Nos partenaires Sprüngli: un lapin de Pâques créé avec passion

Sprüngli: un lapin de Pâques créé avec passion

Pâques sera le prochain temps fort de l’année chez Sprüngli. Bientôt, les vitrines de la confiserie zurichoise seront à nouveau garnies de créations de Pâques – et pour le CEO, Tomas Prenosil, le lapin Nico montre parfaitement comment l’innovation peut faire d’un produit traditionnel un succès durable.

Nico, le lapin de Pâques de la confiserie Sprüngli, fêtera cette année sa troisième fête de Pâques. Né en 2015, ce lapin en chocolat a eu deux petits frères en 2016: l’un aux framboises, et l’autre au moka et à la noisette. Le moka sera remplacé par du caramel en 2017. «Le caramel est très populaire de nos jours», confie le CEO de Sprüngli, Tomas Prenosil. Il est important de célébrer les valeurs sûres en ces temps de changements perpétuels, mais l’entreprise zurichoise vit aussi avec son temps.

Les variations de saveur, mais aussi les nombreuses étapes de conception, témoignent de son sens de l’innovation. Pour Tomas Prenosil, un lapin de Pâques doit avoir deux qualités: être un lapin et être en chocolat. Mais cela ne fait pas tout. En quoi un lapin Sprüngli doit-il se démarquer de ceux de la concurrence? L’équipe de créateurs a planché sur la question. 

Sprüngli: un lapin de Pâques créé avec passion

«On était tous en ébullition»

Au début, il a juste été décidé que Nico ne serait pas couché mais debout, et que ses traits ne seraient ni réalistes ni futuristes. Les premiers modèles ont été façonnés en pâte à modeler par des chocolatiers d’expérience et leurs apprentis. Il a ensuite fallu passer aux détails: la position du corps, l’expression du visage, la forme des oreilles, etc. «L’ambiance était vraiment effervescente, on était tous en ébullition», raconte Tomas Prenosil. Et comment les clients ont-ils accueilli ce lapin si charmant à la tête inclinée? «Nous avons eu du flair sur l’apparence définitive de Nico, toute la minutie et la passion que nous avons mises dans la conception ont porté leurs fruits.» Le lapin rose à la framboise résulte lui aussi de nombreux essais et se vend étonnamment bien pour un produit en chocolat blanc. La production de Sprüngli se compose à 90% de chocolat noir ou au lait.

En termes de nouveautés, Sprüngli mise fortement sur ses propres collaborateurs hautement qualifiés. Les 22 points de vente que compte la marque représentent un nombre incalculable de contacts client chaque jour, et les discussions et observations rapportées par le personnel donnent de précieuses informations sur le marché. Evidemment, Sprüngli est aussi une affaire de marketing, et Tomas Prenosil se dit «à l’écoute du marché». Pourtant, cet homme de 51 ans en est bien conscient: «Au final, la plupart de nos décisions sont affectives. Jusqu’ici, nous avons eu du nez, nos nouvelles créations ont toutes eu du succès.»

La fraîcheur qui fait la différence

Tomas Prenosil trouve Nico «mignon», mais il sait bien qu’il faudra tôt ou tard tordre le cou à ce lapin, dont la durée de conservation est limitée. Les lapins de Pâques industriels sont fabriqués jusqu’à neuf mois à l’avance, alors qu’à Dietikon, Sprüngli ne lance sa production que quelques semaines avant. La société utilise exclusivement des recettes de chocolat frais liquide sans conservateurs. Les lapins de la gamme Edition – des congénères aristocratiques de Nico – sont même coulés et peints à la main. «Un lapin artisanal a vraiment un goût particulier», s’enthousiasme Tomas Prenosil. Nico et ses compagnons sont mis en vente quatre semaines avant Pâques – quand la hâte d’y être devient perceptible. Cet amateur de chocolat n’a qu’un conseil: «Dégustez-le rapidement!»