investir-en-décembre-surpondérer-actions
Articles

Investir en décembre: nos estimations en bref

Le point de vue du Credit Suisse sur l'évolution à court ou à moyen terme des marchés économiques et financiers et les implications pour les investisseurs en un coup d’œil. Sur fond d’accélération de la croissance mondiale et d’amélioration des bénéfices des entreprises, nous surpondérons désormais les actions mondiales. Sur le front des placements alternatifs, nous recommandons à présent de surpondérer l’immobilier suisse, qui profite du contexte économique favorable.

L’indice américain S&P500 a quadruplé depuis son plancher de mars 2009. La performance des marchés d’actions européens et suisse n’a certes pas été aussi élevée, mais leur rally n’en reste pas moins fulgurant. Cette tendance haussière va-t-elle se poursuivre? La nature même du sujet rend difficile de répondre à cette question. Mais l’examen des principaux moteurs des cours boursiers a de quoi susciter un prudent optimisme.

Premièrement, les marchés d’actions resteront orientés à la hausse tant que l’économie mondiale continuera de croître – ce qui nous semble très probable. Deuxièmement, le maintien des marges bénéficiaires sur fond d’augmentation des chiffres d’affaires (que laisse suggérer la faible pression à la hausse des salaires et autres coûts) s’inscrit en soutien des cours.

Surpondérer les actions malgré leur valorisation élevée

Troisièmement, les écueils boursiers demeureront limités tant que les banques centrales ne devront pas relever rapidement les taux d’intérêt – et l’inflation modérée leur en laisse le temps. Quatrièmement, tant que le climat d’investissement reste bon sans verser dans l’euphorie – ce dont témoignent les indicateurs –, les risques de replis plus marqués restent réduits.

Cela dit, la plupart des valorisations culminent à des niveaux élevés, ce qui restreint le potentiel de progression des cours à moyen terme.

Solide fin d’année pour l’économie mondiale

La conjoncture mondiale est toujours en excellente condition. Le plein-emploi est presque réalité aux États-Unis et la mise en oeuvre des projets de réforme fiscale devrait encore stimuler l’économie domestique. Dans la zone euro, la croissance demeure forte et cette évolution va sans doute se poursuivre en 2018.

forte-croissance-économique-en-Allemagne-et-aux-États-Unis

La croissance s’est accélérée récemment

Source: Datastream, Credit Suisse

Suisse: Accélération de la croissance

Le rebond de l’industrie suisse continue. En octobre, l’indice des directeurs d’achats, que nous établissons en collaboration avec procure. ch et qui mesure le climat conjoncturel au sein de l’industrie, a atteint son plus haut niveau depuis le bref sprint de reprise de 2011.

Les carnets de commandes bien remplis et les stocks pratiquement inchangés de produits finis en dépit d’une production dynamique signalent une poursuite de cette tendance positive. Même les effectifs ont été étoffés en octobre, bien qu’à un rythme assez modeste.

Intérêts: Nouveaux relèvements du taux directeur aux États-Unis

D’ici la fin 2018, nous anticipons quatre relèvements du taux directeur américain de 0,25 point de pourcentage chacun, ce qui le ferait repasser au-dessus de la barre des 2%. Dans la zone euro, la BCE va sans doute maintenir ses rachats obligataires jusqu’en septembre 2018.

Quelques mois plus tard, probablement vers le début 2019, il faut également s’attendre à une hausse des taux dans la zone euro. La BNS ne précèdera la BCE que si le CHF se négocie nettement au-dessus de 1.20 face à l’EUR et si l’inflation s’accélère sensiblement.

taux-américains-augmentent-progressivement

Les taux en USD augmentent graduellement

Source: Datastream, Credit Suisse

Monnaies: L’USD pourrait grimper au-delà de la parité face au CHF

Si le climat positif se maintient sur les marchés financiers, l’USD devrait s’apprécier quelque peu face au CHF. La poursuite de la hausse des taux américains mettrait aussi le CHF sous pression, notamment parce que la BNS va sans doute temporiser pour relever ses propres taux.

Si la réforme fiscale aux États-Unis est couronnée d’un rapide succès et si les perspectives économiques dans le pays s’améliorent encore, il est probable que l’USD dépassera la parité vis-à-vis du CHF à moyen terme. Dans le même temps, le billet vert devrait en revanche se replier face à l’EUR.

dollar-devrait-pouvoir-continuer-de-sapprécier-par-rapport-au-franc

La réforme fiscale devrait soutenir les taux américains et l’USD

Source: Datastream, Credit Suisse

Actions: Potentiel haussier supplémentaire

En dépit de valorisations assez élevées, nous décelons un potentiel haussier supplémentaire pour les actions – surtout après la dernière correction. Les principaux moteurs sont ici l’accélération de la croissance mondiale et les perspectives de bénéfices toujours réjouissantes, que la saison des rapports semble confirmer.

Sur le plan régional, nous favorisons toujours les marchés cycliques comme la zone euro et le Japon. Nous avons renforcé le biais conjoncturel de notre stratégie sectorielle en ajoutant l’industrie à la liste de nos branches favorites que sont la santé, l’énergie et les services de télécommunications.

actions-ont-un-potentiel-de-hausse-supplémentaire

Les indicateurs avancés suggèrent de solides CA

Source: Bloomberg, FactSet, Credit Suisse

Matières premières: Réunion de l’OPEP en ligne de mire

Le rebond des matières premières se poursuit au 4e trimestre, mais les attentes s’agissant du pétrole nous semblent désormais trop optimistes. Il n’est en effet pas certain que la production va effectivement être réduite. Nous maintenons par conséquent notre évaluation neutre.

La réunion de l’OPEP du 30 novembre constitue un nouveau risque événementiel, puisque le marché anticipe une prolongation des réductions de production en 2018. Les métaux précieux nous semblent toujours vulnérables, la demande des transformateurs ne s’inscrivant guère en soutien sur fond de légère hausse annoncée des taux réels américains.

attentes-concernant-marché-du-pétrole-trop-optimistes

Positionnement très optimiste sur le marché du pétrole

Source: Bloomberg, Credit Suisse

Immobilier: Placements immobiliers indirects à la traîne des actions en 2017

En 2016, les placements immobiliers indirects suisses ont surperformé les actions helvétiques (SPI) et l’indice immobilier international FTSE EPRA/NAREIT.

Cette année, les titres immobiliers suisses (actions: +7,5; fonds: +3,1%) sont cependant restés en net retrait du SPI (+18,6%) et de l’indice FTSE EPRA/NAREIT (+10,3%). Les placements immobiliers suisses profitent toujours des faibles taux d’intérêt, qui font en sorte que les rendements directs des fonds (2,7%) et des actions (3,8%) restent relativement attractifs.

immobilier-régresse-derrière-les-actions

Rendements immobiliers indirects plutôt atones

Source: Datastream, Credit Suisse