Un tour de montagnes russes pour le commerce de détail suisse. Le commerce en ligne bat son plein.

Le confinement ordonné par le Conseil fédéral au printemps a quasiment paralysé l’économie suisse. Et quelles sont les prévisions? Le Retail Outlook 2021 montre les répercussions de la crise du coronavirus sur le commerce de détail suisse et la mesure dans laquelle le commerce en ligne en tire profit.

Le commerce de détail suisse enregistre un effondrement historique de ses ventes

Pour le commerce de détail en Suisse, l’année 2020 équivaut à un tour de montagnes russes. Après l’apparition de la pandémie de COVID-19, les ventes du commerce de détail ont évolué différemment selon les segments. L’étude Retail Outlook du Credit Suisse le montre clairement. Pendant le confinement, le secteur alimentaire, par exemple, a particulièrement bénéficié de l’élimination temporaire de la concurrence des bars, des restaurants et du tourisme d’achats.

Si le commerce de détail alimentaire a pu enregistrer une hausse des ventes en mars, avril et mai en glissement annuel, la plupart des segments non alimentaires ont largement souffert de l’arrêt temporaire de la vie sociale. Les fermetures forcées ont entraîné un effondrement historique des ventes des commerces non alimentaires en mars (moins 20%) et en avril (moins 40%).

Évolution du chiffre d’affaires du commerce de détail suisse pendant la crise du coronavirus

Les ventes s’effondrent complètement pendant le confinement

Chiffres d’affaires nominaux du commerce de détail, indexés (janv. 2012 = 100) et saisonniers

Source: GfK, Credit Suisse

Dernières données: 09.2020

Le confinement modifie le comportement mobile de la population

Les difficultés rencontrées au printemps par les détaillants non alimentaires s’expliquent, entre autres, par le changement de comportement mobile de la population suisse qui a, selon la situation, également affecté les détaillants alimentaires. L’augmentation du travail à domicile et la fermeture temporaire des établissements d’enseignement a fait diminuer la circulation piétonne dans les zones urbaines jusqu’à 80%. Dans les zones rurales, la mobilité a également baissé de près de 60%.

Le travail à domicile devrait rester très répandu à l’avenir et continuer à influencer le comportement mobile des consommateurs. Dans l’ensemble, la circulation piétonne devrait par exemple diminuer de 5% à 30% à long terme. Ce changement général de comportement des consommateurs affecte essentiellement le commerce de détail stationnaire. En effet, les courses régulières au supermarché le plus proche du bureau ou chez le détaillant non alimentaire sur le chemin du travail au domicile n’ont donc plus lieu.

Le commerce de détail suisse renforce le secteur en ligne

Pour réagir à la baisse de la circulation piétonne pendant le confinement, les détaillants stationnaires ont pris diverses mesures pendant l’année 2020 du coronavirus. Ainsi, les détaillants ont privilégié le service et les prestations et ont mis en place des solutions de collecte sans contact. Le processus de paiement sans contact était plus important que jamais. De plus, les détaillants ont intensifié leurs activités dans le secteur en ligne et omnicanal. L’objectif consiste à accompagner et à fidéliser les consommateurs en matière numérique également dans les propres boutiques en ligne.

L’importance de se concentrer sur une solide présence en ligne pendant la pandémie est illustrée par la croissance du commerce en ligne. Ce secteur a largement bénéficié de la crise du coronavirus et a, selon des estimations, connu une augmentation de 55% de ses ventes. Cette évolution s’explique non seulement par la fermeture des magasins stationnaires non alimentaires, mais aussi par le fait que beaucoup de nouveaux clients ont été satisfaits du mode d’achat en ligne au printemps.

Le commerce en ligne connaît un nouvel essor

Le commerce en ligne bat son plein

L’évolution du commerce en ligne sur les 10 dernières années

Source: GfK, Credit Suisse

Le confinement déclenche une forte consommation de rattrapage

Deux répercussions du confinement peuvent ainsi être observées: pendant que le segment alimentaire parvient à augmenter ses ventes grâce à l’élimination de la concurrence, le secteur non alimentaire enregistre des pertes. Et si le commerce en ligne gagne du terrain, le commerce stationnaire en perd.

Toutefois, malgré cette contradiction, un regard sur l’évolution générale dévoile les conclusions suivantes: l’orientation accrue sur le secteur en ligne et la consommation de rattrapage déclenchée par le confinement ont permis au commerce de détail suisse d’afficher un bilan positif général de ses ventes cette année. L’effet de rattrapage après la réouverture en mai a déclenché une flambée avec une hausse record des ventes, notamment dans le segment non alimentaire. L’augmentation du tourisme intérieur en été et en automne y a elle aussi contribué.

Die Umsatzentwicklungen der verschiedenen Branchen im Vergleich

Les domaines du bricolage, du jardinage et des loisirs ont enregistré des ventes record en mai

Chiffres d’affaires nominaux du commerce de détail, corrigés des variations saisonnières par rapport à l’année précédente
Source: GfK, Credit Suisse
Dernières données: 09.2020

Les répercussions à long terme devraient grever le commerce de détail suisse

Cependant, un retour à des chiffres d’affaires positifs semble peu probable en 2021 dans des conditions normales. Selon l’enquête de Fuhrer & Hotz, près de la moitié des personnes interrogées ne s’attend pas à une augmentation des ventes. Les conséquences à long terme de la pandémie de COVID-19 menacent en effet de nuire au commerce de détail en raison de la situation du marché du travail, du pouvoir d’achat et de l’immigration. En conséquence, une normalisation instantanée de la situation liée au coronavirus n’est pas à prévoir dans un avenir proche.