Indices à volatilité minimale: moins de risque, plus de rendement?
News & Insights

Indices à volatilité minimale: moins de risque, plus de rendement?

Sur de longues périodes de temps, les indices à volatilité minimale surperforment leurs indices parents pondérés en fonction de la capitalisation boursière. Cette observation remet en question la théorie financière conventionnelle, selon laquelle les portefeuilles à rendement supérieur devraient être assortis de risques plus élevés.

Les fonds indiciels répliquant des indices à volatilité minimale donnent accès à des stratégies qui réduisent l’exposition à la volatilité des marchés boursiers. Comme leur nom l’indique, les indices à volatilité minimale représentent le portefeuille qui minimise la volatilité sujet à certaines contraintes de manière à éviter une rotation trop importante et des concentrations non intentionnelles sur un secteur ou un pays. Les fonds indiciels à volatilité minimale offrent un profil de risque intéressant pour les investisseurs qui cherchent à échapper aux conditions de taux d’intérêt extrêmes actuelles où plus d’un tiers des obligations investment grade présentent des rendements négatifs.

Dans un contexte où les actions entrent probablement en fin de cycle, où les évaluations d’actifs sont élevées et que les risques politiques sont importants, il est essentiel de positionner correctement son portefeuille en termes de risque et de rendement. Compte tenu des incertitudes économiques et géopolitiques actuelles, la volatilité des marchés boursiers devrait se maintenir à un niveau élevé dans un avenir proche. Ces conditions pourraient profiter aux valeurs défensives que l’on retrouve généralement dans des stratégies axées sur la faible volatilité et dans des matières premières telles que l’or. Cependant, on peut très bien envisager d’investir dans des fonds répliquant des indices à volatilité minimale également en dehors de périodes de forte volatilité. Les indices à volatilité minimale ont surperformé leurs indices parents sur de longues périodes, notamment depuis la crise financière mondiale de 2008.

L’indice MSCI World Minimum Volatility, par exemple, présente depuis 2001 une performance cumulée plus élevée et une volatilité plus faible que son indice parent pondéré en fonction de la capitalisation boursière. Ceci est notamment attribuable au recul des taux d’intérêt, qui a profité aux actions à volatilité minimale. La comparaison de la performance et des pertes maximales1 entre les deux indices montre en outre que l’indice à volatilité minimale n’a pas été aussi affecté par les crises que son indice parent (voir graphiques suivants).

Comparaison de la performance et des pertes: MSCI World Minimum Volatility Index et MSCI World Index (USD)

Afin d’entrer dans le détail, nous avons analysé la performance mensuelle relative du MSCI World Minimum Volatility et du MSCI World sur des périodes où l’indice couramment utilisé CBOE Volatility Index (VIX) dépassait le seuil de 242. Le VIX peut être considéré comme une mesure de la tension sur les marchés. Les résultats montrent que le MSCI World Minimum Volatility a substantiellement surperformé le MSCI World sur plus de 70% des mois lorsque le VIX dépassait le niveau de 24 au moins une fois au cours du mois concerné (voir graphique ci-dessous).

Ecart de performance entre le MSCI World Minimum Volatility et le MSCI World en période de tension sur les marchés

La surperformance des indices à volatilité minimale ne s’observe pas que sur les marchés développés. L’indice MSCI Emerging Markets Minimum Volatility a également surperformé son indice parent, en particulier depuis la crise financière de 2008 (voir graphiques ci-dessous).

Comparaison de la performance et des pertes: MSCI Emerging Markets Minimum Volatility Index et MSCI Emerging Markets Index (USD)

Qu’est-ce que le facteur de volatilité minimale?

Le facteur de volatilité minimale ou faible est pour la première fois apparu dans les travaux de recherche universitaire dans les années 1970 pour désigner l’un des principaux facteurs influençant les actions (c.-à-d. un moteur systématique du rendement et du risque) et une source éventuelle de rendement excédentaire positif. Historiquement, le facteur de volatilité minimale affiche une surperformance élevée et une volatilité inférieure à celle du marché sur de longues périodes de temps.

Contrairement à d’autres facteurs comme la valeur, la petite taille ou le momentum, le facteur de volatilité minimale ne peut s’expliquer par une prime de risque. En effet, pour expliquer la surperformance de la volatilité minimale il faut davantage se baser sur des arguments de finance comportementale comme l’effet de loterie ou l’effet de confiance excessive. D’après ceux-ci, les investisseurs paient trop cher pour des actions risquées parce qu’ils espèrent des rendements très élevés (comme à la loterie) ou parce qu’ils pèchent par excès de confiance, persuadés qu’ils sont d’être capables de choisir les
meilleurs titres.

