L’avenir de la prévoyance vieillesse
Articles

L’avenir de la prévoyance vieillesse

Le système de prévoyance vieillesse suisse devra faire face à certains défis dans les années à venir. Jan Schüpbach explique dans une vidéo quelles nouvelles solutions pourraient bénéficier d’un large soutien dans le domaine de l’épargne 3a.

Avenir de la prévoyance vieillesse

Jan Schüpbach, co-auteur de l’étude sur la prévoyance du Credit Suisse «Mind the gap: temps partiel, congé, lacune de prévoyance», explique dans une vidéo quelles mesures d’extension seraient susceptibles de réunir une majorité.

La Suisse devra, dans les années à venir, relever certains défis en matière de prévoyance vieillesse. Cela s’explique par l’augmentation de l’espérance de vie, les changements démographiques et l’environnement de taux d’intérêt durablement bas.

Réduction des rentes, augmentation des lacunes de prévoyance

Aujourd’hui déjà, de nombreuses caisses de pension réagissent, par exemple en baissant les taux de conversion de la part surobligatoire de la prévoyance. Les futurs retraités doivent donc s’attendre à des prestations du 2e pilier parfois nettement réduites.

La nouvelle étude sur la prévoyance du Credit Suisse «Mind the gap: temps partiel, congé, lacune de prévoyance» montre que les interruptions d’activité et le travail à temps partiel notamment engendrent des lacunes de prévoyance. L’une des solutions pour les compenser au moins partiellement est l’épargne privée volontaire, par exemple dans le pilier 3a fiscalement privilégié. Il n’est donc pas étonnant qu’une extension du 3e pilier soit envisagée.

Possibles mesures d’extension du pilier 3a

Il est ainsi question d’augmenter les montants maximaux pour le pilier 3a. Autre proposition qui aurait plus d’impact: autoriser les versements rétroactifs dans le pilier 3a lorsque le montant maximal n’a pas été atteint certaines années. Cela permettrait par exemple de rattraper des versements qui n’ont pu être effectués pendant un congé parental ou les études. Les nombreuses personnes qui n’effectuent pas ou que peu de versements, parmi lesquels figurent beaucoup de jeunes, en profiteraient également.