panorama-des-risques-2018-facteurs-de-risques-potentiels
Articles

Ces risques financiers contre lesquels vous devez vous prémunir en 2018

Des perspectives encourageantes s’ouvrent aux investisseurs en 2018. Les experts des marchés financiers prévoient une accélération extrêmement soutenue de la croissance, mais cette dernière comporte également son lot de risques. Voici quatorze facteurs de risques contre lesquels les investisseurs doivent se prémunir.

Risques potentiels en 2018

Tensions politiques aux États-Unis

Un échec de la réforme fiscale et une accentuation des tensions politiques aux États-Unis pourraient avoir des conséquences très négatives sur les actions internationales et le dollar américain.

Erreur de politique au niveau du commerce mondial

Une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ou l’abrogation de l’ALENA, sans mise en place d’un accord de substitution, auraient des effets désastreux sur la croissance et les actifs risqués, en particulier dans les marchés émergents.

Éclatement de la bulle du crédit en Chine

Une augmentation de l’endettement des entreprises chinoises ou un choc de liquidité pourraient entraîner un ralentissement de la croissance, avec un impact très négatif sur les actions et le crédit (et inversement).

Escalade des tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord

Une escalade des tensions avec la Corée du Nord ou un conflit armé pénaliseraient lourdement les actifs risqués.

Attaques terroristes de grande ampleur

Des attaques terroristes dans une grande ville, à l’image de celles du 11 septembre, auraient un impact majeur sur la croissance et les marchés.

Réglementation du secteur technologique

La réglementation pourrait venir menacer le modèle économique des entreprises technologiques (p. ex. retraits de licences pour les taxis Uber).

Remise en cause des modèles économiques des entreprises

Ce risque est particulièrement important pour le commerce de détail, les ventes en ligne prenant le pas sur le commerce traditionnel, et le secteur automobile compte tenu de l’impact des voitures électriques sur la rentabilité des entreprises.

Retour de l’instabilité en Europe

Une victoire électorale des eurosceptiques en Italie, une recrudescence des tensions régionales en Espagne (Catalogne) ou une rupture des négociations entre l’UE et le Royaume-Uni (Brexit «dur») pénaliseraient les actifs risqués européens.

Récession ou surchauffe

Un ralentissement surprise de la croissance chinoise ou américaine entraînerait un effondrement des actifs risqués. Une surchauffe de l’économie américaine et une envolée des taux d’intérêt auraient également des effets nocifs.

Ventes massives de titres à haut rendement

Un choc de taux d’intérêt provoqué par la Fed ou une augmentation des défaillances pourraient donner lieu à des ventes massives d’obligations à haut rendement et de prêts à effet de levier, un risque majeur pour le marché.

Conflit armé au Moyen-Orient

Une nouvelle escalade des tensions au Moyen-Orient impliquant les Kurdes, l’Irak, la Turquie et / ou l’Iran pourrait affecter les marchés émergents et les matières premières.

Cyberattaques entraînant des perturbations au niveau mondial

Une cyberattaque qui perturberait les systèmes informatiques à travers le monde aurait des répercussions énormes sur les marchés financiers.

Pandémie

Bien que l’hypothèse soit écartée par les marchés pour le moment, une grande pandémie pourrait pénaliser certaines activités (comme le trafic aérien) ou la croissance économique en général.

Épidémie de drogue (opiacés)

Une telle épidémie (hypothèse retenue par l’administration Trump) pourrait avoir un impact sur le potentiel de croissance de l’économie américaine.

Protéger son portefeuille contre certains risques

Nombre de risques ont peu de chances de se matérialiser mais, si c’est le cas, l’impact sur l’économie mondiale et les actifs financiers pourrait être énorme. Quoi qu’il en soit, la possibilité, même minime, de matérialisation de ces «risques extrêmes» est là pour rappeler aux investisseurs que la diversification du portefeuille est le meilleur moyen de se prémunir contre l’imprévu et la première étape pour assurer le succès de leurs investissements à long terme.

Pour ce qui est des risques économiques, nous suivons de près l’évolution de la situation en Chine et aux États-Unis. Ces pays étant les deux poids-lourds de l’économie mondiale, une aggravation de leurs déséquilibres économiques ou des réponses politiques totalement inadaptées auraient des répercussions majeures. Si de tels risques se concrétisaient, les actifs risqués tels que les actions et les obligations assorties d’un risque de crédit souffriraient beaucoup, tandis que les valeurs refuge comme les emprunts des principaux États, l’or et le franc suisse s’envoleraient. Les risques géopolitiques restent, quant à eux, concentrés sur le Moyen-Orient et la péninsule coréenne.

L’Italie présente un risque pour l’euro

Sur le plan régional, l’Europe reste confrontée à un certain risque de fragmentation qui pourrait également affecter les marchés. La livre sterling souffrirait en cas d’échec des négociations sur le Brexit. De même, si des partis eurosceptiques accédaient au pouvoir en Italie, les emprunts d’État, ainsi que les obligations et les actions bancaires du pays seraient pénalisés, et une contagion à d’autres pays ne serait pas à exclure.

Sur le plan sectoriel, le commerce de détail, l’automobile et la technologie sont les plus menacés. Ainsi, les entreprises du secteur technologique, qui ont accumulé de très confortables liquidités et payé très peu d’impôts dans les pays où elles ont réalisé leur chiffre d’affaires, pourraient être soumises à une réglementation moins favorable. Nous pensons néanmoins que les autorités se montreront plus accommodantes avec le secteur technologique qu’elles ne l’ont été avec les banques après la crise financière mondiale.