Inflation: quels facteurs influencent la hausse des prix?
Articles

Faible inflation malgré une politique monétaire expansionniste. Coup d’œil sur les principaux facteurs et attentes.

Une politique monétaire expansionniste et des mesures de politique budgétaire ont récemment conduit à la reprise de l’économie. Une incertitude considérable quant à l’évolution de l’inflation persiste. Mais quels sont les facteurs déterminants? Découvrez quels placements offrent une éventuelle protection contre les hausses de prix.

Quels facteurs influecent l’inflation?

L’inflation désigne le renchérissement ou les hausses des prix au sein d’une zone monétaire. Les moteurs de l’inflation sont l’augmentation de la demande côté consommateurs ou l’augmentation du prix de la production des biens et des services résultant de la hausse des prix des matières premières ou des salaires.

D’une manière générale, une politique monétaire expansionniste est considérée comme un facteur favorisant l’inflation. En 12 ans, la Banque nationale suisse (BNS) a imprimé plus de 600 milliards de francs suisses. Cependant, outre le Japon, aucun autre pays ne connaît une inflation aussi faible que la Suisse. Il semblerait donc que le lien entre politique monétaire expansionniste et inflation ne soit qu’indirect. Mais alors, quels facteurs influencent le niveau des prix?

Taux d’inflation mondial et tendance

Sources: Refinitiv, Bloomberg, Credit Suisse, avril 21

La performance historique n’est pas un indicateur fiable de la performance actuelle ou future.

Trois tendances mondiales stabilisent la hausse des prix

  1. L’évolution démographique: depuis l’entrée des baby-boomers sur le marché du travail dans les années 1980, il y a globalement moins d’emplois que de personnes qui en cherchent. En outre, depuis l’ouverture de la Chine et la chute du rideau de fer, plus d’un milliard de personnes ont pu accéder au marché mondial du travail. Autant dire que les salaires n’avaient aucune chance d’augmenter de manière notable.
  2. La mondialisation croissante: le développement du commerce mondial renforce la disponibilité et la concurrence des biens et des services.
  3. Le progrès technologique: sa dynamique s’est récemment accélérée. Cette évolution s’accentuera à l’avenir.

Nette intensification du recours à une politique monétaire expansionniste à travers le monde: 2008 / 2021

Pour soutenir l’économie, les banques centrales et les gouvernements ont mis à la disposition du marché d’importantes liquidités et mis en place des programmes de soutien sans précédent. En 2008, les mesures de soutien américaines représentaient 3,5% du PIB. L’an dernier, ces mêmes mesures étaient dix fois plus importantes, représentant un tiers du produit intérieur brut estimé des États-Unis pour 2021.

Plans de relance mondiaux, avril 2021

Sources: McKinsey & Company, Statista.com, Credit Suisse, 1er avril 2021

Ces mesures de relance ont certes atteint les ménages, mais une grande partie de ces montants a rejoint l’épargne, en raison de l’absence de possibilités de consommation pendant les différents confinements. Conséquence, les ménages ont en moyenne amassé en 2020 bien plus d’épargne au niveau mondial que la moyenne annuelle sur la période 2000-2019. S’il est vrai que ces réserves alimentent la résilience des ménages en cas de nouvelle crise, elles posent toutefois la question de la relance de l’inflation par la consommation future de cette épargne.

Comparaison des économies budgétaires à l’échelle internationale

Sources: OECD, Refinitiv, FT, Credit Suisse

La politique monétaire expansionniste reste un outil prisé

En ce qui concerne la situation économique actuelle, le comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) maintient sa politique monétaire expansionniste, jusqu’à ce que la reprise économique se soit consolidée. Les experts du Credit Suisse anticipent une consolidation de la reprise économique, de la situation de l’emploi et de l’inflation.

La progression des campagnes de vaccination relancera l’activité économique et soumettra l’offre, qui a été fortement contrainte par la pandémie, à un test de résistance. L’évolution de l’inflation au fil de l’année reste largement incertaine, mais les risques de progression sont majoritaires.

Les placements en matières premières offrent une éventuelle protection contre les hausses des prix

En 2021, la Suisse devrait enregistrer une inflation de 0,3% (contre -0,7% en 2020). Pour les investisseurs, les placements dans les matières premières offrent actuellement une éventuelle protection contre les hausses des prix. La classe d’actifs devrait malgré tout générer des rendements intéressants à moyen terme. Celles-ci devraient finalement bénéficier de la reprise des économies nationales due aux politiques monétaires et budgétaires accommodantes après la récession causée par la pandémie. Les matières premières devraient également offrir une protection contre une forte inflation imprévue, même si c’est surtout l’or qui a pris le dessus par le passé.

Les prévisions concernant le marché obligataire restent stables également: les obligations d’État restent peu attrayantes et les écarts de crédit entre les obligations à haut rendement et les obligations investment grade ne sont pas spécialement intéressants. Les obligations des marchés émergents en monnaie forte offrent toutefois un avantage de rendement séduisant. Sur le plan des monnaies, les monnaies cycliques sont préférées à celles des pays riches en matières premières.

Vous avez des questions sur ce thème?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au 0844 844 003.