l'-économie mondiale-progresse-surtout-dans-les-pays émergents
Articles

L'économie mondiale chauffe

L'économie mondiale chauffe. Voilà plus de 20 ans que la croissance n'a pas été aussi forte. La progression est la plus forte dans les pays émergents. Mais d'autres pays en profitent également. Et le pic ne semble pas encore atteint. 

Le produit intérieur brut mondial est estimé actuellement à 78 000 milliards de dollars, soit environ 35% ou 20 000 milliards de dollars de plus qu’il y a dix ans (58 000 milliards de dollars en 2007), sachant que les cinq plus grandes économies nationales du monde y contribuent pour plus de la moitié:

États-Unis: 18 000 milliards USD
Chine: 11 000 milliards USD
Japon: 5000 milliards USD
Allemagne: 3500 milliards USD
Angleterre: 2600 milliards USD

Ce sont les pays émergents qui continuent à stimuler le plus fortement la conjoncture. Avec une croissance de 6,9%, la Chine crée une valeur ajoutée de près de 750 milliards USD, c.-à-d. supérieure par exemple au PIB suisse de quelque 660 milliards USD. Mais cette année, l’économie chauffe aussi partout ailleurs. Nos prévisions de croissance mondiale s’établissent à 3,6% en 2017 comme en 2018.

L'économie mondiale n'en finit pas de croître

Il s’agit de la progression la plus forte des vingt dernières années. Elle est soutenue par des évolutions déflationnistes dans le domaine de la technologie, par la démographie et par la mondialisation. Le recul des prix du pétrole depuis 2014 a permis aux consommateurs d’économiser près de 1500 milliards de dollars. Toutefois, le prix de l’essence aux États-Unis va augmenter au second semestre 2017 en raison des dommages causés par les récents ouragans.

Nos prévisions inflationnistes de 2,7% pour 2017 et de 2,6% pour 2018 à l’échelle mondiale ne témoignent encore d’aucun signe de surchauffe. Les courbes d’échéances positives et la chute des rendements des obligations protégées contre l’inflation le confirment.

Forte croissance sur les marchés financiers

Le climat s’est davantage réchauffé encore sur les marchés financiers. Le MSCI All Country Index (en USD) a atteint un nouveau sommet historique. Il a progressé de 12,2% depuis le début de l’année et même de 34% depuis son plancher de 2016 (tous les chiffres sont exprimés en USD). Les pays émergents tirent profit de la faiblesse actuelle du dollar. Les banques, qui disposent de fortes liquidités, soutiennent l’activité d’investissement dans le monde entier.

Cette année, la progression la plus forte est affichée par la Pologne (WIG +46%), la Turquie (BIST +44%) et la Grèce (Athex Comp +42%), mais aussi par la deuxième économie nationale du monde, à savoir la Chine (MSCI China +39%). L’indice MSCI Emerging Markets a grimpé de 25% en USD depuis le début de l’année.

Certes, l’indice FTSEurofirst 100 n’a progressé que de 6% en euros, mais cela correspond à une hausse de 19% en dollars. Pour la première fois depuis longtemps, les investisseurs en euros partagent avec leurs homologues suisses une douloureuse expérience que ces derniers connaissent bien: l’évolution des cours peut être très différente selon qu’elle est exprimée en monnaie locale ou en monnaie de référence.

Les prévisions pour l'économie mondiale restent positives

Quoi qu’il en soit, la hausse de 36% des prix des métaux industriels témoigne du boom de l’économie mondiale et le confirme. Certes, d’aucuns objecteront que des diminutions de capacités en Chine – où le prix de l’acier a augmenté de 130% depuis 2016 par exemple – gonflent artificiellement les cours mondiaux des métaux. Néanmoins, la progression fulgurante des taux quotidiens de fret maritime (passés de 11 000 USD à 21 000 USD) et de l’indice Baltic Dry (avec une élévation de 290 à 1’355 points) atteste que la demande et le commerce de ces produits bruts à l’échelle mondiale sont dynamiques.

À l’évidence, les banques centrales contribuent à réchauffer le climat sur les marchés financiers. Une fois de plus, les obligations mondiales ont profité en 2017 de leurs généreux achats en dépit des planchers record des taux d’intérêt (Citigroup World Bond-Index: +8,4%). Dans ce contexte, le gouvernement autrichien envisage l’émission d’un emprunt à cent ans en euros. Quelques premiers indicateurs font état de 1,8% à 1,9% de rendement annuel pour cent ans.