Selon le Baromètre des préoccupations 2019, la prévoyance vieillesse inquiète toutes les générations en Suisse
Articles

Article Problème n° 1: la prévoyance vieillesse

Pour la troisième année consécutive, les citoyens suisses considèrent la prévoyance vieillesse comme le problème le plus urgent à résoudre dans le pays. Et comme le montre le Baromètre des préoccupations du Credit Suisse, toutes les catégories d’âge s’accordent sur ce point.

Baromètre des préoccupations 2019 – Top 20 des problèmes – La prévoyance vieillesse en tête

Prévoyance vieillesse: l’inquiétude n° 1 des Suisses

Près de la moitié (47%) des personnes interrogées en 2019 considèrent la prévoyance vieillesse comme le problème le plus urgent à résoudre en Suisse, suivie par la santé et les caisses-​maladie, puis la thématique des étrangers. Le problème mondial «protection de l’environnement / changement climatique / catastrophe écologique» n’occupe que la quatrième place.

La prévoyance vieillesse invariablement en tête

L’incertitude entourant la prévoyance vieillesse n’a cessé de croître au cours des trois dernières années. Il reste à l’évidence beaucoup à faire pour stabiliser les premier et deuxième piliers. Ce thème occupait déjà la première place du Baromètre en 2017 et 2018, avec 44% et 45% respectivement. En 2019, ils sont 47% à considérer la prévoyance vieillesse comme le problème le plus urgent à résoudre.

Différentes méthodes, un même résultat

L’institut de recherche gfs.bern interroge la population de différentes manières. Dans le cadre de la méthode avec propositions de réponse, les sondés reçoivent une liste de problèmes potentiels et sélectionnent parmi ces derniers les cinq qu’ils considèrent comme les plus urgents. Il en ressort le chiffre de 47% mentionné ci-dessus. La prévoyance vieillesse occupe aussi la première place peu glorieuse de ce classement également en l’absence de propositions (c’est-à-dire lorsqu’aucune liste n’est soumise aux sondés), même si elle descend à 41%. Étant donné qu’il est possible de sélectionner cinq thématiques, le total des résultats dépasse 100%.

Lorsque les sondés doivent citer le problème le plus urgent à résoudre, la prévoyance vieillesse occupe encore une fois la première marche du podium (16%).

47 %

considèrent la prévoyance vieillesse comme le problème le plus urgent à résoudre.

Des différences minimes selon l’âge et le lieu de résidence

Quels que soient l’âge des sondés et leur lieu de résidence – à la campagne, dans une commune périurbaine ou en ville –, la prévoyance vieillesse reste ancrée à la première place.

Les 40-65 ans et les plus de 65 ans sont les plus inquiets face à cette thématique. En effet, la prévoyance vieillesse est le plus souvent citée par ces deux groupes d’âge (52% au total) comme étant le principal problème de la Suisse. Mais la sécurité financière à la retraite préoccupe également les jeunes: le problème de la prévoyance vieillesse totalise pas moins de 35% de leurs réponses, autant que l’environnement et le climat.

Si l’on se réfère au lieu de résidence, la prévoyance vieillesse suscite le plus de craintes dans les zones rurales: 53% estiment que la stabilisation des premier et deuxième piliers constitue le principal défi à relever actuellement. Toutefois, l’incertitude moyenne n’est pas beaucoup plus faible dans les agglomérations et les villes. Dans les deux cas, 47% s’inquiètent pour l’avenir de la prévoyance vieillesse.

Prévoyance vieillesse: réformes rejetées, approuvées et en cours d’élaboration

L’inquiétude croissante au sujet de la sécurité financière à l’âge de la retraite intervient dans une période marquée par les efforts de réforme du Conseil fédéral. Après le rejet de la réforme «Prévoyance vieillesse 2020» en votation populaire en 2017, la «Réforme fiscale et financement de l’AVS» (RFFA) a été acceptée par les citoyens en mai 2019. Ainsi, le déséquilibre financier de l’AVS a pu être quelque peu corrigé, à titre provisoire. Il est toutefois urgent de réformer profondément l’AVS. Il s’agit d’une nécessité qui fait également l’unanimité.

Le projet de réforme «AVS 21» est en cours d’élaboration. Il vise à assurer un financement suffisant de l’AVS jusqu’à l’horizon 2030. Le Conseil fédéral prévoit une entrée en vigueur en 2022, à condition que la réforme n’échoue pas dans les urnes.

Échec politique dans le Baromètre des préoccupations 2019: la prévoyance vieillesse joue certainement un rôle

46% estiment que la politique échoue

    

Hausse de l’intérêt pour la politique, baisse de la confiance

Le Baromètre des préoccupations 2019 met en lumière d’autres tendances intéressantes: tandis que l’intérêt pour la politique atteint un niveau record avec 74%, la confiance envers les responsables politiques diminue. Ainsi, 46% des sondés estiment que la politique, le gouvernement et l’administration échouent souvent sur des questions décisives. Les auteurs de l’étude en tirent une conclusion: la perte de confiance à l’égard de la politique doit être placée dans le contexte des projets de réforme restés dans l’impasse ces dernières années.

Souhaitez-vous analyser votre propre prévoyance vieillesse avec un spécialiste?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au numéro de téléphone 0844 200 112 ou convenez d’un rendez-vous avec nous.