CS - Moniteur immobilier Suisse, 4e trimestre 2016
Articles

Moniteur immobilier Suisse,
4e trimestre 2016

Le référendum sur le brexit en juin et le surprenant résultat des élections américaines ont démontré que les événements politiques ont un impact sur le marché immobilier suisse par le truchement des cours de change et des taux d’intérêt. Contrairement à la politique, les marchés immobiliers semblent moins susceptibles de nous surprendre en 2017 et les tendances actuelles devraient se poursuivre. Les rendements intéressants de l’immobilier vont continuer d’éveiller l’intérêt des investisseurs et de contribuer à l’expansion des surfaces.

Les taux d’intérêt restent bas …

L’année touche à sa fin et le moment semble opportun pour une rétrospective et quelques projections pour 2017. Les signes indiquant que la fin de l’année calendaire pourrait sonner le glas de certaines évolutions importantes pour l’immobilier se multiplient. Citons surtout la tendance baissière des taux d’intérêt, qui devrait prochainement arriver à son terme. La banque centrale américaine a initié sa sortie de la politique monétaire expansionniste, bien que plus prudemment qu’annoncé initialement. Il est presque certain que notre prévision d’un second relèvement des taux directeurs américains au cours du mois de décembre devrait se concrétiser. La hausse des taux à long terme au cours de ces dernières semaines a déjà largement anticipé cette mesure et, entre autres, pesé sur les fonds immobiliers helvétiques. Depuis le début de l’année, la performance de ces derniers face aux placements immobiliers européens et aux actions suisses reste néanmoins remarquable (page 14).

… et l’immobilier très prisé

L’impact positif de l’immigration sur le marché immobilier suisse va sans doute également diminuer. Cette année et pour la première fois, le nombre d’immigrés en provenance de l’étranger a connu un recul à deux chiffres, ce qui se reflète dans des proportions identiques sur le logement locatif. 2016 devrait néanmoins s’achever sur une note positive pour les propriétaires fonciers. Une bonne majorité d’entre eux voit toujours le verre à moitié plein et les défis qui s’annoncent sont considérés avec optimisme. Le niveau des taux d’intérêt permet en effet une nouvelle baisse des taux d’escompte, ce qui aura des répercussions positives sur les valorisations en fin d’année. Les rendements immobiliers demeurent intéressants et devraient attirer de nouveaux capitaux vers le secteur, pour le plus grand profit de l’industrie de la construction et des autres acteurs et prestataires du marché immobilier. Reportez-vous aux pages 5 et 6 pour découvrir les autres évolutions que nous anticipons.

Cette année et pour la première fois, le nombre d’immigrés en provenance de l’étranger a connu un recul à deux chiffres, ce qui se reflète dans des proportions identiques sur le logement locatif.

Logements en propriété: Gros plan sur le taux d’intérêt théorique

Si les locataires compteront parmi les gagnants l’année prochaine, les propriétaires potentiels devront composer avec des obstacles de taille dans le cadre du financement, qui seront difficilement surmontables surtout pour les jeunes ménages. Les dommages collatéraux liés au refroidissement forcé du marché de l’immobilier en propriété sont de plus en plus évidents. Les débats autour du taux d’intérêt théorique se sont ravivés en pareil contexte. Ironiquement, c’est précisément maintenant que les taux des échéances longues se rappellent à notre bon souvenir en signant une surprenante augmentation. Étant donné qu’un assouplissement du calcul de l’admissibilité s’accompagnerait selon nous d’une nouvelle hausse des prix, il s’agit en définitive d’une pesée des avantages entre stabilité du marché immobilier et promotion du logement en propriété (pages 7 et 8).

Repli des prix suite à l’initiative sur les résidences secondaires

Nous avons en outre examiné les répercussions de l’initiative sur les résidences secondaires sur la croissance des prix des logements en propriété dans les communes concernées. À l’aide de méthodes statistiques spécifiques, il nous a été possible de quantifier l’effet causal de l’initiative sur l’évolution des prix. Cet impact négatif isolé devrait rester temporaire, puisque ses principaux moteurs (extension de l’offre et incertitudes juridiques) vont sans doute s’atténuer avec le temps. En l’absence d’apparition subite d’autres facteurs négatifs, le moment semble donc propice à l’achat d’un logement de vacances (pages 10 et 11).

Lisez l'intégralité de la publication au format PDF

Téléchargement This link target opens in a new window