Investir en février: nos estimations en bref
Articles

Investir en février: nos estimations en bref

Le point de vue du Credit Suisse sur l'évolution à court ou à moyen terme des marchés économiques et financiers et les implications pour les investisseurs en un coup d’œil. De nombreux facteurs indiquent que les répercussions négatives de la deuxième vague de coronavirus sur l’économie seront moindres que celles de la première. Par conséquent, nous laissons notre allocation en actions globalement inchangée, mais nous y intégrons davantage de titres cycliques.

L’orientation cyclique se renforce

Sur les marchés, l’espoir d’un nouveau paquet budgétaire aux États-Unis éclipse les inquiétudes liées aux mutations du virus. Avec les campagnes de vaccination, nous pensons que cela va accélérer la reprise, ce dont devraient profiter les actions cycliques. Outre les actions allemandes et émergentes, le Credit Suisse surpondère donc désormais les titres britanniques et financiers. Un nouveau rebond des infections reste toutefois un risque, de sorte que nous laissons notre allocation en actions inchangée. Après leur bonne performance, nous mettons fin à la surpondération des emprunts investment grade.

Conjoncture: la reprise en Suisse retardée

La deuxième vague de la pandémie sévit toujours aux États-Unis et en Europe, tandis que les mutations plus contagieuses du virus suscitent l’inquiétude. Les gouvernements maintiennent leurs mesures d’endiguement, voire les durcissent. Simultanément, les corollaires économiques de ces mesures tendent à diminuer et les vaccinations laissent entrevoir une lumière au bout du tunnel. Nous pensons que la conjoncture va se redresser également en Occident en 2021 et que cette reprise va même connaître des épisodes très dynamiques.

En Suisse, la deuxième vague pandémique a contraint la Confédération à renforcer une fois de plus les mesures. Nous prévoyons néanmoins toujours que les conséquences économiques seront bien moins graves que pendant la première vague et que l’économie suisse va se redresser dans le courant de l’année. La vaccination laisse espérer une fin de la pandémie et l’économie a appris à composer avec les restrictions qui y sont liées. Les achats de rattrapage devraient en outre atténuer les répercussions sur le commerce de détail non alimentaire, durement touché par les récentes mesures.

Marchés financiers: répercussions de la première vague sur les chiffres d’affaires du commerce de détail

Les chiffres d’affaires du commerce de détail ont beaucoup souffert pendant la première vague

Dernières données: novembre 2020
Source: GfK, Credit Suisse

Les performances historiques ou futures et les scénarios de marché financier ne constituent pas des indicateurs fiables quant aux résultats actuels ou futurs.

Intérêts: la Suisse manipulatrice de devises selon le gouvernement américain

Le ministère américain des Finances qualifie désormais la Suisse de «manipulatrice de devises». S’il ne faut guère s’attendre à des sanctions immédiates, il est aussi peu plausible que les États-Unis n’exigent aucune mesure. Le meilleur moyen de disparaître rapidement de cette liste serait que la Banque nationale suisse (BNS) réduise sensiblement ses interventions sur le marché des changes. Et cela devrait être possible si la demande de valeurs refuges comme le franc suisse diminue suite à la reprise conjoncturelle. Un nouvel abaissement des taux afin d’affaiblir le franc reste en revanche très peu probable.

Marchés financiers: la BNS réduit ses achats de devises étrangères

La Banque nationale suisse a déjà réduit ses achats de devises

Dernières données: novembre 2020
Source: Refinitiv Datastream, Credit Suisse

Monnaies: l'euro et le franc suisse dans une étroite fourchette de négoce

La pression à l’appréciation sur le franc suisse s’est accrue face à l’euro pendant la première phase pandémique de mars 2020 – comme souvent en période de crise. Mais la BNS est parvenue à limiter la hausse par des achats ciblés de devises. Depuis, le franc suisse a de nouveau perdu un peu de terrain vis-à-vis de l’euro et la volatilité du cours de change euro-franc était récemment modérée. La paire euro-franc devrait continuer de se négocier dans une fourchette étroite, et le franc suisse encore s’apprécier face au dollar américain.

Placements: le franc suisse perd de sa vigueur

Le franc suisse a perdu de sa vigueur par rapport à l’euro depuis le mois de mai

Dernières données: 18.01.2021
Source: Bloomberg, Credit Suisse

Les performances historiques ou futures et les scénarios de marché financier ne constituent pas des indicateurs fiables quant aux résultats actuels ou futurs.

Actions: les titres cycliques offrent des opportunités

Sur le front des actions, nous décelons un potentiel dans les segments restés en net retrait en 2020. En font partie les titres britanniques et financiers. Les actions britanniques devraient profiter du recul des incertitudes politiques lié à l’accord de Brexit et de l’essor des matières premières cycliques. Les titres financiers sont soutenus par l’amélioration des perspectives économiques et un possible raidissement de la courbe des taux.

Placements: les actions cycliques rattrapent leur retard

Les segments de valeur ont un potentiel de rattrapage

Dernières données: 15.01.2021
Source: Bloomberg, Credit Suisse

Matières premières: les prix évoluent de manière positive

Les prix de la plupart des matières premières ont profité de perspectives économiques plus optimistes. Si ces progressions nous semblent plutôt un peu précipitées, nous pensons que le contexte global demeurera favorable aux matières premières. Les segments cycliques comme le pétrole devraient ici devancer les plus défensifs tel l’or. Cela dit, nous discernons aussi une possible augmentation des attentes inflationnistes, ce qui s’inscrirait en soutien des métaux précieux.

Placements: les prix des matières premières augmentent

Les revenus des matières premières sont positifs depuis le 2e trimestre 2020

Dernières données: T4 2020
Source: Bloomberg, Credit Suisse

Immobilier: forte baisse des demandes de permis de construire pour les logements en location

Les taux négatifs ont drainé de nombreux capitaux vers le marché immobilier suisse et déclenché un boom de la construction de logements locatifs, d’où une suroffre et une augmentation des taux de vacance en dehors des centres. Les demandes de permis de construire ont en conséquence reculé de 18 pour cent en 2020. Le nombre de logements achevés dans les deux prochaines années devrait donc diminuer. La hausse des taux de vacance devrait néanmoins continuer en 2021 et la pression baissière sur les loyers perdurer.

Marchés financiers: le nombre de demandes de permis de construire pour les logements locatifs diminue

Le point culminant pour la construction de logements locatifs a été dépassé

Dernières données: novembre 2020
Source: Baublatt, Credit Suisse

Vous avez des questions sur ce thème ?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au 0844 844 003.