L’éclatement de la bulle immobilière chinoise inquiète les investisseurs.
Articles

Faut-il investir en Chine? Les répercussions de la bulle immobilière.

L’éclatement de la bulle immobilière chinoise déstabilise l’économie locale et inquiète de plus en plus les investisseurs. Quelles sont les répercussions de la crise immobilière et pourquoi, dans le contexte du Congrès national du Parti communiste, la stabilité devrait être de mise.

La bulle immobilière en Chine

Pendant des décennies, l’immobilier a été considéré comme l’incarnation du rêve chinois. Quiconque en avait les moyens acquérait son logement. Les membres de la classe moyenne en achetaient même un deuxième. Ces dernières années, la charge hypothécaire des Chinois est devenue l’une des plus élevées au monde. Aujourd’hui, plus de 70 pour cent de l’épargne privée du pays est liée à l’immobilier.

«Les maisons sont faites pour y vivre, pas pour spéculer.»

Président chinois Xi Jinping

C’est ainsi qu’une bulle spéculative s’est formée et n’a cessé de croître. Juste avant la pandémie, le président chinois Xi Jinping avait tenté d’y mettre un terme. «Les maisons sont faites pour y vivre, pas pour spéculer», avait-t-il lancé à titre d’avertissement au pays. Mais cette campagne est arrivée trop tard. Le marché a flambé comme jamais jusqu’à ce que la crise sanitaire et la chute d’Evergrande, la plus grande entreprise immobilière de la République populaire et la plus endettée au monde, douchent l’insouciance. Tout ce qui reste, ce sont des villes fantômes, à perte de vue.

Les conséquences de la crise immobilière sur l’économie chinoise

Depuis, une vague de faillites, de pertes de crédits, de mécontentement croissant et de chômage caché submerge le pays. La confiance des consommateurs, la demande de crédits bancaires et les nouveaux projets immobiliers ont connu un effondrement sans précédent. De nombreux acquéreurs immobiliers qui ont déjà payé leur logement attendent depuis des mois la remise des clés. La gestion du cash-flow des entreprises générales ressemble à un château de cartes, lequel s’effondre en l’absence de ventes régulières. La Chine se retrouve prise au piège classique des liquidités.

La bulle immobilière chinoise entraîne l’effondrement du climat de consommation.

1. Effondrement de la confiance des consommateurs dans le sillage de la bulle immobilière

Source: Chinese National Bureau of Statistics, Macrobond, Longview Economics
Dernières données: 01.07.2022

La bulle immobilière chinoise entraîne l’effondrement des investissements dans la construction.

2. Effondrement des investissements de construction dans le sillage de la bulle immobilière

Source: Chinese National Bureau of Statistics, Longview Economics, Macrobond
Dernières données: 01.08.2022

La bulle immobilière chinoise entraîne l’effondrement de la demande de crédit.

3. Effondrement de la demande de crédit dans le sillage de la bulle immobilière

Source: Banque populiare de Chine, Macrobond, Longview Economics
Dernières données: 2e trimestre 2022

Quelles sont les répercussions de l’éclatement de la bulle immobilière chinoise à l’échelle mondiale?

La situation économique actuelle de la Chine rappelle la crise immobilière américaine. Cette dernière s’est terminée en 2008 par une crise financière mondiale, au cours de laquelle les hypothèques américaines titrisées ont creusé des trous béants dans les portefeuilles des investisseurs internationaux.

Dans le cas de la Chine, le risque de répercussions sur les placements internationaux n’existe pas. En effet, les hypothèques chinoises appartiennent presque exclusivement aux banques locales. Celles-ci appartenant à l’État, c’est lui qui devrait en assumer les pertes. La Chine évite ainsi les retraits massifs catastrophiques qu’avaient subis l’Europe et les États-Unis.

Presque tous les avantages de la Chine en matière de coûts salariaux ont été exploités.

Mais les problèmes économiques de la Chine soulèvent également la question de l’avenir de la mondialisation dans son ensemble. Car avec le temps, l’économie chinoise s’est alignée sur celle des États-Unis, comme l’indique la comparaison des salaires à l’échelle mondiale: Alors que les salaires horaires moyens américains étaient 50 fois supérieurs à ceux des Chinois en 1990, cet écart s’est nettement resserré entre-temps pour atteindre tout au plus un facteur 3.

Par ailleurs, comme les tarifs du fret ont augmenté, l’avantage économique du modèle d’exportation chinois a grandement fondu.

L’économie chinoise perd son avantage stratégique en matière de coûts salariaux.

L’avantage stratégique chinois en matière de coûts salariaux s’est en grande partie volatilisé.

Source: Credit Suisse, Bloomberg
Dernières données: 07.09.2022

Faut-il investir en Chine? Ce que les investisseurs doivent savoir.

La situation économique actuelle de la Chine inquiète de plus en plus les investisseurs. Le Credit Suisse cite trois critères qui doivent, à son avis, intervenir dans les décisions de placement:

1. La crise est précédée de décennies d’essor économique.

Il serait erroné de se détourner de la Chine en raison de sa crise immobilière. Après deux décennies d’essor économique, la République populaire traverse une crise comme ce fut le cas de presque tous les États européens dans l’histoire de l’après-guerre. À y regarder de plus près, il n’est pas non plus étonnant que la réglementation stricte du secteur technologique du pays et de ses entreprises cotées aux États-Unis soit liée à ces difficultés intérieures.

2. La crise économique chinoise est temporaire.

Les crises vont et viennent. Mais certains facteurs demeurent, à savoir la compétitivité de l’économie chinoise, la taille du pays ainsi que son importance au sein de l’Asie émergente et dans le monde entier. La Chine occupe une place considérable dans l’économie mondiale et ses actions font partie intégrante d’un portefeuille diversifié à l’échelle internationale.

3. La transition énergétique prévue par la Chine offre des opportunités de placement.

Les investisseurs trouvent en Chine des obligations en monnaie forte émise par des entreprises sans lien avec le marché immobilier et qui dégagent des rendements à l’échéance supérieurs à la moyenne. Par ailleurs, le Credit Suisse attend à ce que le gouvernement central chinois, après le Congrès national du Parti communiste, débloque un important paquet de mesures de relance budgétaire qui pourrait correspondre à plus de 5 pour cent de la performance économique selon les rumeurs, un taux supérieur à celui des programmes de soutien déployés pendant la crise sanitaire. Une grande partie de ces mesures devrait favoriser la transition énergétique, une priorité stratégique de la Chine. Les investisseurs peuvent tirer profit de ces évolutions.

Vous avez des questions sur ce thème?

Convenir d'un entretien de conseil
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au 0844 844 003.