La prévoyance vieillesse, c’est important.
Articles

Prévoyance vieillesse – ce qu’il vous faut savoir

Le système suisse de prévoyance repose sur trois piliers: prévoyance publique (AVS), prévoyance professionnelle (LPP) et prévoyance individuelle. Le système des trois piliers a été ancré dans la Constitution fédérale en 1972 et octroie à toutes les personnes vivant en Suisse une vaste couverture d’assurance pour la vieillesse ainsi qu'en cas de décès et d’invalidité.

La prévoyance suisse repose sur trois piliers. Le système existant des 3 piliers est ancré dans la Constitution fédérale (art. 111) et a pour objectif de maintenir le niveau de vie habituel à la retraite, en cas d’invalidité ou en cas de décès, pour soi-même ou ses survivants. Le 1er pilier garantit le minimum vital. Le 2e pilier permet de conserver le niveau de vie habituel. Le 3e pilier comble les lacunes des 1er et 2e piliers.

La première pierre a été posée il y a près de 70 ans

La première pierre de la prévoyance suisse a été posée le 1er janvier 1948 avec l’introduction de l’AVS. En raison des deux guerres mondiales, de nombreux hommes étaient au chômage, en incapacité de travail ou décédés, et un grand nombre de familles se trouvaient en grande difficulté. C’est la raison pour laquelle le Parlement a mis au point l’assurance-vieillesse et survivants (AVS). Elle a été complétée en 1960 par l’assurance-invalidité (AI) et en 1966 par les prestations complémentaires (PC). La Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) est entrée en vigueur le 1er janvier 1985.

Pour en savoir plus sur les différents modules avec lesquels l’«édifice de la prévoyance» suisse est construit, cliquez sur les flèches correspondantes dans le graphique ci-dessous.

Principe des trois piliers
1er
pilier
prévoyance
publique
2e
pilier
prévoyance
professionnelle
3e
pilier
prévoyance
individuelle
Prévoyance publique
Couverture des besoins vitaux Le 1er pilier (prévoyance publique) a pour but d’assurer le minimum vital des bénéficiaires de rente, des invalides et des survivants. Il constitue la base du système suisse des trois piliers et alloue des prestations pour la vieillesse ainsi qu'en cas de décès et d’invalidité. La prévoyance publique se compose de l’assurance vieillesse et survivants (AVS), de l’assurance-invalidité (AI) et des prestations complémentaires (PC). Elle est obligatoire pour toutes les personnes domiciliées en Suisse ou y exerçant une activité lucrative.
AVS
AI
PC
Assurance-vieillesse et survivants En règle générale, toutes les personnes assurées par l’AVS doivent payer des cotisations, c’est-à-dire aussi bien les personnes exerçant une activité lucrative que les personnes sans activité lucrative. Les cotisations sont directement déduites du salaire par l’employeur, qui en effectue le virement à la caisse de compensation. Les personnes sans activité lucrative et les indépendants doivent s’inscrire eux-mêmes auprès de la caisse de compensation. La rente minimale AVS s’élève à 14 220 CHF. Le montant maximal de la rente AVS est de 28 440 CHF pour les célibataires et de 42 660 CHF pour les couples mariés.
Assurance-invalidité Comme l’AVS, l’assurance-invalidité est obligatoire. Elle assiste les personnes invalides par des mesures de réadaptation et des paiements visant à garantir leur subsistance. Toute personne vivant ou exerçant une activité lucrative en Suisse est assurée.
Prestations complémentaires Les prestations complémentaires de l’AVS et de l’AI entrent en jeu lorsque les rentes et le revenu ne permettent pas de couvrir le coût de la vie minimum. Les PC sont un droit légal à ne pas confondre avec une assistance ou aide sociale.
Prévoyance professionnelle
Maintien du niveau de vie habituel Étant donné que le 1er pilier garantit uniquement le minimum vital, la Suisse a introduit, le 1er janvier 1985, la Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). AVS (1er pilier) et LPP (2e pilier) doivent représenter ensemble 60% du dernier salaire. La loi fixe le minimum. Celui-ci est qualifié de «prévoyance professionnelle obligatoire». Les caisses de pension peuvent proposer des prestations supplémentaires. Celles-ci sont qualifiées de «prévoyance surobligatoire».
LPP
 
Surobligatoire
LPP
Prévoyance professionnelle obligatoire La prévoyance professionnelle est prescrite par la loi pour les salariés en Suisse, à partir d’un salaire annuel de 21 330 CHF: l’employeur et les salariés doivent – comme pour l’AVS – cotiser ensemble au 2e pilier. D’une part, l’argent sert à constituer un capital de vieillesse. D’autre part, il permet de se prémunir en cas d’invalidité et de protéger les survivants. Les personnes exerçant une activité indépendante ont la possibilité de s’affilier volontairement à une fondation de prévoyance. Les personnes sans activité lucrative n’ont pas cette possibilité.
Prévoyance professionnelle surobligatoire Le salaire maximal pouvant être assuré par la prévoyance professionnelle obligatoire s’élève actuellement à 85 320 CHF. En outre, les caisses de pension peuvent assurer d’autres prestations. À la différence de la prévoyance professionnelle obligatoire, dans le cadre de laquelle la loi garantit un taux minimum, les caisses de pension sont libres quant à la rémunération de la prévoyance surobligatoire.
Prévoyance individuelle
Combler les lacunes Les prestations du 1er et du 2e pilier (régime obligatoire) couvrent, à la retraite, entre 60 et 70% du revenu antérieur – mais seulement jusqu’à concurrence d’un montant de 85 320 CHF. Le 3e pilier offre la possibilité de combler individuellement les lacunes des 1er et 2e piliers et de profiter ainsi de la retraite sans soucis financiers. À cet égard, une distinction est opérée entre pilier 3a et pilier 3b.
Pilier 3a
Pilier 3b
La prévoyance liée Le pilier 3a offre une possibilité de prévoyance individuelle facultative qui est réservée aux personnes percevant un revenu soumis à l’AVS. Il est soutenu par l’État au moyen d’avantages fiscaux considérables. Les montants versés dans le pilier 3a sont en effet déductibles du revenu imposable jusqu’à concurrence du montant maximal légal. Les fonds de prévoyance du pilier 3a peuvent être retirés de façon anticipée seulement dans certains cas définis par la loi, par exemple pour financer l’accession à la propriété du logement.
La prévoyance libre Le pilier 3b englobe toutes les formes d’épargne individuelle non comprises dans le pilier 3a. En font partie, par exemple, le compte d’épargne, les fonds et la propriété du logement. Le pilier 3b n’est généralement pas influencé par des exigences étatiques. Il est donc également appelé «prévoyance libre». À la différence de la prévoyance liée, il n’y a pas d’avantages fiscaux dans le cadre du pilier 3b (à quelques exceptions près).