Les rentes diminuent
Articles

La baisse des taux de conversion réduit sensiblement les rentes

Les rentes diminuent, parce que les caisses de pension ne parviennent plus à dégager des rendements suffisants sur fond d’évolution démographique et de taux planchers, en dépit des réformes. La prévoyance individuelle est donc cruciale.

L’Union syndicale suisse (USS) tire la sonnette d’alarme: parmi les personnes partant aujourd’hui à la retraite, nombreuses sont celles qui toucheront une rente moins élevée qu’auparavant. Au cours des sept dernières années, dix des plus grandes caisses de pension suisses ont en moyenne abaissé leur taux de conversion pour la part surobligatoire du capital de vieillesse du 2e pilier de plus de 10%, certaines même de 20%. Et cette évolution se poursuit. Il en résulte des rentes réduites pour les futurs retraités.

Réduction dramatique des prestations dépassant le minimum légal

Ces pertes seront particulièrement douloureuses pour les personnes qui perçoivent des prestations dépassant le minimum légal. Pour l’USS, la situation est claire: c’est du «vol», déclaration faite à l’occasion d’une récente conférence de presse lors de laquelle le syndicat a présenté les résultats de son enquête sur les promesses de retraite des principales caisses de pension suisses et constaté qu’il fallait s’attendre à une diminution des prestations. Le montant de la pension du 2e pilier dépend surtout du taux de conversion. Ce dernier détermine le pourcentage du capital de vieillesse épargné qui sera versé sous forme de rente chaque année. Plus le taux de conversion est élevé et plus les rentes sont conséquentes.

Beaucoup moins de rente

Par rapport au régime obligatoire LPP (taux de conversion de 6,8%), un taux de 5,7% et moins est d’ores et déjà appliqué dans la partie surobligatoire. Pour les assurés, cela représente une baisse des rentes de l’ordre de 2 mrd CHF par an.

Source: magazine «ECO» du 22.02.2016, SRF

Beaucoup moins de rente

Baisse du taux de conversion

L’assurance obligatoire ne couvre que la part du salaire annuel situé entre 21 330 et 85 320 CHF. Le capital épargné qui en découle est versé sous forme de rente au taux de conversion d’actuellement 6,8% imposé par la loi. Pour le capital de vieillesse dans le cadre de la prévoyance excédant le minimum légal, les caisses de pension peuvent elles-mêmes fixer le taux de conversion, et il se révèle alors souvent bien inférieur à celui du régime obligatoire.
Exemple: une personne ayant accumulé un capital vieillesse de 700 000 CHF dans le 2e pilier perçoit, pour un taux de conversion de 6,2%, une rente mensuelle de 3617 CHF. Si le taux de conversion baisse p. ex. à 4,8%, ce montant n’est plus que de 2800 CHF, soit une réduction de 23%.

Des différences impressionnantes

Rente mensuelle (en CHF) pour 700 000 CHF de capital de vieillesse dans le 2e pilier, sur la base de différents taux de conversion (TC):

Source: Credit Suisse

Des différences impressionnantes

Hausse de l’espérance de vie, baisse des revenus du capital

La baisse des taux de conversion est devenue nécessaire pour contrer les déséquilibres survenus dans le 2e pilier. L’espérance de vie augmente et les rendements sur le marché des capitaux sont en repli depuis des années. Or, les caisses de pension devraient dégager des revenus sur capitaux de 5% par an pour supporter durablement des taux de conversion plus élevés – un niveau qu’elles ne sont en général plus en mesure d’atteindre. Au vu de la situation économique actuelle, la probabilité que cette situation évolue dans un avenir proche semble mince et de nouvelles réductions du taux de conversion sont à prévoir.

Évolution du taux de conversion depuis 2002

Taux de conversion, hommes, âge de départ à la retraite 65 ans, en %
Source: Swisscanto

Évolution du taux de conversion depuis 2002