initiative sur les résidences secondaires le marché se redresse après la promulgation de la loi sur les résidences secondaires
Articles

Conséquences de l’initiative sur les résidences secondaires: la demande d’appartements de vacances repart à la hausse 

La demande d’appartements de vacances dans les régions touristiques suisses a longtemps souffert de l’incertitude occasionnée par l’adoption de l’initiative sur les résidences secondaires. Le franc fort n’a fait qu’empirer la situation en provoquant une diminution de la demande étrangère de résidences secondaires. Il semblerait cependant que le pire de la crise soit désormais passé et que le marché parvienne à se redresser malgré l’entrée en vigueur de la loi. 

L’initiative sur les résidences secondaires a suscité l’inquiétude sur le marché immobilier

Après plusieurs années difficiles pour le marché immobilier à la suite de l’adoption de l’initiative sur les résidences secondaires, la demande d’appartements de vacances est récemment repartie légèrement à la hausse. Cette initiative a été adoptée le 11 mars 2012 par le peuple suisse, contre toute attente. La loi fédérale sur les résidences secondaires est quant à elle entrée en vigueur en janvier 2013 et a entraîné une forte restriction des constructions de résidences secondaires. Depuis lors, la construction de logements affectés à l’hébergement touristique (voir encadré) n'est autorisée dans l’ensemble des communes suisses avec une proportion de résidences secondaires supérieure à 20% du parc immobilier total qu'à quelques exceptions près. À ce jour, 359 communes en tout sont concernées par la restriction. Il s’agit presque exclusivement de destinations touristiques alpines. 

communes avec plus de 20% de résidences secondaires

Communes avec une proportion de résidences secondaires supérieure à 20%

Le 31.12.2018

Source: Office fédéral du développement territorial

A priori, la limitation des constructions de résidences secondaires aurait dû entraîner une augmentation des prix sur le marché. Cependant, nous avons au contraire observé une nette diminution des prix après l’adoption de l’initiative. Cette baisse s’explique tout d’abord par un déséquilibre temporaire entre l’offre et la demande pendant la période de transition entre la votation de l’initiative et sa mise en œuvre, mais aussi par une phase, plus longue, d’incertitude quant à la forme qu’allait concrètement prendre la loi sur les résidences secondaires, et enfin, par une diminution de la demande étrangère. 

Augmentation temporaire de l’offre suite à l’adoption de l’initiative sur les résidences secondaires

Peu de temps après l’adoption de l’initiative populaire, de nombreuses personnes ont cherché à acquérir une résidence secondaire. «Au lendemain de l’adoption inattendue de l’initiative, on a assisté à une véritable course aux résidences secondaires partout dans le pays», explique Thomas Rieder, expert en immobilier au Credit Suisse. Cependant, parmi tous ces projets, seuls ceux ayant obtenu une autorisation de construire définitive avant fin 2012 et dont la validité n’avait pas été contestée pouvaient effectivement être construits.

À cette période, nous avons observé un essor de courte durée des constructions dans de nombreuses régions montagneuses suisses, si bien qu’en 2014, le nombre d’appartements de vacances mis sur le marché immobilier était toujours très élevé un peu partout dans le pays. Cela explique pourquoi l’offre d’appartements de vacances a augmenté sensiblement au lendemain de l’adoption de l’initiative sur les résidences secondaires.

autorisations de construire dans les communes concernées par la loi sur les résidences secondaires

Autorisations de construire dans les communes concernées par la loi sur les résidences secondaires

Après avoir augmenté momentanément, le nombre d’autorisations de construire est désormais nettement en dessous de sa moyenne historique.

Nombre d’unités de logements, somme sur 12 mois glissants

Source: Batimag, Credit Suisse

L’adoption de l’initiative a cependant également entraîné une diminution significative de la demande sur la même période. Thomas Rieder, expert en immobilier, a constaté une grande inquiétude parmi les acheteurs potentiels: «Ils voulaient voir la nouvelle loi sur les résidences secondaires écrite noir sur blanc avant d’investir.» Ils nourrissaient notamment des inquiétudes quant à la possibilité de revendre effectivement leur résidence secondaire en tant qu’appartement de vacances. De plus, «le cours du franc a soudainement fait grimper le prix des appartements de vacances en Suisse au détriment des demandeurs étrangers.»

Sur le long terme, la loi sur les résidences secondaires entraîne un resserrement de l’offre

L’augmentation de l’offre et la baisse de la demande occasionnées simultanément par l’adoption inattendue de l’initiative ont créé une suroffre de résidences secondaires, qui a elle-même entraîné une chute des prix un peu partout en Suisse. La situation du marché est désormais meilleure: «Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur les résidences secondaires qui a permis de dissiper les inquiétudes des acheteurs, la demande suisse repart progressivement à la hausse. Concernant les acheteurs étrangers, on observe également les premiers signes d’amélioration depuis 2017. Cela s’explique d’une part par la dévaluation du franc et d’autre part par le redressement économique de l’Union européenne», précise Thomas Rieder.

Sur le long terme, les experts prévoient une poursuite de la revalorisation des logements de vacances sans restrictions d’usage, notamment une augmentation des prix des terrains. Leurs prédictions s’appuient sur le fait que l’offre est désormais limitée et que tout porte à croire que les appartements de vacances individuels à la montagne ne perdront pas en attractivité à l’avenir. Cela sera particulièrement le cas pour les destinations touristiques à rayonnement international bénéficiant d’un bon enneigement et d’infrastructures attractives. 

Vous avez des questions concernant le financement d’une résidence secondaire?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. N’hésitez pas à nous appeler au 0844 100 112