Sécurité financière
Articles

Ne pas abandonner la famille à son sort

Les coups du destin qui mènent à une incapacité de gain ou à un décès sont souvent liés à une très grande souffrance. Des problèmes financiers peuvent également en résulter, alourdissant encore davantage la charge pesant sur la famille. C'est pourquoi il est essentiel d'envisager aussi des événements désagréables.

Le système suisse des trois piliers ne garantit pas seulement la prévoyance financière pour la période après le départ à la retraite. Il offre aussi une couverture des risques en cas de décès ou d'incapacité de gain due à une invalidité. Le montant des prestations d'assistance est difficile à déterminer, car celles-ci peuvent être versées par plusieurs organismes sociaux distincts. Il est donc essentiel de coordonner ces prestations afin d'éviter, par exemple, des surassurances.

En cas d'incapacité de gain

Le système des trois piliers accorde une attention particulière aux familles avec enfants. Une rente d’invalidité est versée au titre du 1er pilier (AI) lorsque l’incapacité de gain présente un caractère durable. Dans le cas où l’assuré a des enfants (jusqu’à 18 ans révolus ou 25 ans si l’enfant poursuit une formation), une rente pour enfant (40% de la rente AI par enfant) est également octroyée. Les prestations du 2e pilier (LPP) ne peuvent être chiffrées de manière forfaitaire. En effet, les différentes caisses de pension vont souvent bien au-delà du régime obligatoire LPP. L'assurance accidents obligatoire (LAA) couvre actuellement un salaire brut dans la limite de CHF 148 200. Lorsque les revenus dépassent ce plafond, il faut se demander si la caisse de pension assure également ces éléments de salaire en cas d'accident ou si l’employeur a souscrit une assurance accidents complémentaire (LAA-C). Le 3e pilier sert à combler des lacunes de prévoyance non couvertes par les 1er et 2e piliers. Ainsi, il est possible d'éliminer des lacunes liées à une incapacité de gain par une rente en cas d'incapacité de gain ou un capital en cas d'invalidité.

En cas de décès

En cas de décès, s'il y a des enfants, l'épouse perçoit à vie une rente de veuve au titre du 1er pilier (AVS). S'il n'y a pas d'enfants, elle ne l'obtient que si elle a au moins 45 ans et si le couple était marié depuis au moins 5 ans. Les veufs, en revanche, ne perçoivent de rente de veuf que tant qu'ils ont des enfants de moins 18 ans à charge. Lorsqu'il y a des enfants (jusqu’à 18 ans révolus ou 25 ans si l’enfant poursuit une formation), une rente d'orphelin est également octroyée. Pour connaître les détails des prestations individuelles du 2e pilier, il convient de se reporter au certificat d’assurance et au règlement de la caisse de pension. Lorsque les 1er et 2e piliers ne couvrent pas suffisamment les conséquences financières d'un décès, il est recommandé de conclure une assurance en cas de décès (assurance-vie) au titre du 3e pilier. Avantage: pour les polices conclues dans le cadre du pilier 3a, les primes peuvent être déduites des revenus imposables jusqu'à concurrence d'un plafond donné.