Navigation

Information générale

Interview de Alois Zwinggi et Reto Branschi

L'hôtel InterContinental à Davos surprend, ne laissant personne indifférent. Premières impressions.

Alois Zwinggi

Le World Economic Forum invite chaque année à Davos les décideurs de l'économie et de la politique mondiales. Cette destination vouée aux congrès et aux sports d'hiver plaît-elle tant aux responsables du WEF?

Alois Zwinggi: Oui, car Davos est un lieu idéal. Loin de l'agitation urbaine, il possède l'infrastructure nécessaire et, cerise sur le gâteau, la beauté de la nature.

Les hôtes du WEF sont très exigeants s'agissant de l'hôtellerie. Davos avait-elle atteint ses limites en la matière?

En effet, l'offre ne correspondait plus à la demande, mais s'est beaucoup améliorée avec la construction du Hilton et de l'InterContinental

En 2014, le WEF a disposé d'un nouvel hôtel de 216 Chambres, doté de nombreuses salles de réunion – qui a été immédiatement complet. De tels hôtels dans le haut de gamme sont-ils importants pour vous?

D'une importance capitale. Comme vous le dites vous-même, l'InterContinental a été immédiatement complet. Nous avons besoin d'au moins 2500 chambres dans des hôtels quatre et cinq étoiles pour loger nos participants.

Pour le choix d'un hôtel, quels sont les principaux critères des hôtes du WEF? La sécurité?, La qualité des suites? Celle de la restauration? Les installations du spa? L'emplacement et la vue? Ou tout simplement la discrétion?

Les critères varient d'un participant à l'autre. Pour certains, la sécurité et la qualité des chambres priment. Pour d'autres, c'est la proximité du centre de congrès qui compte.

 

Quelles sont vos premières impressions de ce nouvel hôtel?

'’InterContinental est un très bel hôtel et bien équipé. Nos participants ont été satisfaits et tous les événements que nous y avons organisés se sont très bien déroulés.

Le WEF a assuré vouloir tenir son congrès annuel à Davos jusq'’en 2018. Les efforts consentis par Davos dans la modernisation et '’extension de ses hôtels et de son centre de congrès lui donnent-ils de bonnes chances de pouvoir '’accueillir au-delà de 2018?

Davos a accompli de gros progrès et aussi longtemps que nos participants '’y sentiront bien, nous ne voyons aucune raison '’organiser notre rencontre annuelle ailleurs.

Reto Branschi

Avec l'hôtel InterContinental, Davos dispose, depuis fin 2013, d'un nouveau cinq étoiles. Quel impact sur la ville?

Reto Branschi: lorsqu'on veut attirer une clientèle exigeante, il est important de lui offrir ce qu'elle attend. Et c'est exactement ce que l'InterContinental réalise. Ce nouvel hôtel renforce l'attrait de Davos et son rayonnement. Nous nous en réjouissons, car il nous ouvre des possibilités qui n'existaient pas auparavant.

Vous avez eu l'occasion de visiter l'InterContinental. Qu'est-ce qui vous a le plus impressionné?

Tout. L'architecture, les aménagements intérieurs et la taille de l'édifice peuvent en faire un emblème de Davos. Malgré ses dimensions, l'hôtel s'intègre parfaitement dans la clairière. C'est fantastique!

En tant que directeur touristique de la destination Davos Klosters, quelles sont les offres de l'InterContinental qui vous font le plus plaisir?

La partie hôtelière, la gastronomie, et surtout le spa. Il n'y avait jusqu'alors rien de comparable à Davos. Les possibilités d'y organiser des séminaires sont aussi très importantes, mais cet un atout vaut plutôt pour l'hôtel. Car en raison de la taille et de la notoriété mondiale du Centre des congrès, Davos en a moins besoin.

Sur le plan architectural, l'InterContinental se démarque totalement par sa forme et sa couleur. Dès lors, il n'est pas étonnant que la population lui donne un nom original. Quel est votre favori et pourquoi?

J'ai déjà entendu «Golden Eye» ou «Navire de croisière de luxe», ce dernier en raison de sa cheminée sur le toit et des lumières qui l'illuminent la nuit. D'une certaine manière, ces deux noms sont bien trouvés. Cependant, mon favori est «Golden Eye» parce qu'il intrigue et est connu dans le monde entier grâce à James Bond.

Où la destination Davos Klosters se situe-t-elle sur le plan du tourisme? Pouvez-vous nous donner quelques chiffres?

Avec quelque 40 000 lits, Davos enregistre chaque année environ 2,5 millions de nuitées. En comparaison, Zurich en a 2,8 millions et Genève, 2 millions.

Quels sont les plus gros défis que la destination Davos Klosters devra affronter à moyen terme?

J'en vois principalement trois: premièrement, se développer en permanence, tant dans l'infrastructure que dans les offres, les produits et la commercialisation. Deuxièmement, créer une expérience unique pour inciter les clients à choisir Davos Klosters et pouvoir ainsi conserver nos chiffres de fréquentation, sachant que le nombre de ceux qui pratiquent les sports d'hiver recule dans toute l'Europe. Troisièmement, observer de près le développement rapide de la technologie et le comportement correspondant de nos hôtes. Des taux de croissance de 10% et plus par an des réservations auprès d'agences de voyages en ligne sont aujourd'hui la norme, d'abord via les PC et maintenant par les applications mobiles. En outre, évaluations et recommandations sont essentielles de nos jours. Comment notre destination peut-elle rester en phase avec cette évolution?

Alois Zwinggi

Alois Zwinggi

Membre du Conseil de Direction World Economic Forum

Reto Branschi

Reto Branschi

Directeur, Destination Davos Klosters

Contenu secondaire

Nous contacter

Publicité ad hoc 

Informations

Rapports annuels/semestriels et informations complémentaires sur les produits de placement immobiliers disponibles sur FundGateway, sous la catégorie de placement Real Estate Funds:

Nouvel édition de Novum