Centre de compétences pour les fondations d'utilité publique Comment un engagement actif peut contribuer à la protection des océans du globe

Comment un engagement actif peut contribuer à la protection des océans du globe

Les océans constituent la plus grande réserve naturelle de carbone du globe terrestre et assurent la subsistance de milliards de personnes. Mais l’action humaine conduit à une dégradation croissante de ces milieux. Pour inverser la tendance et protéger les océans, les acteurs économiques doivent repenser leur façon d’interagir avec les océans et de les utiliser. À cet égard, des placements durables tels que le Credit Suisse Rockefeller Ocean Engagement Fund, qui se concentre sur des engagements initiant le changement, peuvent aider à restaurer la santé des océans.

Protection des océans: le rôle des acteurs économiques

Avec une valeur économique dépassant les 24 billions de dollars US, les océans représentent la septième économie mondiale. Mais l’action humaine, notamment pour l’élimination des déchets et la production d’énergie, met en danger les océans: les populations de poissons diminuent, le blanchissement des récifs coralliens s’accélère, le niveau de la mer ne cesse de monter et l’acidification des océans ainsi que la pollution plastique constituent des problèmes de plus en plus urgents. À ce jour, plus de 500 zones mortes, où la faune et la flore aquatique ne peuvent pas survivre, ont déjà été recensées.

Une amélioration de la situation n’est possible que si nous travaillons avec les acteurs économiques pour modifier la façon dont ils appréhendent les océans.

Placement durables grâce à l’engagement des actionnaires

Les placements durables permettent aux investisseurs de participer au financement d’entreprises impliquées dans la protection de l’environnement, par exemple. Ce faisant, les actionnaires (gérants de fonds, fondations, caisses de pension, etc.) peuvent faire jouer le pouvoir dont ils disposent en tant que propriétaires pour exiger de la part des entreprises dans lesquelles ils détiennent des participations qu’elles améliorent leurs performances en matière de durabilité. Outre l’allocation d’aides, les organisations caritatives et les fondations peuvent ainsi intégrer l’engagement des actionnaires dans leur stratégie de placement.

Alors qu’ils avaient jusqu’ici pour habitude de déléguer leur droit de vote aux gérants de fonds, les actionnaires perçoivent de façon croissante leur droit de participation comme un devoir inhérent à leur rôle de propriétaire.

Protection des océans: l’importance de l’engagement des actionnaires

L’engagement des actionnaires recèle un grand potentiel pour la protection des océans. «De nombreux problèmes des océans ont un lien avec les chaînes d’approvisionnement d’entreprises cotées en bourse. On peut citer par exemple les détaillants qui commercialisent des poissons issus de la pêche non durable», indique James Gifford, responsable du département Impact Advisory au Credit Suisse. Selon lui, les actionnaires peuvent, en faisant usage de leurs droits de participation, d’information et de protection, exercer une influence active sur l’évolution des entreprises dans lesquelles ils détiennent des participations et s’en servir pour infléchir dans le bon sens les exigences à l’égard de la chaîne d’approvisionnement.

James Gifford estime que les entreprises sont les principales responsables de la dégradation des océans, soit directement, en pratiquant une surpêche avec des flottes de pêche équipées de technologies de pointe ou en déversant directement des polluants, soit indirectement, par exemple par la production d’emballages plastiques. Mais la recherche montre que les populations de poissons sont capables de se reconstituer lorsqu’elles ne sont pas victimes de la surpêche et qu’il ne faudrait pas plus de 30 ans pour rétablir la santé des océans. «C’est pourquoi il est tout à fait utile de collaborer avec les entreprises pour parvenir à un assainissement des océans», assure James Gifford.

L’Ocean Engagement Fund s’engage en faveur des océans du globe

En collaboration avec Rockefeller Asset Management (RAM), le Credit Suisse a lancé en 2020 le premier fonds reposant sur l’engagement des actionnaires en faveur des océans et de la durabilité: l’Ocean Engagement Fund (OEF). Cet engagement passe par la représentation active des droits des actionnaires au nom des propriétaires du fonds, en vue de protéger la santé des océans de notre planète. L’OEF se situe dans la droite ligne de l’objectif de développement durable (ODD) 14 «Vie aquatique» des Nations Unies, qui est l’un des objectifs bénéficiant des investissements les plus faibles.

Le nouveau fonds offre aux investisseurs la possibilité de s’engager financièrement et par d’autres moyens dans des entreprises qui contribuent proactivement à la santé des océans en se concentrant sur les problématiques suivantes:

  • réduction des déchets et élimination de la pollution plastique
  • promotion de la réduction et de la compensation des émissions de CO2
  • promotion de pratiques de pêche durables

L’Ocean Engagement Fund se compose d’un portefeuille forte conviction comprenant 30 à 50 actions à petites et moyennes capitalisations. Sa stratégie est axée sur l’engagement des entreprises en faveur de l’amélioration de l’état des océans et sur la génération d’un alpha positif, c’est-à-dire sur l’obtention de rendements supérieurs à ceux qui sont prévisibles au vu de l’évolution générale du marché.

Ocean Engagement Fund: le processus d’engagement

L’OEF du Credit Suisse suppose un processus d’engagement actif avec des objectifs clairs: avant tout investissement, la volonté d’engagement de l’entreprise par rapport aux éventuelles participations est dûment évaluée. Sont par exemple examinées sa disponibilité à communiquer avec la direction du fonds et la mesure dans laquelle elle est prête à repenser ses objectifs et les composantes de son activité qui sont préjudiciables aux océans et qui engendrent des risques à long terme.

Les mesures prises dans le cadre de l’engagement et les résultats font l’objet d’un suivi et sont communiqués chaque année aux investisseurs. Si aucun progrès n’a été réalisé au bout de deux ans, la participation dans l’entreprise concernée est revendue.

Convenez d'un entretien de conseil

Prendre rendez-vous This link target opens in a new window Newsletter “News pour les fondations” This link target opens in a new window
Nous nous réjouissons de vous rencontrer et restons à votre disposition pour toute question. Vous pouvez aisément nous joindre par e-mail.