Produits structurés: meilleurs que leur réputation
Articles

Investir de manière innovante – les produits structurés offrent de nouvelles options

Les faibles taux d’intérêt et les évaluations élevées des actions incitent les investisseurs à rechercher des alternatives. Les produits structurés offrent des occasions de placement variables pour pouvoir exploiter des opportunités de rendement attrayantes, même dans l’environnement de marché actuel. Voici ce que vous devez savoir.

Ces dernières années, les produits structurés se sont de plus en plus imposés parmi les instruments de placement. Selon une enquête menée par la Banque nationale suisse, les produits structurés conservés dans les dépôts de clients des banques suisses et liechtensteinoises représentaient une valeur totale de 200 milliards de francs en octobre 2017, soit environ 5% du total des actifs gérés en Suisse.

Les produits structurés ne sont pas négociés depuis très longtemps en Suisse. Le premier lancement par une banque suisse date de 1991, mais leur origine est toutefois nettement plus ancienne. Les premières affaires comparables remontent à 1700 avant J.-C., lorsque les instruments dérivés permettaient aux producteurs agricoles de se couvrir contre une baisse des prix. Dans le même temps, les acheteurs pouvaient se protéger contre les hausses de cours. Au XIXe siècle, de telles opérations à terme ont été permises par l’introduction de standards uniformes pour les négociants.

Investir en produits structurés

De nos jours, les produits structurés sont volontiers dénigrés (souvent) à tort comme étant spéculatifs. Contrairement à une opinion largement répandue, ils n’exigent pas forcément une grande disposition à prendre des risques puisque les investisseurs prudents peuvent également trouver dans cette vaste gamme des alternatives aux instruments classiques. En fonction de leur type, les produits structurés vont du placement conservateur à faible risque aux stratégies très risquées promettant des rendements élevés en cas de succès.

L’utilisation de produits structurés permet d’accroître sensiblement le rapport rendement/risque dans un portefeuille. Les investisseurs ont ici l’embarras du choix: D’une part, le marché propose d’innombrables produits dérivés. D’autre part, les investisseurs peuvent structurer eux-mêmes ces produits et les adapter ainsi à leurs souhaits et besoins, tant en termes de profil de risque que d’attentes personnelles concernant les marchés financiers.

Les produits financiers dérivés sont innovants

Même en cas d’évolution latérale des marchés ou de baisse des cours, les investisseurs peuvent réaliser des bénéfices avec des produits structurés, en fonction du scénario sur lequel ils misent. Étant donné que le choix du sous-jacent offre de nombreuses options, on peut également investir dans des marchés habituellement difficiles d’accès. C’est pourquoi il n’existe à peu près aucune classe de produits mieux adaptée à la diversification du portefeuille.

De nombreux investisseurs misent sur les dérivés structurés (p. ex. les BRC) pour pouvoir générer des revenus sous forme de coupons fixes même sur des marchés en stagnation. En outre, l’intégration d’un volant de risque – le plus souvent conditionnel – peut offrir une protection supplémentaire.

À l’inverse, en cas de grande tolérance au risque, le profil de paiement peut être agencé de façon que les investisseurs puissent profiter de manière disproportionnée d’une évolution positive du sous-jacent. Souvent, les dérivés structurés peuvent être utilisés avec un faible engagement, de sorte que les investisseurs ayant un petit budget peuvent aussi investir de manière diversifiée.

Les préjugés vis-à-vis des produits structurés sont tenaces

Malgré les avantages décrits ci-dessus, les produits structurés subissent certains préjugés depuis la crise financière: trop chers, trop opaques, trop peu rentables. À cet égard, les coûts sont généralement comparables à ceux d’un investissement dans un fonds de placement classique. Le succès ou l’échec dépend de la formule de placement appliquée. Une étude réalisée pour l’Association Suisse Produits Structurés (ASPS) a montré que les produits structurés affichaient une évolution positive par rapport aux coûts sur la période examinée. Dans des conditions de marché normales, ils ont généré un rendement de 5% à 15% par an.

On n’a pas de rendement sans risques. Comme tous les titres, les investissements en instruments financiers dérivés impliquent des risques. Dans le pire des cas, l’investisseur perd la totalité de l’argent investi si le scénario attendu ne se réalise pas ou si l’émetteur du produit structuré doit demander son insolvabilité. Les investisseurs peuvent uniquement se protéger partiellement contre le risque d’émetteur en achetant des produits d’établissements financiers dignes de confiance. Les certificats de protection du capital permettent par ailleurs de couvrir le capital investi contre les risques de marché. Utilisés à bon escient, les produits financiers structurés offrent des solutions adaptées à chaque investisseur (ou pour chaque profil de risque) pour lui permettre de mettre en œuvre ses propres attentes du marché de manière efficiente.