Énergie renouvelable: des placements contre le changement climatique

Énergie renouvelable – un investissement pour le bien-être humain et pour la nature

Les énergies renouvelables comptent parmi les principaux instruments pour limiter le réchauffement climatique qui continue de perturber la planète. Les investisseurs peuvent tirer doublement profit des placements alternatifs dans les énergies propres.

Aujourd’hui, tous les pays de tous les continents sont concernés par le changement climatique. Ses effets – de la hausse du niveau des mers à l’allongement des périodes de sécheresse – mettent en péril l’ensemble de l’économie, même si leurs coûts ne sont pas encore complètement prévisibles. Le passage aux énergies renouvelables constitue l’un des instruments les plus efficaces dans la lutte contre le changement climatique, étant donné qu’il permet de réduire nettement et immédiatement les émissions mondiales de CO2.

Près des deux tiers du réchauffement climatique sont dus aux émissions de CO2

Les chercheurs en climatologie sont à peu près unanimes sur le fait que les gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane et l’oxyde d’azote représentent la cause principale du changement climatique, et notamment du réchauffement de la planète. Le changement climatique actuel est particulièrement important du fait qu'il provient probablement en majeure partie de l’action humaine. Il est principalement dû aux émissions de CO2, qui représentent près des deux tiers du réchauffement climatique causé par l’homme.

Émissions mondiales de CO2 par branche

Émissions mondiales de CO2 par branche

Quelle: IPCC (2014), EPA, Credit Suisse

La moitié des émissions de CO2 sont dues uniquement à la production d’électricité et de chauffage, ainsi qu’à l’agriculture et à la sylviculture. Si aucune mesure n’est prise, on estime actuellement que la Terre connaîtra un réchauffement de 2,4 à 6,4 degrés Celsius d’ici à la fin du XXIe siècle1. La principale source d’émissions de CO2 réside dans l’utilisation de combustibles fossiles, notamment de charbon, de pétrole et de gaz.

Première étape contre le changement climatique: l’Accord de Paris sur le climat

Une transition volontaire vers des sources d’énergie renouvelables pourrait contribuer à un ralentissement, voire à une inversion du réchauffement climatique. Par énergies renouvelables, on entend la production d’énergie (ou de chaleur) au travers de sources durables telles que l’eau, le vent, le soleil ou la géothermie, qui n’entraînent pas ou que peu de pollution ou d’émissions de CO2.

De plus en plus de solutions abordables et évolutives sont disponibles pour permettre de faire le saut vers des alternatives plus propres et plus durables. Et le rythme du changement s’accélère: toujours plus de ménages et d’entreprises se tournent vers les énergies renouvelables et prennent des mesures supplémentaires de réduction des émissions de CO2.

Dans le cadre d’un effort international de lutte contre le changement climatique, 195 pays ont adopté en décembre 2015 l’Accord de Paris, qui vise principalement à contenir le réchauffement de la planète bien en dessous de 2° Celsius au cours de ce siècle. Pour atteindre cet objectif ambitieux, des flux financiers appropriés sont mobilisés, un nouveau cadre technologique est mis en place et les capacités sont renforcées.

1 Source: scénarios d’émission selon le «GIEC Special Report on Emission Scenarios (SRES)», 2007.
Les avis et estimations contenus dans le présent document reflètent l’opinion de Credit Suisse Investment Solutions & Products et Products & Investment Services au sein de Credit Suisse Group AG.

L’énergie renouvelable est «la plus grande opportunité économique de tous les temps»

La mise en œuvre d’initiatives en faveur des énergies renouvelables permet de contrer à la fois les effets négatifs de la combustion du charbon sur la santé humaine, le risque de hausse du niveau des mers et les perturbations de l’approvisionnement en eau et en denrées alimentaires. Mais elle représente également «la plus grande opportunité économique de tous les temps», expliquait l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry lors de la conférence «Bloomberg New Energy Finance» de l’année dernière.

Selon le rapport publié en 2017 par le Frankfurt School UNEP Collaborating Centre et par Bloomberg New Energy Finance sur les tendances mondiales d’investissement dans les énergies renouvelables («Global Trends in Renewable Energy Investment 2017»), ces placements ont totalisé 241,6 milliards de dollars en 2016 (en excluant les grandes centrales hydro-électriques) et permis d’accroître la capacité énergétique mondiale de 9%.

En outre, la part d’énergie électrique provenant de sources d’énergie renouvelables (hors grandes centrales hydro-électriques) s’est accrue, permettant ainsi d’éviter environ 1,7 gigatonne d’émissions de CO2. «L’énorme l’intérêt des investisseurs pour les fermes éoliennes et solaires existantes constitue un signal fort pour que le monde réalise le tournant vers les énergies renouvelables», explique Udo Steffens, président de la Frankfurt School of Finance & Management, dans le rapport.

Le changement climatique est une grande préoccupation de la génération du millénaire

La génération Y se préoccupe de l’avenir de l’environnement et se sent responsable. Il n’est donc pas étonnant que ce soit elle qui se soit exprimée le plus fortement, selon une étude de Deloitte réalisée aux États-Unis, en faveur d’une hausse des prix de l’électricité afin de financer le développement des énergies renouvelables. Étant donné qu’elle sait en outre profiter des avantages de «l’économie du partage», c'est aussi elle qui affiche le plus grand intérêt pour les projets solaires communautaires, par exemple.

La production d’électricité par les énergies renouvelables augmente considérablement

Selon le BP Energy Outlook 2017, les énergies renouvelables (hors hydraulique) représentaient environ 7% de la production d’électricité mondiale en 2015. Cette valeur devrait progresser à près de 20% jusqu’en 2035, ce qui correspond à 40% de la croissance de la production totale d’électricité.

Cette forte expansion s’explique principalement par la baisse des coûts. Alors que leur diminution a ralenti dans le solaire, les coûts de l’énergie éolienne devraient chuter grâce à l’amélioration de la puissance des turbines. Toutefois, l’énergie éolienne est controversée en raison de son incidence sur les paysages et les oiseaux.

Le stockage de l’énergie est de plus en plus important dans la lutte contre le changement climatique

Les solutions de stockage d’énergie font partie intégrante des futurs systèmes énergétiques, qui se caractérisent par une part d'énergies renouvelables plus importante (et moins prédictible) dans la production d’électricité. À cet égard, on distingue différents types de stockage d’énergie: les accumulateurs à électrolyte solide, les batteries à oxydoréduction (redox), les volants d’inertie, les stockages thermiques et les centrales à pompage-turbinage. Il existe de nombreuses opportunités parmi les batteries à électrolyte solide, notamment dans le domaine lithium-ion.

Avec une demande notamment stimulée par les véhicules électriques, la capacité mondiale de stockage d’énergie devrait s’accroître de près de 3000 MW actuellement à 45 000 MW d’ici à 2024. Compte tenu des perspectives attrayantes pour le segment des batteries, il est prévu de construire jusqu’à douze nouvelles méga-usines pour tripler les capacités de production actuelles jusqu’en 2020.