Taux hypothécaires Credit Suisse
Articles

Le pouvoir des taux d’intérêt

Comment se calcule le montant des intérêts et d'où provient leur dynamique? Qui connaît les tenants et aboutissants est plus à l'aise dans l'évaluation des taux hypothécaires et de leur évolution.

Les intérêts ne sont autres que le prix de la mise à disposition d’argent et de capital. Etant donné que pendant cette période, le prêteur, c.-à-d. le créancier, renonce à utiliser autrement son capital (p. ex. consommation), il souhaite obtenir en échange une rémunération sous forme de paiements d’intérêts périodiques. Dans une économie de marché, le niveau des intérêts est fixé sur le marché des capitaux et correspond au prix d’équilibre entre l’offre et la demande. Il peut toutefois être influencé par des mesures monétaires. Actuellement, l’offre est élevée et la demande faible. Ce contexte engendre des taux bas. Dans le cas contraire, les taux sont élevés.

Les crédits sont le moteur de l’économie. Les taux d’intérêt influencent donc considérablement le rythme de la croissance. Des taux bas permettent de se financer à bas coût et créent un environnement propice aux investissements. Par contre, des taux élevés pèsent sur la rentabilité des projets d’investissement, limitant ainsi leur nombre. La production et l’emploi en pâtissent; la croissance s’essouffle.

La courbe de rendement

Le taux d’intérêt varie en fonction de la durée de prêt. La courbe de rendement illustre la relation entre le niveau de taux d’intérêt et la durée de placement. La courbe des taux d’intérêt présente généralement une pente positive entre les parties courte (jusqu’à un an) et longue (à partir de dix ans), car les prêteurs privilégient en principe la liquidité. Ils sont disposés à investir leur capital à long terme et à prendre des risques seulement s’ils reçoivent une prime supplémentaire, ce qui explique le tracé croissant de la courbe.