chers que leurs concurrents allemands. Ils doivent donc offrir une valeur ajoutée ou un avantage évident. Si vous souhaitez exporter vers l’Allemagne, il peut être préférable de déposer votre marque. Vous renforcez ainsi la crédibilité de votre entreprise en évitant l’apparition de copies.

Avez-vous des questions sur l’exportation vers l’Allemagne?

Contactez-nous Aperçu des solutions de financement