Le marché suisse des actions a connu une évolution très comparable, s’illustrant notamment par la surperformance de l’indice MSCI Switzerland IMI3 Minimum Volatility par rapport à son indice parent pondéré en fonction de la capitalisation boursière. S’il peut arriver que l’indice à volatilité minimale reste à la traîne de ses homologues à capitalisation boursière durant les reprises sur les marchés, ces retards sont plus que compensés par sa surperformance en périodes de correction boursière.

Comparaison de la performance et des pertes: MSCI Switzerland IMI Minimum Volatility et MSCI Switzerland IMI (CHF)

Comment est construit l’indice de référence?

Un indice à volatilité minimale est un sous-compartiment de son indice parent, ayant pour but de minimiser le risque absolu mesuré par la volatilité. Pour construire un tel indice, il convient d’effectuer une optimisation de manière à prendre en compte
différents indicateurs de risques, telles que la volatilité historique des actions et leur corrélation entre elles et avec le marché. En général, cette optimisation est assortie d’un ensemble de contraintes (par exemple, limite maximale de rotation et des écarts pays/secteurs) pour garantir la pertinence du résultat. De fait, un indice à volatilité minimale se caractérise principalement par un faible bêta4, une volatilité inférieure à celle de l’indice parent et un biais à l’égard des actions dont le risque spécifique5 est faible (voir les graphiques suivants).

Comparaison du profil risque/rendement des indices MSCI Minimum Volatility par rapport à des indices de marché plus larges

Nos fonds indiciels répliquant des indices à volatilité minimale atténuent les fluctuations en comparaison avec un large portefeuille d’actions pondéré en fonction de la capitalisation boursière. Ils sont particulièrement adaptés aux investisseurs
cherchant à réduire le risque ou à augmenter de façon prudente leurs allocations en actions compte tenu des conditions actuelles de taux d’intérêt faibles voire négatifs.

Credit Suisse Asset Management propose trois différents fonds indiciels à volatilité minimale répliquant les indices indiqués: CSIF (Lux) Equity World Minimum Volatility, CSIF (Lux) Equity Emerging Markets Minimum Volatility et CSIF (CH) Equity Switzerland Minimum Volatility Blue. Ces fonds constituent une option transparente et efficace en termes de coûts pour atténuer le risque lié aux actions sans en réduire l’allocation. Cependant, les fonds à volatilité minimale peuvent être affectés par des facteurs macroéconomiques ou des chocs externes capables d’entraîner une baisse du cours de leurs parts. Dans de tels cas, le capital n’est pas protégé.

Il est recommandé aux investisseurs qui recherchent une option complémentaire ou différente pour diminuer le risque de leur portefeuille en période de forte volatilité et d’incertitude sur les marchés, d’envisager d’investir également dans des matières
premières telles que l’or.

Informations sur les fonds CSIF (Lux) Equity World
Minimum Volatility
CSIF (Lux) Equity Emerging
Markets Minimum Volatility
CSIF (CH) Equity Switzerland
Minimum Volatility Blue
CSIF (CH) II Gold Blue
Domicile du fonds Luxembourg Luxembourg Suisse Suisse
Frais courants MSCI World Minimum Volatility (NR) MSCI Emerging Markets Minimum Volatility (NR) MSCI Switzerland IMI Minimum Volatility (TR) LBMA Gold Price PM
Méthodologie de réplication Réplication intégrale Echantillonnage optimisé Réplication intégrale Réplication physique
Négociabilité Quotidienne Quotidienne Quotidienne Quotidienne
Valeur du fonds au 31.08.2019 125 millions EUR 44 millions EUR 145 millions EUR 942 millions EUR
Indice de référence (%) QB EUR: 0.23
QB CHF: 0.23
FA USD: 0.28
FA GBP: 0.28
FB EUR: 0.28
FB USD: 0.28
FB CHF: 0.28
QB EUR: 0.32
QB USD6: 0.32
QB CHF6: 0.32
FB USD: 0.37
FB EUR: 0.37
QB: 0.25
FB: 0.30
QB: 0.17
QBH: 0.20
FB: 0.22
FBH: 0.25
Lancement 08.12.2015 19.01.2016 05.09.2016 23.12.2013
Devises de souscription CHF, USD, GBP, EUR CHF, EUR, GBP, USD CHF, EUR, USD CHF, EUR
ISIN QB EUR: LU1248309152
QB CHF: LU1333778329
FA USD: LU1419774234
FA GBP: LU1909087808
FB EUR: LU1419774663
FB USD: LU1419774580
FB CHF: LU1419774747
QB EUR: LU1390260120
QB USD6: LU1390249313
QB CHF6: LU1352930678
FB USD: LU1419776528
FB EUR: LU1419776791
QB: CH0334161517
FB: CH0334161509
QB: CH0352765355
QBH: CH0352765397
FB: CH0209106787
FBH: CH0220919085

Restez informé de notre mise à jour mensuelle

S'abonner