La banque des entrepreneurs jette un pont entre les intérêts professionnels et privés

La banque des entrepreneurs réunit intérêts professionnels et privés

Adrian Steiner est CEO et copropriétaire de Thermoplan AG, le fabricant de machines à café. Sa réussite, tout comme celle de l’entreprise Thermoplan, est digne d’un véritable conte de fées.

Un double conseil

Thermoplan est une success story suisse typique: dans les années 1990, la créativité et l’application de cette PME installée sur les rives du lac des Quatre-Cantons lui ont permis de concevoir une machine à café qui a attiré l’attention du géant Starbucks. L’actuel CEO, Adrian Steiner, a accompagné la formidable ascension de la petite entreprise qu’était au départ Thermoplan au rang de fournisseur mondial. Le Credit Suisse était également aux côtés de l’entreprise dès ses débuts.

Adrian Steiner est suivi par Urs Graber et Ivan Blättler: ils forment un duo typique de la «banque des entrepreneurs» du Credit Suisse. Il s’agit d’une offre que la banque a spécialement conçue pour les entrepreneurs tels qu’Adrian Steiner. L’équipe se compose d’un conseiller à la clientèle entreprises et d’un conseiller à la clientèle privée (Entrepreneurs & Executives). En effet, parallèlement à leur fonction dirigeante, de nombreux chefs d’entreprise détiennent également une participation dans l’entreprise. Les intérêts professionnels et privés sont souvent imbriqués et nécessitent alors d’être considérés sous un angle global. Il s’agit par exemple de questions en matière de planification financière, d’optimisation fiscale, de prévoyance ou de stratégies de placement. La banque des entrepreneurs répond à ces exigences grâce à son double suivi.

Adrian Steiner, CEO de Thermoplan AG «Banque des entrepreneurs»

La success story de la PME suisse Thermoplan est époustouflante. Récit de son CEO et copropriétaire.

Une décision déterminante

Il y a dix ans, Adrian Steiner est non seulement devenu CEO de l’entreprise, mais également l’un de ses actionnaires. Il se souvient: «Lorsque j’ai rejoint Thermoplan en 1997 à la tête du service clients, l’entreprise était déjà à mes yeux bien plus qu’un simple employeur. Quand j’en suis devenu copropriétaire il y a dix ans, je n’ai pas réalisé toute la portée de cette décision.» Mais aujourd’hui, c’est différent: «Avec l’entreprise, nous sommes dans le même bateau, en période faste comme en temps difficiles», explique-t-il. Et Adrian Steiner sait de quoi il parle.

L’épreuve de la crise

Si les affaires de Thermoplan sont aujourd’hui florissantes, la crise financière de 2008 a mis la PME en pleine expansion à rude épreuve. Starbucks, le client à l’origine du bond de croissance spectaculaire de Thermoplan, a gelé du jour au lendemain une grosse commande. Étant donné que la relation avec l’entreprise de Weggis était importante aux yeux de la chaîne de cafés américaine, et celle-ci ne souhaitant pas renoncer à la qualité suisse, elle a accepté de confier le nombre de commandes nécessaires à la survie de son partenaire du lac des Quatre-Cantons. Et le Credit Suisse a octroyé les crédits dont l’entreprise avait besoin.

«Cette crise nous a rendus plus forts. Nous avons réduit l’accumulation des risques au fil des ans en élargissant nos champs d’activité. La chaîne de cafés internationale reste un client majeur: nous allons bientôt construire une autre halle pour la prochaine génération de machines Starbucks», déclare Adrian Steiner, non sans fierté. Pour que l’entreprise reste compétitive face à la concurrence internationale, la production numérisée sera pleinement mise en œuvre dans la nouvelle halle à l’aide de processus entièrement automatisés.

La banque, un véritable partenaire

«Une entreprise au succès pérenne comme Thermoplan soulève des questions qui ne m’étaient jusqu’à présent jamais venues à l’esprit, explique Adrian Steiner. Ivan, mon conseiller à la clientèle privée, est en quelque sorte un coach et un partenaire. Même si les stratégies de placement restent sa spécialité, nous discutons de thèmes divers et variés: prévoyance, hypothèques, dividendes et optimisation fiscale.»

Certaines questions concernent uniquement Adrian Steiner et sa famille, d’autres sont étroitement liées à Thermoplan. Et il apprécie de ne pas avoir à s’occuper de la coordination: «L’échange entre Ivan et Urs fonctionne à merveille. Ils discutent de tout et n’hésitent pas à nous rendre visite avec un autre expert si nécessaire.»

Par manque d’intérêt, Adrian Steiner ne souhaite pas se plonger en détail dans la planification financière. Au lieu d’analyser le marché boursier, il préfère prendre le temps de discuter avec ses collaborateurs, par exemple dans la division de recherche, qui regroupe 20% du personnel: «J’aime faire un tour au laboratoire, car j’y suis dans mon élément. Je considère également Urs et Ivan comme des chercheurs dans leur domaine: ils travaillent constamment à l’amélioration de nos solutions financières. Cela ressemble un peu à ce que nous faisons, la vapeur en moins.»

Un conseil personnalisé

Contactez-nous