investir-en-octobre-bonnes-performances-sur-les-marches-américains
Articles

Investir en octobre: nos estimations en bref

Le point de vue du Credit Suisse sur l'évolution à court ou à moyen terme des marchés économiques et financiers et les implications pour les investisseurs en un coup d’œil. Les marchés américains se portent bien cette année. Les marchés défensifs comme la Suisse assurent quant à eux la diversification des risques.

Les stratégies de placement orientées croissance restent intéressantes

La stratégie de placement recommandée reflète toujours nos attentes positives concernant la croissance mondiale. Nous conservons donc notre surpondération des actions et des matières premières. Outre le marché national, nous anticipons aussi une performance supérieure à la moyenne des actions émergentes après les récents replis.

Nous sommes plus prudents sur les actions de la zone euro. Nous sous-pondérons toujours les obligations, avec une préférence pour les titres d’entreprises et les emprunts émergents. Sur le front des matières premières, nous n’avons pour l’heure aucune préférence sectorielle.

Conjoncture: les marchés américains sont plus avancés dans le cycle

Le rebond mondial devrait se poursuivre en dépit des conflits commerciaux, de la fragilité de certains pays émergents et des incertitudes politiques en Europe. En effet, les salaires sont en hausse et les entreprises investissent tous azimuts. Sur fond de diminution des capacités, nous anticipons une progression de l’inflation. Contrairement à la situation en Europe, le renchérissement aux États-Unis est désormais conforme à l’objectif de la Fed.

Au deuxième trimestre 2018, le produit intérieur brut (PIB) réel suisse a progressé de 0,7 pour cent en rythme trimestriel. Cependant, la situation initiale pour l’industrie d’exportation n’est plus aussi avantageuse: notre baromètre des exportations s’est récemment replié. Le franc suisse se raffermit et la surexploitation des capacités dans l’industrie semble déjà s’atténuer.

baisse-de-la-demande-de-biens-suisses-a-letranger

Baromètre des exportations: plongeon de son sommet

Source: PMIPremium, Datastream, Credit Suisse

Obligations: Emprunts suisses à échéances courtes privilégiés

Les marchés obligataires fluctuent, ballotés entre robuste conjoncture et incertitudes politiques. Au vu de la vigueur actuelle du franc suisse, un prochain relèvement des taux de la Banque nationale suisse (BNS) semble en outre peu probable. Elle va attendre que la Banque centrale européenne relève également une première fois ses taux pour acheter des devises et agir à son tour sur ses propres taux. Ce qui devrait intervenir à l’automne 2019.

Nous anticipons néanmoins une hausse progressive des rendements obligataires et privilégions les papiers libellés en franc suisse à échéances courtes. Les emprunts d’entreprises à notation moyenne offrent une plus-value modérée face aux titres d’État. Après leurs récents replis, les obligations émergentes sont de nouveau attractives.

les-marches-prévoient-un-relevement-plus-tardif-des-taux-par-la-BNS

Les marchés prévoient un relèvement plus tardif des taux par la BNS

Source: Bloomberg

Monnaies: le franc suisse et le dollar américain devraient rester au coude à coude

Suite à des achats refuges de franc suisse, le cours dollar-franc s’est un peu raffermi ces deux derniers mois. Malgré la récente appréciation de la monnaie nationale, les investisseurs axés sur le court terme misent plutôt sur un raffermissement du dollar des États-Unis face au franc suisse. À trois mois, nous tablons sur une légère dépréciation du franc suisse en direction de 0.98.

Les incertitudes autour des marchés émergents et de la politique européenne constituent toujours des risques d’appréciation pour le franc suisse, surtout à l’approche de l’épineux processus budgétaire en Italie. La stabilisation de la croissance dans la zone euro est en revanche un atout pour l’euro. Néanmoins le potentiel haussier nous semble limité à court terme. 

les-marches-montrent-les-fluctuation-du-cours-euro-franc

Le cours euro-franc fluctue avec la prime de risque italienne

Source: Datastream, Credit Suisse

Actions : Le marché d’actions américain a devancé l’Europe
L’orientation plutôt défensive du marché helvétique, avec une large part de branches comme l’industrie pharmaceutique, devrait être un avantage dans le contexte d’insécurité actuel. L’économie suisse étant fortement mondialisée, les entreprises ne peuvent toutefois pas se soustraire aux influences globales.

Cette année, le marché d’actions américain a en revanche nettement devancé l’Europe et surtout les pays émergents. Angesichts der nombreux risques nous incitent à adopter une pondération sectorielle et par pays plutôt défensive. C’est pourquoi nous demeurons positifs s’agissant du marché national. Mais il faut s’attendre à des fluctuations persistantes. Après leur repli, nous tablons sur un rebond des marchés émergents. 

les-actions-du-secteur-de-la-sante-sont-moins-sensibles-a-la-conjoncture

Meilleure croissance des bénéfices attendue dans la santé

Source: Datastream, Credit Suisse

La force du dollar américain pénalise les matières premières

Les incertitudes demeurent vives sur les marchés des matières premières. Les données de positionnement signalent un pessimisme prononcé sur presque tous les marchés, que nous ne partageons toutefois pas au vu de nos attentes de croissance positives.

Mais les facteurs géopolitiques et les craintes autour de la croissance semblent pour l’heure prédominer. En dépit de ces inquiétudes, l’or fait également grise mine – probablement en raison de la vigueur persistante du dollar des États-Unis et de la timide demande physique.

la-force-du-dollar-americain-penalise-les-matieres-premieres

L’or pâtit de la vigueur du dollar des États-Unis

Source: Bloomberg, Credit Suisse

Immobilier: Loyers à la conclusion en baisse pour la première fois en douze ans

Les loyers des logements proposés en ligne sont en repli depuis presque trois ans déjà Ce que les baux effectivement conclus reflètent désormais aussi.

Pour la première fois en près de douze ans, les loyers à la conclusion ont reculé de 1,2 pour cent en glissement annuel au deuxième trimestre 2018. Un locataire suisse qui signe un bail aujourd’hui paie néanmoins en moyenne 17 pour cent de loyer en plus qu’en 2005, voire 23 pour cent dans les grands centres.

toutes-les-méthodes-de-calcul-indiquent-une-baisse

Toutes les méthodes de calcul indiquent une baisse des loyers

Source: Wüest Partner, Credit Suisse