Investir en août: nos estimations en bref
Articles

Investir en août: nos estimations en bref

Le point de vue du Credit Suisse sur l'évolution à court ou à moyen terme des marchés économiques et financiers et les implications pour les investisseurs en un coup d’œil. L’assouplissement des mesures mises en œuvre pour lutter contre le coronavirus permet à l’économie suisse de poursuivre sa reprise. Cette reprise devrait faire grimper les bénéfices des entreprises et les taux d’intérêt à long terme.

Passer l’été avec patience et prudence

Même si les taux d’intérêt à long terme ont baissé récemment, le Credit Suisse prévoit un rebond dans les prochains mois en raison de la reprise économique et maintient ainsi sa sous-pondération des emprunts d’État. La reprise devrait également entraîner une croissance exceptionnellement forte des bénéfices des entreprises et donc justifier, de plus en plus, les valorisations actuellement élevées des actions. L’optimisme des investisseurs semble à ce stade encore surestimé, de sorte qu’une surpondération des actions semble prématurée. Les investisseurs devraient attendre que de meilleures opportunités tactiques se présentent pour utiliser leurs excédents de liquidités.

Conjoncture: la mobilité suisse reste sous influence de la pandémie

Un peu partout, les mesures ont été assouplies. Ces assouplissements entraînent une reprise économique immédiate. En conséquence, le Credit Suisse prévoit que le PIB mondial connaîtra une croissance élevée de 6,1 pour cent cette année. Dans le même temps, les effets de base, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et l’augmentation de la demande de biens ont récemment poussé l’inflation à des niveaux élevés, notamment aux États-Unis. Toutefois, cette pression à la hausse devrait s’atténuer progressivement.

L’économie suisse se redresse rapidement. Toutefois, il faudra probablement du temps avant que la pandémie ne prenne fin et que les choses ne reviennent à la normale. Ainsi, le comportement de mobilité de la population diffère encore de celui d’avant-crise. Les différences sont particulièrement frappantes dans les transports publics et les déplacements domicile-travail. Un regard sur les pays en avance sur la Suisse en termes de vaccination et de déconfinement suggère que ceci restera le cas pendant un certain temps.

Conjoncture: la mobilité suisse reste marquée par la pandémie

La mobilité suisse reste marquée par la pandémie

Source: Google COVID-19 Community Mobility Report, Credit Suisse
Dernières données: 27 juin 2021

Intérêts: la BCE tolérerait une inflation plus élevée

À l’instar de la Réserve fédérale américaine (Fed), la Banque centrale européenne (BCE) s’est fixé un nouvel objectif d’inflation. Désormais, l’inflation devrait s’établir en moyenne à 2 pour cent sur la durée, plutôt que d’être «proche mais inférieure à 2 pour cent». Ce nouvel objectif permet à la BCE de tolérer un dépassement temporaire de l’inflation. Toutefois, depuis l’introduction physique de l’euro, l’inflation sous-jacente (hors alimentation et pétrole) dans la zone euro est restée faible. Pour atteindre son nouvel objectif, la BCE devra donc probablement s’en tenir plus longtemps à sa politique de taux d’intérêt bas.

Intérêts: Persistance d’une inflation faible dans la zone euro

Persistance d’une inflation faible dans la zone euro

Source: Datastream, Credit Suisse
Dernières données: juin 2021

Monnaies: faiblesse temporaire de l’euro

L’euro a récemment perdu un peu de terrain par rapport au franc suisse. Cette faiblesse ne devrait toutefois être que temporaire: nous continuons de penser que l’euro se redressera quelque peu par rapport au franc suisse d’ici la fin de l’année. Les monnaies refuge comme le franc suisse seront probablement moins demandées au cours de la reprise économique et de la normalisation générale. Entre-temps, la faible différence de taux d’intérêt entre le franc suisse et l’euro limite le potentiel d’appréciation de l’euro.

Marchés financiers: reprise attendue de l’euro face au franc

Reprise attendue de l’euro face au franc

Source: Bloomberg, Credit Suisse
Dernières données: 17.07.2021

Actions: augmentation massive des bénéfices d’entreprise par rapport à l’année précédente

Dans les semaines à venir, l’attention des investisseurs en actions se tournera vers la saison des rapports du deuxième trimestre 2021. Selon les sondages du fournisseur de données FactSet, la majorité des analystes s’attendent à ce que les bénéfices soient supérieurs de plus de 80 pour cent à ceux du même trimestre de l’année précédente, touché par la pandémie. Tous les secteurs devraient contribuer à ce résultat positif, la croissance des bénéfices dans les secteurs cycliques étant la plus prononcée, comme c’était déjà le cas au premier trimestre.

Actions: Contribution attendue à la hausse des bénéfices par secteur

Contribution attendue à la hausse des bénéfices par secteur

Source: FactSet, Credit Suisse
Dernières données: 07.07.2021

Matières premières: retour de la volatilité

Récemment, les prix des matières premières ont fluctué à nouveau plus fortement et la nervosité qui s’en dégage devrait persister. Avec le ralentissement des activités industrielles, la pression sur les chaînes d’approvisionnement devrait se relâcher quelque peu. Dans le même temps, l’absence d’accord entre les États membres de l’OPEP + au mois de juillet a généré un climat d’incertitude, qui pousse les experts à neutraliser leur point de vue positif sur le pétrole, en raison de la diminution du profil de risque-rendement. Récemment, l’or a également fait un bond en avant, les attentes en matière de politique de la Fed restant déterminantes.

Placements: fluctuations des prix des matières premières

Fluctuations des prix des matières premières

Source: Bloomberg, Credit Suisse
Dernières données: 09.07.2021

Immobilier: la propriété du logement, souvent un rêve pour les jeunes

De nombreuses enquêtes montrent que l’accession à la propriété est également très populaire chez les jeunes adultes. Toutefois, ce désir devient de plus en plus difficile à assouvir en raison du niveau de prix élevé et des obstacles stricts en matière de financement. Aujourd’hui, par exemple, environ 80 pour cent des personnes âgées de 35 ans sont locataires, un chiffre plus haut que par le passé. Pour les générations Y et Z, cela signifie que la propriété du logement restera souvent un rêve qui ne pourra être accompli qu’à un âge avancé.

Immobilier: Les jeunes adultes sont principalement locataires

Les jeunes adultes sont principalement locataires

Source: Office fédéral de la statistique, Credit Suisse
Dernières données: 2019

Vous avez des questions sur ce thème?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au 0844 844 003.