Real estate in Basel: It is becoming increasingly difficult to buy a house in the Basel area
Articles

«Bâle a pris un certain nombre de mesures pour que les gens aient envie d’y habiter.»

Il devient de plus en plus difficile de trouver un logement en propriété dans la ville de Bâle et dans l’agglomération avoisinante. Dans cet entretien, le responsable du Centre hypothécaire Suisse du Nord, Philipp Zeugin, indique où et comment il est encore possible d’acheter une maison ou un appartement dans la région de Bâle.

Quelle est la situation du marché de l’immobilier dans la ville de Bâle?

Philipp Zeugin*: Dans la ville de Bâle, l’activité de construction se limite essentiellement aux logements locatifs. La demande et donc les prix sont en effet si élevés que seuls des investisseurs peuvent encore se permettre d’acheter des biens immobiliers. À Bâle, les terrains à bâtir sont très rares. Les maisons individuelles sont souvent achetées par des investisseurs qui les rasent pour les remplacer par des immeubles plurifamiliaux de plus petite taille.

Quel est le taux de vacance pour les biens immobiliers dans la ville de Bâle?

Pour ce qui est de la propriété du logement, le taux de vacance est proche de zéro. Il reste quelques rares appartements en propriété, mais on ne trouve quasiment plus de maisons individuelles classiques sur le marché. S’agissant des appartements en location, le taux de vacance est nettement inférieur à la moyenne suisse.

La demande de biens immobiliers dans le canton de Bâle-Campagne est-elle tout aussi élevée?

Dans les communes de Bâle-Campagne qui sont les plus proches de Bâle, l’intérêt pour les biens immobiliers est grand. Dans cette zone, des terrains à bâtir sont encore disponibles, mais ils sont de plus en plus rares. Plus on s’éloigne de la ville, plus les terrains à bâtir sont nombreux.

Vous avez abordé la question des prix de l’immobilier à Bâle. Quelle évolution observez-vous?

À Bâle-Ville, les prix de l’immobilier résidentiel ont presque doublé depuis l’an 2000. Bâle a pris un certain nombre de mesures pour que les gens aient envie d’y habiter: l’art et les transports publics ne sont que deux exemples. Bâle fait partie des villes suisses les plus attrayantes. Même dans les communes avoisinantes du canton de Bâle-Campagne, nous observons une hausse constante des prix. Par manque de place et en raison du haut niveau des prix de l’immobilier en ville, l’espace autour de Bâle devient plus attrayant.

Pour s’acheter un logement en propriété, le soutien de la famille est, à l’heure actuelle, de plus en plus nécessaire.

Philipp Zeugin, responsable du Centre hypothécaire Suisse du Nord

Dans quelles communes la demande de logements en propriété est-elle particulièrement élevée?

Dans les communes proches de la ville, à savoir Muttenz, Münchenstein, Binningen, Bottmingen, Oberwil, Therwil, Arlesheim, Dornach, Aesch, Reinach et Riehen. Direction Fricktal, ce sont Rheinfelden et Magden qui se distinguent. Ces communes se situent entre Bâle et Zurich et sont idéales par exemple pour les couples dont l’un travaille à Bâle et l’autre à Zurich.

La classe moyenne a-t-elle encore les moyens de s’acheter une maison ou un appartement dans la région de Bâle?

En ville, c’est difficile; dans l’agglomération, c’est possible sous certaines conditions. Pour s’acheter un logement en propriété, le soutien de la famille, par exemple sous forme de cessions de terrains à bâtir au sein de la famille, d’un avancement d’hoirie ou d’une donation est de plus en plus nécessaire. Lorsque cela n’est pas possible, il faut souvent faire des concessions au niveau de la situation et de l’objet.

À quoi pensez-vous quand vous parlez de concessions?

Par exemple acheter une maison individuelle mitoyenne ou double au lieu d’une maison individuelle indépendante. Ou faire des concessions sur la distance à parcourir jusqu’au lieu de travail. J’habite moi-même à Bâle-Campagne et j’ai 25 minutes de trajet de porte à porte pour aller travailler. Mais même avec ces concessions, le financement reste difficile.  Souvent, les deux partenaires travaillent. Les deux revenus suffisent pour supporter la charge d’un financement. Mais bien souvent, ce sont les fonds propres requis qui font défaut.

Mais malgré tout, nombreux sont ceux qui rêvent de posséder leur propre maison.

