L'apprentissage numérique avec les simulations de Lifelike SA

Grâce au recours à des vidéos interactives et à l'intelligence artificielle, Lifelike SA, basée à Chiasso, est une entreprise pionnière au niveau mondial dans le domaine de l'apprentissage numérique et du développement comportemental. Les simulations élaborées en catalogue et sur mesure par la PME tessinoise ouvrent de nouveaux horizons dans l'exercice des compétences relationnelles des salariés d'entreprise, et sont utilisées spécifiquement dans l'environnement des entreprises et, chose moins évidente, dans le secteur de la santé.

 

«Les nouvelles technologies sont essentielles dans ce secteur», affirme le PDG Andrea Laus lors de l'interview réalisée dans le cadre de la présente étude sur les PME: «La pandémie nous a montré deux choses: d'une part l'importance d'avoir des médecins et des infirmières toujours mieux préparés, notamment dans l'art d'apporter aux patients un soutien émotionnel par le biais des conversations, et d'autre part que, pour l'exprimer sans détour, les méthodes de formation traditionnelles nécessitant une présence en classe traversent une période très difficile.»

Andrea Laus a fondé Lifelike SA en 2012 et en est le PDG. Il est le créateur de SkillGym, une nouvelle méthode de formation qui améliore le comportement conversationnel et par conséquent les performances des personnes ainsi que de l'entreprise.

16/09/2022

La PME suisse a dû entièrement repenser sa planification dans le sillage du COVID-19

Bien qu'étant centrée sur les produits numériques, l'entreprise a tout de même été affectée par les conséquences du Covid-19 et du confinement. D'une part, les restrictions de déplacement ont entraîné la perte des contacts personnels réguliers avec les clients étrangers, qui représentent une grande part du portefeuille de clients de la PME. En outre, pendant plusieurs mois de 2020, l'interruption du tournage des vidéos, indispensables à la création du produit, a retardé la livraison de nombreux projets déjà planifiés. «L'incertitude des clients nous a également beaucoup affectés», explique le PDG: «Du jour au lendemain, de nombreux clients ont suspendu leurs activités en attendant des nouvelles susceptibles de contenir la panique générale.» De nombreux projets, même ceux planifiés de longue date, ont donc été suspendus et reportés.

 

Cela a évidemment entraîné une replanification du budget. «Comme nous opérons en ligne, nous savions que nos solutions seraient de toute façon les premières à être implémentées de nouveau, et nous avons donc refusé de céder à la panique», explique le PDG. «Et de fait, dès le dernier trimestre de 2020, nous avons constaté une reprise progressive de la demande. Bien sûr, cette situation a causé pas mal de désagréments, mais il est encourageant de voir que nous ne nous sommes pas trompés.» Signe qu'à moyen terme l'entreprise peut espérer bénéficier des bouleversements induits par la pandémie. Car comme le fait remarquer Andrea Laus :«Nous entrons dans une ère où les réunions à distance seront de plus en plus la norme, et où la raréfaction de la proximité physique rendra encore plus essentiel d'apprendre à avoir de meilleures conversations. Tel est notre métier: aider les gens à mieux communiquer. Donc, avec le recul, peut-être notre produit sera-t-il encore plus utile qu'avant.»

Un apprentissage plus efficace grâce à la numérisation

Le PDG envisage l'avenir avec optimisme. Les cours de formation numérique ne remplaceront pas complètement ceux en présentiel, mais les compléteront, déclare Andrea Laus. Néanmoins, les technologies numériques comme les simulations d'apprentissage basées sur l'intelligence artificielle de Lifelike SA rendent l'apprentissage plus efficace, aussi bien dans les écoles et les universités que dans la formation continue en entreprise et dans le secteur de la santé.

 

L'entreprise a défini deux points clés sur lesquels elle souhaite se focaliser à l'avenir pour son principal marché cible, à savoir les États-Unis. «Le premier point concerne les cours de formation liés à l'inclusion sociale», explique le PDG. «Il s'agit d'apprendre aux gens à surmonter leurs propres "préjugés inconscients", c'est-à-dire les suppositions erronées inconscientes qu'ils ont sur les autres, et à le faire en améliorant les conversations.» Le deuxième point concerne le domaine de la «gestion sans autorité». En d'autres termes, lorsque les collaborateurs assument des tâches de coordination au sein des équipes bien qu'étant au même niveau hiérarchique. «Une telle situation nécessite d'excellentes capacités de communication», souligne Andrea Laus.

