Investir dans des placements attractifs en dehors de la bourse grâce au private equity
Articles

Private equity – des possibilités de placement attractives en dehors de la bourse

Les placements alternatifs, tels que le private equity, jouent un rôle de plus en plus important dans la stabilisation et la diversification des portefeuilles, en particulier dans le contexte actuel de faiblesse des taux d’intérêt et des rendements. Comment le private equity fonctionne-t-il et comment les investisseurs privés peuvent-ils investir dans ce domaine?

Une grande partie de l’économie se compose de petites et moyennes entreprises non cotées en bourse. Grâce au private equity, ces entreprises ont la possibilité de lever des capitaux. En conséquence, le private equity représente un marché immense en Suisse et à l’échelle mondiale, auquel les investisseurs privés n’ont jusqu’à présent prêté que peu d’attention.

Il est donc d’autant plus intéressant d’étudier des solutions alternatives en cette période de faiblesse des taux d’intérêt et des rendements sur les marchés financiers traditionnels. Pour les investisseurs ayant un horizon de placement à long terme et une certaine tolérance au risque, le private equity peut constituer une bonne alternative de placement d’une partie de leur fortune.

Comment les investisseurs privés peuvent-ils investir dans le private equity?

Pendant longtemps, le private equity était réservé aux investisseurs institutionnels, tels que les caisses de pension ou les family offices. Le seuil d’entrée avoisinait les 5 millions. Entretemps, les fonds de private equity ont été créés. Ils réunissent les capitaux des investisseurs au sein d’un pool et les investissent dans une seule entreprise ou dans un portefeuille composé de plusieurs entreprises. L’investissement minimal est donc nettement inférieur. Une autre possibilité consiste à acheter des fonds de fonds de private equity ou des actions de sociétés de private equity qui, quant à elles, sont cotées en bourse.

Les placements en private equity permettent aux investisseurs privés de diversifier leur portefeuille et d’en améliorer le rapport risque-rendement. Néanmoins, la part de private equity ne doit pas être trop élevée. Le Credit Suisse recommande une part de 5% du portefeuille total à partir d’une certaine taille de portefeuille. Toutefois, la liquidité moindre de cette classe d’actifs doit impérativement être prise en compte.

Private equity – l’offre répond à la demande

Les capitaux de private equity sont utilisés là où il y a une demande. Au départ, l’investisseur s’engage sur un montant de capital. Le montant négocié sera investi dans des entreprises en fonction des besoins, sur une période de plusieurs années. Dans les premières années, ce type de placement ne dégage pratiquement aucun rendement. Les bénéfices ne sont distribués aux investisseurs qu’au fil du temps.

Contrairement aux placements dans des entreprises cotées en bourse, les gestionnaires de private equity bénéficient d’un haut degré de codécision. Souvent, l’engagement financier des sociétés de private equity atteint le seuil d’une participation majoritaire. Ainsi, les bailleurs de fonds peuvent influencer la stratégie de l’entreprise jusqu’à son rachat complet. C’est précisément la raison pour laquelle les fonds de private equity ont parfois une mauvaise réputation. Dans de nombreux cas, sous la houlette des sociétés de private equity, les entreprises retrouvent le chemin de la croissance et/ou peuvent améliorer leur position sur le marché.

Mais la reprise d’une société n’est que l’un des scénarios dans lesquels le private equity intervient. Le capital-risque (venture capital) peut également servir à financer la création de nouvelles start-up. Souvent, les entreprises ont besoin de capitaux pour leur croissance future et sont donc tributaires des investisseurs.

Qu’est-ce que le private equity?

Le private equity est une participation dans une entreprise en dehors des marchés boursiers. En règle générale, la participation au capital est orchestrée par des sociétés de private equity spécialisées dans cette forme de placement. L’objectif est d’obtenir un rendement financier grâce à la participation. Pour les entreprises, le private equity offre le moyen de lever des capitaux, par exemple pour développer de nouveaux produits et de nouvelles technologies, conquérir de nouveaux marchés, procéder à des acquisitions ou se redresser. Les participations hors bourse dans de jeunes start-up présentent des risques et sont donc qualifiées de capital-risque.