Les marchés d’actions continuent de gagner en dynamisme dans la phase de reprise
Articles

Les marchés des actions ont toujours le vent en poupe

Alors que la reprise conjoncturelle n’en est qu’à ses débuts, les cours sur les marchés boursiers sont à nouveau orientés à la hausse depuis la fin du mois de mars. Dans un entretien, Nannette Hechler-Fayd’herbe nous en explique les raisons et les opportunités qui attendent les investisseurs en termes d’obligations.

La reprise des marchés des actions se poursuit

Après l’effondrement économique important du deuxième trimestre de cette année causé par la crise du coronavirus, les premiers signes d’une reprise économique apparaissent aujourd’hui. Les marchés boursiers, en revanche, ont déjà le vent en poupe depuis un certain temps. Ils se sont redressés depuis le creux de la vague atteint en mars et sont aujourd’hui presque revenus aux niveaux d’avant la crise.

Cette évolution positive des marchés boursiers s’explique par les mesures de relance sans précédent prises dans le cadre de la lutte contre la crise. «Les dirigeants politiques ont clairement fait savoir qu’ils étaient prêts à épuiser toutes les ressources disponibles», explique Nannette Hechler-Fayd’herbe, Regional CIO d’International Wealth Management au Credit Suisse. Les investisseurs peuvent également s’attendre à un soutien renouvelé si la situation se détériore à nouveau. Cela plaide pour le fait que les marchés des actions ont un potentiel de hausse supplémentaire. Découvrez dans notre vidéo quels secteurs devraient profiter de la reprise et comment les investisseurs devraient orienter leur portefeuille.

Entretien avec Nannette Hechler-Fayd’herbe, CIO d’International Wealth Management au Credit Suisse

Entretien avec Nannette Hechler-Fayd’herbe sur les signes de reprise et les opportunités sur les marchés boursiers (exclusivement disponible en anglais).

Les obligations profitent des injections de liquidités des banques centrales

Les obligations offrent également de bonnes opportunités, car les banques centrales fournissent aux marchés d’énormes quantités de liquidités par l’achat de titres. «Il est difficile de résister à cet afflux de liquidités», souligne Nannette Hechler-Fayd’herbe. Elle voit des opportunités en particulier dans les obligations d’entreprises de qualité «investment grade» et les obligations des marchés émergents en monnaies fortes. Dans la vidéo, Nannette Hechler-Fayd’herbe explique pourquoi il est actuellement difficile d’obtenir de bons rendements avec les obligations d’État et quels sont les risques qu’elle voit à moyen terme.

Avez-vous des questions à ce sujet?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au 0844 844 003.