Caisses de pension suisses: le processus de placement est de plus en plus durable
Articles

Les caisses de pension intègrent de plus en plus les critères ESG au processus de placement

Les critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance) gagnent également en importance dans le processus de placement des caisses de pension suisses. En plus de l’évolution des valeurs morales, cela se reflète dans les chiffres concrets. Mais les investissements durables ont différentes applications. 

Les considérations en matière de durabilité se manifestent de plus en plus dans le processus de placement

Avec la sensibilisation croissante à la durabilité, la priorité des institutions de prévoyance suisses ne se limite plus exclusivement à l’obtention des rendements nécessaires. Bien évidemment, ces derniers doivent à long terme respecter les engagements de l’institution conformément au mandat légal de prévoyance professionnelle. Mais en même temps, les assurés et le grand public réclament de plus en plus un comportement «social» de la part des institutions.

Celles-ci doivent donc prendre en compte les aspects ESG en plus des critères traditionnels lors de leurs décisions de placement. Même le devoir de diligence fiduciaire engendre de plus en plus l’interprétation selon laquelle les réflexions durables, dans la mesure où elles sont matérielles et financières, représentent une partie des opportunités et risques économiques, et doivent être intégrées en conséquence. 

Comment les caisses de pension rendent le processus de placement plus durable

Le chemin vers une politique de développement durable solide et individuelle des différentes institutions de prévoyance commence lors de la discussion au sein du Conseil de fondation. Celui-ci élabore une définition de la durabilité propre à la caisse et l’érige en principe fondamental. Ainsi la politique de développement durable peut ensuite être intégrée progressivement à tous les échelons du processus de placement stratégique: de la conception au contrôle du résultat en passant par la mise en œuvre.

Les critères ESG sont pris en compte via différentes approches

L’enquête actuelle sur les caisses de pension indique une part de plus en plus importante de biens investis selon des critères ESG. La part des caisses investissant plus de 60% de leurs biens avec un objectif de durabilité est passée de 10,8% il y a trois ans à 28% aujourd’hui. Près de la moitié des participants prévoit d’investir de manière durable à plus de 60% d’ici 2024. À cet égard, les caisses de pension mettent en œuvre différentes approches, sachant que la plupart en utilisent plusieurs en même temps.

Les trois quarts des participants à l’enquête excluent des entreprises ou branches de leur univers de placement si celles-ci vont à l’encontre de certains critères et normes. La liste publiée par l’Association suisse pour des investissements responsables (ASIR) représente d’ailleurs une base qui s’est peu à peu imposée comme la norme du secteur. 60% des caisses de pension se fondent généralement sur les recommandations de l’ASIR. L’intégration et l’engagement ESG sont avec respectivement 70% et 51,4% des approches généralisées de l’investissement durable.

Sont exclues les entreprises qui donnent une mauvaise impression en raison de leur activité (par exemple dans le domaine des armes, de la pornographie ou autre), de leur empreinte carbone élevée, de leur comportement vis-à-vis des droits de l’homme et du travail ou de leur pratiques de corruption.

Les caisses de pension réalisent également des investissement conformes aux critères ESG dans les pays émergents

Les principes d’investissement durables énoncés s’appliquent avant tout en Suisse, en Europe et en Amérique du Nord. Toutefois, l’exploitation de nouvelles sources de rendement, ainsi que la réduction du risque d’investissement, poussent les institutions de prévoyance à réaliser des placements durables dans les pays émergents, notamment en Chine.

Dans toutes les régions, c’est dans les actions que la part des biens investis de manière durable est la plus élevée. 90% des participants à l’étude indiquent avoir mis en œuvre de manière durable au moins un quart de leur allocation aux actions dans des pays en voie de développement. Pour les actions dans des pays émergents, un tiers de la moitié est appliqué de façon conforme aux critères ESG. En outre, plus de 10% des sondés investissent de manière durable dans les emprunts d’État et d’entreprise en Chine.

L’investissement conforme aux critères ESG comporte des obstacles

L’une des principales causes de l’investissement durable est certes la conviction, mais aussi les risques de réputation et les évolutions réglementaires actuelles et futures.

En revanche, quatre caisses de pension sur cinq considèrent le manque de transparence des données ESG comme un véritable obstacle. Et près de la moitié estiment que la différenciation entre greenwashing et investissement avec un effet positif durable représente une difficulté par rapport aux critères ESG. Elles citent également comme obstacles le manque de clarté quant à l’impact de la durabilité sur la performance, les coûts qui en résultent et le manque de ressources.

Soutien externe pour les mesures d’investissement conforme aux critères ESG

Enfin, si l’on regarde les obstacles mentionnés dans l’enquête, il n’est pas surprenant de constater que de nombreuses caisses de pension ont recours à un soutien externe pour leurs efforts en matière de durabilité. Ainsi, elles font d’abord appel aux services de banques et de gestionnaires de fortune, suivis par les consultants et agences de durabilité.

By accessing the videos and/or podcasts in this page, you hereby consent to Credit Suisse disclosing your full IP address to YouTube and/or SoundCloud for the purpose of enabling you to view or listen to the content hosted in those platforms. These third party platforms are not operated or monitored by Credit Suisse, and your IP address and any other personal data collected, processed or stored by these third party platforms will be subject to their own privacy policies, and Credit Suisse will not be responsible for their treatment of personal data.