Financement d’un logement en propriété: les propriétaires de maisons individuelles effectuent des trajets pendulaires plus longs
Articles

Les propriétaires consentent à effectuer de plus longs trajets pendulaires

Les jeunes ménages, les familles et les seniors n'ont plus les moyens d'acheter dans les centres. Pour pouvoir accéder à la propriété, ils optent pour des régions moins onéreuses et effectuent des trajets pendulaires plus longs.

Financer un bien immobilier est devenu plus difficile

Les prix élevés et les règles de financement strictes compliquent le financement d'un bien immobilier. La situation est particulièrement difficile pour les jeunes ménages. Ceux-ci n'ont encore que peu de patrimoine et leurs revenus sont plus faibles puisqu'ils ne sont qu'au début de leur carrière. Lorsqu'ils ont des enfants, beaucoup réduisent leur taux d'occupation, ce qui diminue encore davantage leurs gains.

Le revenu annuel brut moyen des ménages de 35-44 ans s'établit à 137 508 francs, contre 149 450 francs pour les 45-54 ans. Cette situation a des répercussions sur le financement immobilier: avec un nantissement maximal de 80%, un bien ne peut pas coûter plus de 780 000 francs pour les 35-44 ans. Autrement, il ne sera pas admissible.

Les retraités connaissent des restrictions en matière de financement immobilier

Pour les retraités également, le financement d'un logement en propriété peut être problématique. En effet, le revenu baisse fortement à la retraite. Le revenu annuel brut moyen des ménages de 65-74 ans ne s'élève ainsi plus qu'à 83 862 francs. Dans le même temps, leur taux de nantissement maximum est de 66%. Par conséquent, une maison ou un appartement ne doit pas coûter plus de 645 000 francs.

Le financement d'un logement en propriété est plus difficile pour les jeunes et les seniors

Jeunes et seniors contraints d'opter pour des biens moins coûteux

Revenu brut moyen 2012–2014 en CHF; *nantissement max. de 66% après 65 ans

Source: Office fédéral de la statistique, Credit Suisse 

Plus de fonds propres pour financer un bien immobilier

Un bien immobilier est plus simple à financer lorsque les fonds propres disponibles sont plus importants. Or ceux-ci augmentent généralement à mesure que les personnes actives avancent en âge. Ainsi, un objet d'un prix de 800 000 francs nécessite des fonds propres minimum de 160 000 francs. Dans ce cas, pour que l'hypothèque de 640 000 francs soit admissible, le revenu annuel doit s'élever à au moins 141 440 francs.

Si les fonds propres augmentent par exemple à 200 000 francs, le revenu requis diminue à 127 440 francs. Les fonds propres peuvent être le fruit d'une épargne ou provenir d'autres sources. Selon les estimations des experts de l'étude sur l'immobilier du Credit Suisse, un quart à un tiers des primo-accédants s'appuient sur des prêts octroyés par des membres de leur famille ou des avancements d'hoirie. Ils disposent ainsi d'un apport suffisant de fonds propres pour acquérir le bien de leurs rêves.

L'achat d'un bien immobilier est moins onéreux en dehors des centres

L'admissibilité d'un achat immobilier dépend non seulement du revenu et des fonds propres, mais aussi des prix de l'immobilier. Ceux-ci varient fortement en fonction des régions et sont particulièrement élevés dans les centres ou leurs proches périphéries. Un revenu supérieur à la moyenne y est donc nécessaire pour accéder à la propriété.

Néanmoins, la situation est également tendue hors des centres. D'après les estimations des experts en immobilier du Credit Suisse, les ménages à revenu moyen ne peuvent pas financer l'achat d'un logement en propriété neuf de 4,5 pièces dans 63 des 106 régions suisses. En revanche, si les acheteurs font des compromis concernant la région, le financement du logement en propriété devient possible. Ainsi, les prix sont déjà nettement moins élevés dans les moyens centres que dans les grandes villes, comme on peut le constater le long de l'autoroute A1.

Prix d'un bien immobilier le long de l'A1

Larges écarts de prix entre le centre et la périphérie

Prix au mètre carré des logements en propriété proposés par voie d'annonce le long de l'A1, 2018. Ont été prises en compte les villes et communes dans un rayon de cinq kilomètres autour de l'autoroute.

Source: Meta-Sys AG, Credit Suisse 

Les propriétaires de maisons individuelles effectuent des trajets pendulaires plus longs

Afin de réaliser leur rêve d'accéder à la propriété, les primo-accédants sont souvent prêts à se tourner vers des régions moins onéreuses. Ils consentent à un trajet pendulaire plus long. Bien que les loyers diminuent aussi avec l'éloignement des centres, l'écart de prix est plus marqué pour les logements en propriété.

Ce sont les propriétaires de maisons individuelles qui effectuent les trajets domicile/travail les plus longs. 32% des pendulaires qui vivent dans une maison individuelle et travaillent à Zurich atteignent leur lieu de travail en 30 minutes, contre 38% pour ceux qui possèdent un appartement et plus de 50% pour les locataires. Le même schéma s’observe dans d'autres centres. En revanche, les personnes travaillant hors des centres ont tendance à effectuer des trajets pendulaires moins longs. Les terrains à bâtir et les maisons individuelles y sont plus abordables et disponibles en quantités suffisantes.

Le trajet pendulaire est le plus long pour les propriétaires de maisons individuelles

Trajets pendulaires plus longs pour les propriétaires

Temps de trajet des employés à Zurich en minutes, par segment de logement, 2016

Source: Office fédéral de la statistique, Credit Suisse 

Pour en savoir plus sur le marché immobilier suisse en 2019

Télécharger l’étude 2019 sur l’immobilier This link target opens in a new window
Avez-vous des questions sur le financement d'un logement en propriété? Appelez-nous au 0844 100 112 ou prenez rendez-vous pour un entretien de conseil.