Exportations: la pandémie affecte durement les exportations suisses

La crise du coronavirus affecte les exportations suisses. L’effondrement de la demande donne du fil à retordre aux PME.

La crise du coronavirus affecte durement les PME exportatrices suisses. Si les perspectives d’exportation suisses atteignent leur niveau le plus bas, la demande chute elle aussi fortement. Dans quelles branches la situation des entreprises exportatrices suisses s’améliore-t-elle et dans quels secteurs leur faudra-t-il encore faire preuve de patience avant la reprise?

Les perspectives des exportations suisses s’assombrissent

Malgré les instruments introduits par la Confédération pour soutenir l’économie, les exportations suisses ne sortent pas indemnes de la crise du coronavirus. Plus de 80% des entreprises interrogées par Switzerland Global Enterprise (S-GE) à l’occasion de son dernier sondage ont affirmé que la crise avait eu des conséquences négatives sur leurs activités. Calculées sur la base de cette enquête réalisée auprès d’environ 200 entreprises, les perspectives d’exportation s’établissent à 41 points, soit la valeur la plus basse jamais enregistrée. À titre de comparaison, cette valeur, qui reflète les perspectives d’exportation des PME et leurs exportations effectives, s’établissait à environ 65 points en décembre 2019.

Si les attentes à l’export pour 2020 étaient encore optimistes au moment où le sondage a été réalisé, près des deux tiers des PME interrogées ont cependant confié avoir vu leurs activités d’exportation diminuer au 1er semestre. Seule une minorité d’entre elles (19%) ont enregistré une augmentation de leurs exportations le mois dernier. Les entreprises exportatrices suisses ont tout particulièrement souffert de l’effondrement de la demande, des pertes subies en matière de ventes et de chiffre d’affaires, et des incertitudes quant à la durée de la pandémie et à la nature des mesures protectrices prises par l’État.

Des attentes modérées concernant l’évolution des exportations

Les avis sont également partagés au sujet du 2e semestre: 38% des PME interrogées s’attendent à une nouvelle diminution de leurs activités d’exportation. 39% d’entre elles anticipent au contraire une augmentation de leurs exportations, et un peu plus de 23%, une stagnation.

Les perspectives d’exportation suisses s’effondrent en 2020

Les perspectives des PME exportatrices suisses atteignent leur niveau le plus bas

Valeur pondérée des S1 2020 et S2 2020, seuil de croissance = 50

Source: Sondage réalisé par Switzerland Global Enterprise auprès d’un panel d’environ 300 PME suisses

La demande de produits suisses à l’exportation recule

Les conséquences de la crise du coronavirus sur les exportations suisses et le fléchissement de la demande sont également perceptibles dans le baromètre des exportations du Credit Suisse qui reflète la demande étrangère de produits suisses. Ce dernier a enregistré une baisse sensible depuis le début du 2e semestre 2020 par rapport au semestre précédent et s’est établi à -2,59 point en avril, sa valeur la plus basse depuis plusieurs années. La statistique pourrait remonter à -1,54 point au mois de mai, une valeur qui resterait cependant très nettement inférieure au seuil de croissance.

Ces valeurs basses seraient imputables à l’effondrement de la production industrielle et à un blocage des investissements dans les entreprises. La mise en place de mesures sanitaires pour lutter contre la pandémie a contraint les entreprises à suspendre leurs processus de production, occasionnant des ruptures dans les chaînes d’approvisionnement internationales. Selon les prévisions du Credit Suisse, les exportations de la majorité des entreprises exportatrices suisses devraient cependant avoir atteint leur niveau le plus bas en avril.

Exportations: Le baromètre des exportations du Credit Suisse bascule sous le seuil de croissance

Le baromètre des exportations du Credit Suisse montre les lourdes conséquences de la pandémie sur les exportations

En écarts types, seuil de croissance = 0

Source: Bloomberg, Datastream, PMIPremium, Credit Suisse/IDC

Il faudra encore faire preuve de patience avant la reprise des exportations suisses

Les incertitudes et la prudence, tout particulièrement en matière de décisions de placement dans les entreprises, pourraient néanmoins encore restreindre le potentiel de croissance. La consommation privée devrait également demeurer relativement faible, raison pour laquelle les entreprises exportatrices, fortement dépendantes du climat de consommation, devront faire preuve d’encore un peu de patience avant que la reprise ne s’amorce.

Les incertitudes et la prudence, tout particulièrement en matière de décisions de placement dans les entreprises, pourraient néanmoins encore restreindre le potentiel de croissance. La consommation privée devrait également demeurer relativement faible, raison pour laquelle les entreprises exportatrices, fortement dépendantes du climat de consommation, devront faire preuve d’encore un peu de patience avant que la reprise ne s’amorce.