Articles

Pilier 3a: les femmes avec et sans enfants épargnent différemment en vue de leur retraite

Selon la nouvelle étude du Credit Suisse sur la prévoyance vieillesse, les femmes en couple à double revenu sont bien conscientes de l’importance de leur prévoyance vieillesse. Toutefois, celles qui ont des enfants ont davantage tendance à alimenter le pilier 3a que celles qui n’ont pas d’enfants. Et ce, malgré le fait que les mères ont en moyenne moins d’argent à leur disposition. Que signifie cette contradiction?

La situation personnelle et en matière de famille influe sur la prévoyance vieillesse privée des femmes. En particulier, le fait de fonder une famille semble favoriser la prise de conscience de la nécessité de prendre des mesures en prévision de la retraite. C’est ce que montre l’étude actuelle du Credit Suisse «Mind the Gap: temps partiel, congé, lacune de prévoyance». Parmi les femmes en couple à double revenu, celles qui ont des enfants ont tendance à investir plus fréquemment dans le 3e pilier que celles qui n’en ont pas, appelées les SEDS (sans enfants, double salaire), bien que dans de nombreux cas les mères aient moins de moyens financiers à leur disposition. Ainsi, par exemple, 70% des femmes qui ont une famille et disposent d’une formation tertiaire – le revenu moyen s’élève dans ce groupe à 58 000 CHF – effectuent régulièrement des versements dans le pilier 3a. En revanche, parmi les SEDS hautement qualifiées avec un revenu moyen de 82 000 CHF, 63% seulement investissent dans la prévoyance 3a. En d’autres mots: en dépit des conditions financières prétendument bonnes, près de 40% des SEDS ne profitent pas de la possibilité d’assurer leur niveau de vie à la retraite grâce au pilier 3a.

Les femmes vivant en couple effectuent plus fréquemment des versements dans le pilier 3a si elles ont des enfants.

Comparatif femmes ayant une famille et SEDS

Par rapport aux femmes qui ont une famille, les SEDS ont en moyenne un revenu plus élevé, mais ont tendance à effectuer moins fréquemment des versements dans le pilier 3a.

Source: Credit Suisse, 2019.

Les femmes qui ont une famille n’ont pas toujours suffisamment de ressources pour une prévoyance individuelle

Les femmes vivant avec un partenaire et des enfants sont tout à fait conscientes de la nécessité d’une prévoyance vieillesse privée. Toutefois, dans certains cas, elles ne disposent pas des moyens financiers nécessaires pour combler elles-mêmes les lacunes de prévoyance par le biais de l’épargne de la prévoyance 3a. Une évolution qui s’explique pour plusieurs raisons. Après la naissance d’un enfant, certaines femmes réduisent leur charge de travail ou font une pause au profit de la garde d’enfants. Dans certains cas, l’engagement en faveur de la famille et des enfants freine également le développement de leur carrière. Les deux événements ont un impact négatif sur les revenus et peuvent rendre plus difficile la constitution d’un solide avoir de vieillesse du pilier 3a.

Femmes ayant une famille en fonction du niveau de formation

Les femmes ayant une famille font moins souvent carrière

Les femmes qui ont une famille ont tendance à transiger sur leur propre formation au profit de la famille, tandis qu’environ la moitié des SEDS atteignent un niveau de formation élevé.

Source: Credit Suisse, 2019.

Il est donc d’autant plus important pour les femmes ayant une famille d’exploiter leurs possibilités de la prévoyance vieillesse de manière optimale. Même un petit montant fixe, mais régulier dans le budget familial peut aider à constituer le pilier 3a et à combler les lacunes de prévoyance. 

Profil de prévoyance 3a: femmes ayant une famille

La fondation d’une famille influe sur la prévoyance vieillesse. Ainsi, les femmes vivant en couple à double revenu avec enfants investissent de manière plus régulière dans le 3e pilier que les femmes sans enfants qui apportent un second revenu à leur ménage. C’est ce que montre la dernière étude sur la prévoyance 3a du Credit Suisse. Émilie Gachet, co-auteure de l’étude, explique ce que cela signifie pour les femmes avec et sans enfants.

SEDS: 37 à 40% laissent inutilisées les possibilités de la prévoyance 3a

D’un point de vue financier, beaucoup de femmes en couple sans enfants et disposant d’un double revenu devraient, en principe, être à même de cotiser régulièrement au pilier 3a. Entre autres, parce qu’elles n’ont pas d’enfants à charge et ont généralement un taux d'activité plus élevé, elles ont en moyenne plus de ressources financières à leur disposition que les femmes qui ont une famille. Mais même les SEDS peuvent ne pas travailler à 100% jusqu’à la retraite. Si elles souhaitent, à un moment ou un autre, réduire leur charge de travail en faveur de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ou au profit d'un travail bénévole, voire faire le tour du monde ou prendre une longue pause pour d’autres raisons, cela aura un effet négatif sur leur prévoyance vieillesse. Il vaut donc mieux pour elles avoir pris des dispositions à cet effet – tant qu’elles en avaient les moyens financiers – et avoir régulièrement versé des cotisations au pilier 3a. Elles veillent ainsi à réduire les lacunes de prévoyance et devront faire peu de sacrifices pour maintenir leur niveau de vie habituel lorsqu'elles seront à la retraite. Idéalement, elles saisissent cette opportunité le plus tôt possible et ne reportent pas à long terme leur prévoyance vieillesse privée. En effet, les versements rétroactifs pour les années manquées ne sont pas possibles dans le cadre du pilier 3a.

Profil de prévoyance 3a: femmes en couple à double revenu

SEDS signifie «sans enfants, double salaire»: les femmes en couple à double revenu sans enfants ont le revenu le plus élevé par rapport à d’autres groupes de femmes. Néanmoins, ces femmes cotisent moins au pilier 3a que les femmes vivant en couple à un double revenu avec enfants. Plus d’informations par Jan Schüpbach, co-auteur de l’étude de prévoyance du Credit Suisse «Mind the Gap: temps partiel, congé, lacune de prévoyance».

Un effet secondaire très intéressant: réduire ses impôts par des versements dans le pilier 3a

L’épargne 3a est également intéressante pour des raisons fiscales, et ce même à plusieurs égards. Pour ce faire, il n’est pas obligatoire de verser le montant maximal dans le 3e pilier. Même de petits montants versés régulièrement permettent d’éviter des lacunes de prévoyance. D’un point de vue fiscal et en termes de rendement, ceux-ci peuvent même, en fonction de leur lieu de domicile, être légèrement plus rentables que les montants maximaux versés sporadiquement. De plus, qui commence à épargner tôt en profite doublement. En raison de l’horizon de placement à long terme, l’effet induit par les intérêts composés est d’autant plus marqué et augmente le montant qui sera versé plus tard.

Prévoyance vieillesse pour les femmes

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window Ouvrir un Compte ou Dépôt de prévoyance 3e pilier This link target opens in a new window
Chaque situation de vie exige une forme de prévoyance vieillesse individuelle. Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller.