Les entreprises suisses couvrent de plus en plus leurs risques de change

Comment les entreprises suisses gèrent-elles leurs risques de change et la hausse des risques liés aux taux d’intérêt? Dans l’enquête sur les devises réalisée cette année, plus de 1000 entreprises partagent leurs appréciations sur l’importance qu’elles accordent à la couverture des risques et sur l’évolution des taux de change à laquelle elles s’attendent au cours des 12 prochains mois.

L’année 2022 a été une année mémorable pour l’économie mondiale

La guerre en Ukraine, la hausse fulgurante de l’inflation, le revirement des taux d’intérêt: au cours des douze derniers mois, les entreprises suisses ont été confrontées à un environnement économique difficile. Pour pouvoir y faire face, elles ont dû sans cesse adapter leur planification à l’évolution des conditions.

 

Les défis auxquels sont confrontées les entreprises restent importants. Les incertitudes macro-économiques et géopolitiques continuent d’alimenter la volatilité. Comment cela se répercute-t-il sur les attentes concernant l’évolution des taux de change et sur le comportement des entreprises suisses en matière de couverture? Plus de 1000 entreprises ont participé à l’enquête sur les devises réalisée cette année et ont répondu à ces questions.

Enquête sur les devises 2023 – Estimation de l’évolution des cours des devises

L’étude du Credit Suisse livre des prévisions sur l’évolution des cours des devises et offre une vue d’ensemble des mesures adoptées par les entreprises suisses pour couvrir leurs risques de change. Le rapport complet présente notamment les risques que comportent les hausses des taux d’intérêt des banques centrales et fournit un aperçu détaillé de la stratégie de couverture de deux entreprises suisses actives à l’international.

11/01/2023

Le taux de change EUR/CHF devrait rester inférieur à 1,00 en 2023 également

L’euro est et demeure la monnaie étrangère la plus importante pour les entreprises interrogées. Près de la moitié d’entre elles effectuent leurs achats principalement en euros. Pour 34% des entreprises, la monnaie unique européenne est la monnaie la plus importante dans le domaine des ventes.

 

Ni les entreprises interrogées ni les analystes du Credit Suisse n’avaient prévu la chute brutale du taux de change EUR/CHF en dessous de la parité en 2022. Pour l’année à venir, les attentes sont par conséquent plus pessimistes que l’année précédente, avec un cours de fin d’année pronostiqué à 0,97.

Les entreprises couvrent de plus en plus les risques de change

La forte volatilité crée un besoin accru en solutions de couverture parmi les entreprises interrogées. Dans l’ensemble, 44% des entreprises ont indiqué dans l’enquête réalisée cette année qu’au moins une partie de leurs risques de change étaient couverts. Cela représente 4 points de pourcentage de plus que l’année précédente.

 

La part de couverture est encore plus élevée pour les entreprises exposées à des risques sur matières premières. 53% des entreprises interrogées qui négocient des matières premières se protègent au moins en partie. Dans le secteur de l’énergie, le pourcentage est particulièrement élevé, 70% des entreprises de ce secteur ayant recours à des solutions de couverture.

FX Academy: connaissances spécialisées sur la couverture des risques de change

Vous souhaitez, ainsi que vos collaborateurs, mieux comprendre les risques et opportunités liés aux différentes solutions de couverture? Dans le cadre de la FX Academy, des experts du Credit Suisse transmettent leurs connaissances spécialisées et présentent des possibilités d’application concrètes. Inscrivez-vous pour participer à un cours en 2023.

11/01/2023


De nombreuses entreprises d’importation couvrent les risques de change

Avec 43%, la part des entreprises importatrices qui couvrent leurs risques de change est plus élevée que pour les entreprises orientées vers le marché intérieur ou les entreprises exclusivement tournées vers l’exportation. Cela s’explique par l’importance des monnaies étrangères, et notamment de l’euro, pour les importateurs. Pour plus des trois quarts des entreprises importatrices, l’euro est la principale monnaie utilisée dans le cadre des achats.

 

En revanche, avec un peu plus de 50% en moyenne, le taux de couverture des entreprises exclusivement tournées vers l’importation est plus faible que pour d’autres. Les entreprises qui sont actives à la fois dans l’importation et l’exportation sortent ici du lot. Elles couvrent la majeure partie de leurs risques de change, avec un taux moyen de 68%.

La couverture des risques liés aux taux d’intérêt est encore peu utilisée

L’augmentation des taux directeurs dans le monde entier ainsi que l’incertitude quant à l’évolution future des taux d’inflation et d’éventuelles nouvelles hausses des taux d’intérêt par les banques centrales attirent également davantage l’attention sur les risques liés aux taux d’intérêt. Toutefois, pour la grande majorité des entreprises interrogées, une couverture à l’aide de dérivés sur taux d’intérêt ne constitue pas une priorité à l’heure actuelle. Seuls 6% ont indiqué se protéger contre les risques liés aux taux d’intérêt avec cet instrument.

 

Les perspectives conjoncturelles mondiales restent mitigées. Alors que le PIB suisse devrait encore enregistrer une légère croissance de 1% en 2023, on peut supposer que la zone euro est déjà entrée en récession. Les perspectives sont particulièrement sombres pour les économies allemande et italienne. Les États-Unis devraient certes échapper à une récession, mais avec une croissance prévue de 0,5%, l’évolution de l’économie américaine demeure tout juste positive.

Vous voulez en savoir plus sur la couverture des risques de change?

Nous sommes toujours à vos côtés, personnellement. Pour tout conseil, vous pouvez nous joindre au numéro gratuit 0800 88 88 71* ou à l’aide du formulaire de contact.