supertrends-contexte-et-enseignements
Articles

«Les Supertrends permettent à nos clients d’opter pour un accent thématique»

Les Supertrends du Credit Suisse sont le reflet ne notre époque. Nannette Hechler-Fayd'herbe, responsable du domaine d’activité Global Investment Strategy & Research, évoque les modalités selon lesquelles les Supertrends ont été définies, les opportunités de placement qui en découlent et la suite qui sera donnée à ces thèmes.

Il y a près d’un an, le Credit Suisse lançait le concept des Supertrends. Les spécialistes de Research ont défini cinq thèmes particulièrement porteurs d’avenir, qui doivent permettre aux investisseurs de profiter des tendances sociétales à long terme. Ces tendances reposent principalement sur les évolutions démographiques, socio-économiques et politiques, ainsi que sur les progrès technologiques et scientifiques. Les cinq Supertrends sont les suivantes:

  1. Sociétés en colère – Monde multipolaire
  2. Infrastructure – Combler l’écart 
  3. La technologie au service de l’être humain 
  4. Économie des seniors – Investir en vue du vieillissement démographique 
  5. Valeurs des Millennials

Quelle a été la genèse des Supertrends?

Nannette Hechler-Fayd'herbe*: Nous voulions développer des idées d’actions décorrélées des fluctuations sur les marchés boursiers, reposant sur des tendances sociétales à long terme. L’objectif était de démontrer – à nous-mêmes et aux investisseurs – qu’il était possible d’identifier d’excellentes opportunités individuelles de placement en actions malgré des valorisations d’indice en hausse, et donc de contribuer à la performance positive des actions.

Comment avez-vous procédé?

Nous avons tout d’abord organisé un brainstorming au sein de notre équipe Research, afin de discuter des tendances importantes et durables répondant à nos critères. Nos spécialistes sectoriels y ont apporté leurs observations en matière d’innovations majeures. L’actualité politique et les tendances économiques qui se profilent dans les prochaines années sous l’influence de nouveaux gouvernements ont également occupé une place importante. Il est rapidement devenu évident que les marchés émergents jouaient un rôle essentiel. D’où notre notion de monde multipolaire.

Quels critères spécifiques avez-vous définis pour les Supertrends?

Les tendances devaient persister sur les trois à cinq prochaines années, mais aussi avoir des effets immédiats, pas dans seulement dix à quinze ans, pour que les investisseurs puissent en profiter sans délai. Nous voulions ainsi nous affranchir de l’incertitude du court terme. La compréhensibilité intuitive des Supertrends était également importante. Nous avons placé l’accent sur les placements en actions. Ces dernières se négociaient en effet à des sommets historiques et il était indispensable de développer des approches de placement actives permettant de réaliser des résultats positifs dans les années à venir.

Quelles sont les Supertrends les plus importantes à vos yeux?

On me pose souvent cette question, mais je ne suis pas vraiment en mesure d’y répondre. La technologie est évidemment très importante et les percées y sont actuellement nombreuses. Mais la démographie est tout aussi cruciale et devrait le rester à très long terme. Les Millennials jouent un rôle fondamental. Il s’agit de mieux comprendre la jeune génération, qui marquera fortement les futures tendances. Chacune des 5 Supertrends a son importance.

Comment les Supertrends influent-elles sur la stratégie de placement du Credit Suisse?

Nous procédons à une sélection d’actions. Cela signifie que nos recommandations sont des idées de placement pouvant être mises en œuvre à l’aide d’actions individuelles. Nous avons sélectionné 20 à 40 actions pour chaque Supertrend. Dans le cadre des mandats, les gestionnaires utilisent ces recommandations en tant que base pour leur propre sélection des actions.

L’écho auprès des clients s’agissant des Supertrends est très positif. Les thèmes sont convaincants, tout comme la performance.

Responsable Global Investment Strategy & Research

Comment les particuliers peuvent-ils investir dans ces Supertrends?

Les investisseurs peuvent acheter des actions individuelles ou opter pour des recommandations groupées, sous forme de certificats sur un indice. Contrairement aux indices de marché classiques, ceux-ci sont gérés activement. La troisième possibilité consiste à investir dans des fonds de notre Asset Management axés sur certains sous-thèmes des Supertrends, par exemple le Digital Health Fund, le Safety Security Fund ou encore le Robotics Fund.

Que conseillez-vous: investir dans un certificat de Supertrend ou dans un fonds axé sur une sous-tendance?

Cela dépend des besoins et préférences de tout un chacun. Aspect important: les deux solutions de placement sont gérées activement. Pour les sous-tendances répondant à des définitions plus strictes, une volatilité accrue n’est pas exclue. Les certificats sont plus diversifiés. La Supertrend Économie des seniors couvre ainsi tant les aspects relatifs à la santé que les assurances et la consommation.

Existe-t-il un produit couvrant toutes les Supertrends?

Non, nos clients ont besoin de placer un accent thématique et d’investir dans les actions des Supertrends qu’ils jugent eux-mêmes porteuses d’avenir.

Comment les recommandations sont-elles réévaluées, actualisées et complétées?

Nous contrôlons la performance de nos recommandations d’actions sur une base mensuelle. Nous analysons tant les évolutions autour du thème en lui-même que les entreprises émettrices des différentes actions que nous avons identifiées. C’est comme un bilan de santé. Il s’est avéré que les recommandations sont relativement stables. Mais, de temps à autre, le marché peut aussi s’emballer et les titres atteindre très rapidement les objectifs définis par les analystes. Ou des changements peuvent être intervenus au sein d’une entreprise, ce qui nous incite à changer d’actions.

Les Supertrends ont été lancées il y a près d’un an. Quels sont les enseignements jusqu’à ce jour?

L’écho auprès des clients est très positif. Les thèmes sont convaincants, tout comme la performance.

Quelle sera la suite?

Deux fois par an, nous procédons à une réévaluation en profondeur de nos thèmes: quels sous-thèmes sont encore pertinents? Dans le domaine de la technologie, les choses vont en effet particulièrement vite. Il peut alors arriver que certains sous-thèmes soient remplacés par d’autres, ou que de nouveaux thèmes soient ajoutés suite à des évolutions pertinentes. Une fois par an, nous élaborons une nouvelle publication, qui indique où nous en sommes et spécifie les développements en matière de sous-tendances. La prochaine publication paraîtra le 13.06.2018.