Il existe même une certaine pression sociale. Il est cependant important de ne pas se précipiter pour acheter, mais de se faire conseiller et de clarifier les possibilités financières. Avec une stratégie d’épargne ciblée, par exemple au moyen d’un pilier 3a, il est possible d’épargner des fonds propres supplémentaires au cours des prochaines années, ce qui augmente la marge de manœuvre financière.

Vous êtes vous-même propriétaire. Comment avez-vous pu réaliser votre rêve de devenir propriétaire?

J’ai eu le privilège de reprendre la maison de mes grands-parents. Tout d’abord, en tant que locataire, car je n’avais pas les fonds propres nécessaires. Pour moi, tout le monde n'a pas cette chance et, comme je l’ai déjà dit, c’est un immense privilège.

Comment les personnes intéressées qui n’ont pas votre chance peuvent-elles trouver des biens immobiliers dans le marché immobilier asséché autour de Bâle?

Les offres sont de plus en plus souvent publiées uniquement sur Internet, sur les portails immobiliers nationaux. Les personnes recherchant une maison ou un appartement doivent aussi impérativement en parler autour d’eux. Il est aussi possible de recourir aux réseaux sociaux pour chercher un logement. En effet, les vendeurs ayant un lien émotionnel avec l’objet attachent souvent une plus grande importance au fait de savoir leur maison entre de bonnes mains qu'au fait d’en tirer une plus-value maximale. Des courtiers de la région peuvent également accompagner les personnes intéressées jusqu’à ce qu’elles aient trouvé le bien immobilier qui leur convient. Ils disposent souvent d’un excellent réseau.

Quelle assistance le Credit Suisse propose-t-il pour la recherche d’un bien immobilier dans la région de Bâle?

Dans notre succursale de Bâle, nous proposons un coin immobilier régional où figurent les maisons et appartements à vendre. En outre, les conseillers clientèle peuvent également, dans certaines circonstances, jouer le rôle d'intermédiaire s’ils savent par exemple qu’un de leurs clients veut vendre ou acheter un bien immobilier, en le mettant en contact avec d’autres clients.

Nous observons une mutation: la tendance est à l’abandon de la maison classique au profit des appartements. 

Philipp Zeugin, responsable du Centre hypothécaire Suisse du Nord

Les personnes qui ne trouvent pas de maison à proximité de la ville peuvent peut-être chercher plus loin dans la région de Bâle. Dans quelles circonstances les personnes à la recherche d’un bien immobilier sont-elles prêtes à acheter une maison à la campagne?

Le prix d’achat est un argument. Elles apprécient aussi la nature. Les familles souhaitent voir grandir leurs enfants dans un village. Ce qui est important, c’est une bonne infrastructure: écoles, loisirs, trains et bus jusque tard le soir. Les communes doivent suivre le mouvement, non seulement en ce qui concerne la croissance de la population, mais aussi en termes d’infrastructure.

Dans la ville de Bâle, la tendance est à l’abandon de la maison individuelle au profit de la propriété par étage. Observe-t-on une évolution semblable concernant le type de biens immobiliers dans la région de Bâle?

Ce que nous observons, c’est une tendance croissante à l’abandon de la maison classique au profit des appartements. L’évolution de la structure de la société y est pour beaucoup. La génération du baby-boom emménage dans des appartements pour des raisons liées à l’âge. Ils souhaitent certes rester à la campagne mais ne plus devoir s’occuper du terrain. Une grande partie des plus jeunes apprécierait une maison individuelle, mais, à proximité des villes tout du moins, il est quasiment impossible de réaliser ce rêve en raison des prix. L’augmentation des ménages unipersonnels joue aussi un rôle. La demande d’appartements de 2 pièces et demi et 3 pièces augmente, même pour la propriété du logement.

Selon vous, quelle sera l’évolution future de l’immobilier dans la région de Bâle?

Tant que les taux d’intérêt hypothécaires restent bas, les prix de la propriété du logement augmenteront. Dans la région de Bâle, le marché immobilier n’est pas en surchauffe. Mais nous avons un segment de prix relativement élevé qui n’est plus accessible à tout un chacun. L’évolution des prix a été quelque peu freinée par les mesures réglementaires. Notamment, le délai d’amortissement plus court de la 2e hypothèque rend le financement plus difficile pour les premiers acquéreurs. Mais malgré cet obstacle, l’évolution se poursuit.

Êtes-vous intéressé(e) par l’achat d’un bien immobilier dans la région de Bâle?

Fixer un rendez-vous This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous renseigner. N’hésitez pas à nous contacter au 0844 100 112.