zinserhoehung-der-snb-erst-im-dritten-quartal-2019-erwartet
Articles

Hausse des taux de la BNS. Pas encore.

L’économie suisse affiche une croissance dynamique. La croissance du PIB réel en témoigne. Néanmoins, la Banque nationale suisse (BNS) reste prudente. Quand faut-il s’attendre à une première hausse des taux d’intérêt de la BNS?

Croissance solide. Le PIB réel a le vent en poupe.

Le produit intérieur brut (PIB) réel suisse a gagné 0,7 pour cent au deuxième trimestre 2018 par rapport au premier trimestre. Le PIB du premier trimestre avait déjà été révisé, passant de 0,6 pour cent à 1,0 pour cent. Ainsi, le solide momentum de croissance du premier trimestre s’est poursuivi au deuxième trimestre.

Bien qu’un ralentissement de l’activité économique soit toujours attendu en 2019, cela conforte l’hypothèse de la Credit Suisse d’une croissance solide du PIB réel suisse en 2018. Pendant l’été, les données ont systématiquement pointé vers une poursuite de cette tendance au troisième trimestre, avec une inflation en hausse.

Le Credit Suisse ne s’attend à une première hausse des taux de la BNS qu’en septembre 2019.

Maxime Botteron

Taux directeur inchangé. La BNS montre une certaine réserve.

Entre-temps, l’euro a reculé face au franc suisse, parfois sous la barre des 1,13, son plus bas niveau depuis juillet 2017. En Italie, la hausse des risques politiques qui s’annonce à l’approche de la présentation du budget par le gouvernement pourrait mettre le franc suisse sous pression.

C’est pourquoi la BNS devrait rester très prudente. Selon la Credit Suisse, les pronostics de la BNS en matière d’inflation conditionnelle ne pointeront pas vers une accélération avant le deuxième semestre 2019. La BNS devrait donc maintenir son taux directeur au premier semestre 2019. Dans ce contexte, la Credit Suisse revoit sa position et tablons désormais sur une seule hausse de 0,25 point de pourcentage en 2019, vraisemblablement en septembre.

Devises. Peu attrayantes actuellement pour la BNS.

Dans ce contexte, il est probable que la BNS s’abstiendra d’acheter des devises étrangères, au moins tant que le franc suisse ne baisse pas sous la barre des 1,10 (cours euro-franc). Tout d’abord, l’économie suisse s’est nettement renforcée depuis un ou deux ans et peut absorber une appréciation du franc suisse. Ensuite, la plupart des banques centrales durcissent leurs politiques ou laissent entendre qu’elles le feront.

aucun-signe-d-achats-de-devises-par-la-bns-depuis-juillet-2017

Aucun signe d’achats de devises par la BNS depuis juillet 2017

Dernières données au: 31/08/2018.
Source: BNS, Credit Suisse

Il se peut que la BNS préfère ne pas être seule à assouplir sa politique en achetant des devises. Enfin, même la récente appréciation rapide du franc suisse n’a pas déclenché d’achats de devises, comme l’atteste la stabilité des dépôts à vue des banques auprès de la BNS, un indicateur fiable des interventions sur les devises étrangères.