Étude PME 2020 du Credit Suisse

Quelles sont les conséquences de la crise du coronavirus pour les PME suisses? Et quelles opportunités d’avenir les entreprises entrevoient-elles? Découvrez les estimations des experts et des entreprises dans l’étude PME 2020 du Credit Suisse.

16/09/2022

Les enseignements de la crise pour Lifelike SA

Pour réussir à gérer une crise, un entrepreneur doit être un tantinet paranoïaque, affirme le PDG, et toujours anticiper le pire tout en travaillant à obtenir le meilleur. «En outre, il ne doit jamais baisser les bras et doit pouvoir prévoir les difficultés et communiquer un sentiment de sécurité à ses collaborateurs.»

 

La crise du Covid n'a pas apporté que des problèmes à Andrea Laus, elle lui a également permis de tirer des leçons. «Tout d'abord, on peut travailler bien même sans le rituel quotidien d'aller au bureau. Et deuxièmement, en définitive, il n'y avait pas besoin d'une pandémie pour comprendre cela.» La crise lui a donné l'opportunité de remettre en question des croyances profondément enracinées et d'essayer de nouvelles voies. L'histoire nous apprend qu'on ressort toujours renforcé d'une période sombre, affirme Andrea Laus. «Mais pour s'en sortir, il faut avoir la force, le courage et la volonté d'accepter le changement.»

3 questions et réponses avec David Diotto

David Diotto travaille au Credit Suisse depuis 11 ans, au poste de conseiller d’entreprises pour le secteur de marché de Chiasso; il suit Lifelike SA depuis 2015.

16/09/2022

M. Diotto, au printemps 2020, de nombreux clients de Lifelike SA ont suspendu leurs projets, même ceux qui étaient déjà planifiés de longue date. Quelles mesures la PME a-t-elle prises en réaction à cette baisse de chiffre?

Lorsqu'a eu lieu ce gel inattendu de nombreux projets en cours pour 2020, l'attention du client s'est rapidement portée sur le contrôle et la maîtrise des coûts. Dans l'intervalle, pour faire face aux contraintes financières, Lifelike SA a eu accès à un prêt à long terme garanti par la Confédération et, pour une petite part, à des mesures de réduction du temps de travail. Fort heureusement, nos relations à long terme avec certains clients importants nous ont permis d'accélérer le recouvrement des paiements pour d'autres projets. Le recours à ces stratégies combinées a permis à Lifelike SA de faire face à cette crise financière temporaire et imprévue.

 

Comment avez-vous personnellement soutenu l'entreprise pendant cette période?

Une part importante de notre soutien s'est manifestée dans la replanification de l'amortissement sur la ligne de crédit, qui s'est traduite par un report de l'amortissement prévu pour 2020. De plus, nous avons su gérer rapidement et efficacement la demande de crédit COVID-19. La collaboration déjà optimale s'est intensifiée dans les moments les plus difficiles et les plus incertains. En particulier, les échanges avec la directrice financière, Arianna Laus. ont été presque quotidiens.

 

La crise du COVID-19 a mis en évidence les solutions numériques dans presque tous les aspects de nos vies. Quels conseils donneriez-vous à une PME qui souhaiterait bénéficier de cette évolution?

Le premier conseil que je donnerais est de surfer sur la vague de la numérisation et d'affronter le changement d'époque qui s'opère sous nos yeux avec un esprit positif. En outre, je conseillerais aux PME de fournir une formation adéquate et continue à leurs collaborateurs, pour leur permettre de vivre cette numérisation dans les meilleures conditions possibles. Enfin, selon le secteur d'activité, il pourrait également être opportun d'examiner si les nouvelles solutions numériques peuvent être intégrées dans la structure de l'entreprise au profit de l'efficacité, de la qualité des services et des produits offerts, ou de l'optimisation des coûts.

Souhaitez-vous obtenir davantage d’informations sur la préservation de la liquidité en temps de crise?