Testament et règlement de la succession.
Articles

Cinq conseils clés autour du testament, des héritiers et de l’héritage

Le règlement de la succession est une chose plutôt complexe pour la plupart des gens. Toute personne qui souhaite avoir son mot à dire dans ce cadre devra impérativement analyser régulièrement sa situation personnelle et connaître les dispositions légales en la matière. Voici 5 conseils qui vous seront utiles!

Conseil 1: penchez-vous suffisamment tôt sur le thème de la succession

Les personnes dans la force de l’âge ont tendance à remettre aux calendes grecques le règlement de leur succession. Mais l’âge n’est pas décisif. Ce qui est déterminant, c’est la situation familiale et professionnelle. Et, plus les liens de parenté et la situation financière sont complexes, plus il est important de planifier suffisamment tôt sa succession. Nous vous conseillons donc de faire appel à un spécialiste qui pourra vous conseiller et vous assister dans tous les domaines, tout particulièrement si votre situation financière est complexe. Il peut s’agir d’un avocat, d’un notaire, d’un fiduciaire ou d’un autre spécialiste.

Conseil 2: votre planification successorale est un processus continu

Planifier sa succession, c’est bien plus que simplement conclure un contrat de mariage ou un pacte successoral. Adaptez votre planification à vos conditions de vie. Chaque changement touchant votre vie professionnelle ou privée peut influencer la planification successorale. C’est pourquoi il est recommandé, lors d’événements importants comme un concubinage, un mariage, la naissance d’un enfant, un divorce, l’acquisition de propriété foncière ou une réorientation professionnelle, de planifier sa succession ou de revoir et d’adapter, le cas échéant, le règlement existant.

Conseil 3: tenir compte du droit du régime matrimonial

Pour les personnes mariées, le régime matrimonial a une influence décisive sur les prétentions financières des époux et des héritiers. Vérifiez donc si un contrat de mariage peut être judicieux dans votre cas.

Conseil 4: donation ou succession?

Les héritiers sont de plus en plus âgés. Les personnes désireuses de privilégier leurs héritiers lorsque ceux-ci ont besoin d’argent le font de plus en plus souvent de leur vivant. Demandez-vous si vous souhaitez d’ores et déjà donner une partie de votre fortune à vos héritiers (avancement d’hoirie). Une donation est particulièrement recommandée lorsque le donateur n’a plus besoin de certains éléments de fortune et que les descendants ont besoin de pouvoir en disposer dès à présent.

Conseil 5: le cas juridique particulier du concubinage

Les différences entre mariage et concubinage sont grandes. Par exemple, en ce qui concerne le droit d’être informé en cas d’urgence ou le droit de garde des enfants communs. Pour les couples en union libre, la loi ne prévoit, en cas de décès, aucune réglementation similaire au régime matrimonial et au droit successoral. C’est pourquoi il est tout particulièrement utile de rédiger un testament, un mandat pour cause d’inaptitude et des directives anticipées du patient et de contrôler le règlement de la caisse de pension.