les-dépenses-de-santé-baissent-grâce-à-la-numérisation-et-à-la-télémédecine
Articles

La numérisation révolutionne le système de santé

Une révolution se prépare dans le secteur de la santé, mis à rude épreuve partout dans le monde. Cette révolution est attisée par des facteurs démographiques, technologiques et financiers. Les progrès de la numérisation, comme les applications de santé et la télémédecine, devraient faire baisser les dépenses de santé sur le long terme.

Selon l’Office fédéral de la statistique, les dépenses de santé corrigées de l’inflation ont augmenté de quelque 800% depuis 1960 en Suisse (soit près de 3600% en termes absolus). Si l’on compare ce chiffre avec la hausse des salaires (corrigée de l’inflation) de 16% seulement sur la même période, le potentiel de conflit social sur plusieurs années saute aux yeux. Et même si l’on considère les dépenses de santé par habitant, leur progression réelle, qui s’établit à 500%, reste nettement supérieure à l’élévation globale des salaires.

En termes relatifs, ce sont l’administration et la prévention qui accusent l’accroissement des coûts le plus marqué (1300%), mais elles ne représentent que 6,1% de l’ensemble des dépenses de santé. En termes absolus, les frais ont le plus fortement progressé dans les domaines des traitements stationnaires et ambulatoires, où ils sont respectivement neuf et onze fois supérieurs aux niveaux de 1960. Or, compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie, il faut s’attendre à ce que les dépenses de santé, toutes choses étant égales par ailleurs, continuent d’augmenter de manière disproportionnée. Les chiffres sont similaires pour tous les pays industrialisés.

La numérisation transforme le système de santé

Il y a néanmoins un phénomène nouveau: les technologies numériques permettent de réduire considérablement les coûts dans un grand nombre de domaines d’application tout en relevant le niveau des prestations en matière de prévention, de diagnostic et de traitement. La distribution commerciale de ces nouvelles solutions devrait prochainement révolutionner la santé à l’échelle internationale.

Cette évolution devrait modifier tous les domaines du secteur de la santé, c’est-à-dire:

  • La recherche et le développement de nouveaux médicaments, thérapies et instruments 
  • L’amélioration des traitements à des prix inférieurs 
  • L’amélioration des processus à moindre coût
800 %

Les dépenses de santé corrigées de l’inflation ont augmenté

Les dépenses de santé pourraient baisser

Plus de 50% de toutes les activités du secteur de la santé pourraient être réalisées de manière plus performante et plus avantageuse au cours de la prochaine décennie déjà. En voici quelques exemples:

Premièrement, le recul exponentiel du coût de la capacité de calcul des ordinateurs selon la loi de Moore, qui a facilité l’élaboration des logiciels apprenants et de l’intelligence artificielle, va permettre de développer des médicaments de manière plus rapide et moins onéreuse.

Deuxièmement, les frais de décryptage d’un génome humain ont considérablement baissé, passant de cent millions de francs en 2001 à cent francs aujourd’hui. Ces évolutions offrent de nombreuses possibilités d’améliorer la performance dans les domaines des diagnostics, de la prévention et du traitement de nombreuses maladies. On a ainsi réussi, par exemple, à augmenter d’environ 7% à plus de 70% les taux de réponse chez certains cancéreux.

Moins d’erreurs grâce à la numérisation

La robotique chirurgicale, la médecine personnalisée, la biotechnologie, la technique médicale et les implants de nouvelle génération, rendus possibles par les technologies numériques, promettent des traitements nettement plus efficaces et bien meilleur marché. En voici un exemple: selon les estimations, on détruit chaque année des médicaments à hauteur de plus de 300 milliards de francs en raison du manque de précision dans leur administration.

Dans le cas des épidémies, du diabète ou des douleurs chroniques en particulier, des implants ou des capteurs très commodes permettent d’appliquer des traitements à des millions de malades de manière plus efficace, plus simple et plus avantageuse. Enfin, la technique moderne peut décharger le personnel médical spécialisé et lui libérer du temps pour s’occuper davantage des patients. Les technologies qui facilitent les processus de prise de décisions cliniques permettent de réduire les erreurs de diagnostic et de traitement.

Le système de santé devrait connaître une révolution partout dans le monde dans un avenir proche

Burkhard Varnholt, CIO Swiss Universal Bank / Deputy Global CIO

Les applications de santé et la télémédecine gagnent en importance

Grâce aux services de télémédecine, ce ne sont pas seulement les distances qui sont gommées: parallèlement, les évolutions sociales et la révision des lois créent également les conditions-cadres requises pour une gestion responsable de la numérisation du secteur de la santé. Par exemple, le chiffre d’affaires des applications de télémédecine, qui vont de la mesure du rythme cardiaque à celle de la glycémie en passant par la localisation de virus grippaux, a été multiplié par neuf ou presque depuis 2013, passant de 2,4 à près de 21 milliards de dollars aujourd’hui. Bon nombre de ces applications préviennent des maladies et des coûts avant qu’ils ne surviennent.

La révolution de la santé est encore tapie dans l’ombre du système en place. Néanmoins, la puissance créatrice du «mieux» va la propulser sous les feux des projecteurs. Les investisseurs devraient miser sur cette évolution dès maintenant.