Fake food: affaires réalisées avec les étiquettes frauduleuses
News & Insights

Fake food: affaires réalisées avec les étiquettes frauduleuses

«D'abord la bouffe, ensuite la morale» a écrit Bertolt Brecht en 1928 dans son célèbre «Opéra de quat'sous». Cette citation s'applique parfaitement à la fraude des étiquettes apposées sur les denrées alimentaires.

À l'époque de Brecht déjà, on se servait par exemple des racines de pissenlit pour allonger le café ou le substituer et le commercialiser sous le nom de chicorée (ou «faux café»)1. De nos jours, les étiquettes frauduleuses permettraient plutôt d'écouler de la viande avariée en gélatine, des brûleurs de graisse au DNP2 ou encore des pommes soi-disant bio traitées aux pesticides. Des produits alimentaires contrefaits se négocient et se vendent partout en Europe. L'année dernière, une opération coordonnée par Europol et Interpol a permis de saisir des denrées alimentaires d'une valeur de plusieurs centaines de millions d'euros. Les autorités douanières, la police, des inspecteurs des denrées alimentaires et des vétérinaires ont effectué des contrôles chez de nombreux producteurs et intermédiaires dans 78 pays, ce qui a abouti à la saisie de quelque 33 millions de litres de boissons et 16 000 tonnes de denrées alimentaires contrefaites (y compris des poissons surgelés puis décongelés et vendus comme étant frais en Italie, leur décomposition étant empêchée par des acides, des phosphates et de l'hydrogène). 672 personnes ont été arrêtées3.

16'000

tonnes de denrées alimentaires contrefaites (y compris des poissons surgelés puis décongelés et vendus comme étant frais en Italie, leur décomposition étant empêchée par des acides, des phosphates et de l'hydrogène)

Bien sûr, la presse de caniveau en particulier se fait un plaisir de relater des scandales alimentaires spectaculaires tels que les lasagnes au bœuf confectionnées avec de la viande de cheval roumaine ou les œufs contaminés au fipronil en provenance des Pays-Bas. Quant au grand public, il les considère généralement comme des cas isolés malheureusement. Peu de personnes réalisent que le crime organisé se cache souvent derrière de telles affaires. Aujourd'hui, le négoce et le mélange d'un grand nombre de produits alimentaires s'opèrent à l'échelle internationale. Les escrocs exploitent les failles de l'agriculture industrialisée, du commerce en ligne, des marchés interconnectés et des actions isolées des autorités. Ils sont séduits par les grosses marges bénéficiaires alors que les sanctions sont relativement faibles4. Plus les aliments sont mélangés, plus les risques de contrefaçon augmentent. Et plus les chaînes d'approvisionnement sont longues et opaques, plus il est simple aux escrocs d'effacer leurs traces. Il est certes relativement peu lucratif de mettre en circulation un emballage de fraises prétendument bio, mais le marché de l'alimentation est immense et les possibilités de tromperie innombrables. Selon l'UE, la fraude alimentaire a un coût annuel de 30 milliards d'euros et peut même mettre en péril la santé des consommateurs dans le pire des cas5.

D'après l'UE, l'huile d'olive extra vierge est le produit le plus souvent contrefait

D'après l'UE, l'huile d'olive extra vierge est le produit le plus souvent contrefait

Source: GEO (2016): Ces denrées alimentaires sont très souvent contrefaites, GEO 5/16, URL:  https://www.geo.de/natur/nachhaltigkeit/66-rtkl-nahrungsmittelbetrug-diese-lebensmittel-werden-besonders-haeufig; date de consultation: 22.10.2019.

La Commission européenne a établi une liste des denrées alimentaires les plus fréquemment contrefaites. L'huile d'olive italienne se classe en tête: comme la quantité vendue sur le marché est bien supérieure à ce que les olives récoltées en Italie produisent, on peut conclure qu'une partie des produits tout au moins n'est pas correctement étiquetée6. Viennent ensuite le lait, le miel, le safran, le poisson, le café, le jus d'orange et le fromage7.

Qu'est-ce que la fraude alimentaire?

Selon l'Office fédéral allemand pour la protection des consommateurs et la sécurité alimentaire, la fraude alimentaire est définie de la manière suivante8:

De manière générale, on entend par fraude alimentaire la mise en circulation de denrées alimentaires délibérément contrefaites dans le but d'obtenir un avantage financier ou économique. L'objectif poursuivi est de tromper le client ou le consommateur en utilisant des additifs illicites qui induisent une modification de la composition des aliments ou en faisant intentionnellement une fausse déclaration, c'est-à-dire en imprimant sur l'étiquette des informations erronées ou insuffisantes.

Une question particulièrement déterminante est celle de l'authenticité et de l'origine géographique. S'agit-il vraiment de l'aliment indiqué, du bon ingrédient? Les produits ont-ils été allongés ou dénaturés par des additifs? Dans le meilleur des cas, les contrefaçons sont de qualité inférieure, dans le pire des cas, elles sont dangereuses pour la santé. Voici quelques exemples de fraude alimentaire:

  • Étiquetage incorrect de produits de qualité inférieure les faisant passer pour des marchandises de marque de grande qualité; p. ex. vente de café «robusta» bon marché sous le label «arabica» plus onéreux.
  • Désignation incorrecte de marques régionales protégées, p. ex. champagne ne provenant absolument pas de la Champagne française.
  • Vente de saumon d'élevage sous le label «saumon sauvage».
  • Recommercialisation d'aliments impropres à la consommation: la chaîne de refroidissement a été interrompue ou la durée de conservation est déjà dépassée9.

Solutions envisageables: contrôles de qualité et procédures d'analyse modernes

De fait, la fraude alimentaire n'a rien de nouveau: depuis toujours, des escrocs tentent de vendre cher des marchandises bon marché. Au Moyen Age, des boulangers mélangeaient par exemple de la sciure à la pâte à pain et des restaurateurs allongeaient le vin et la bière avec de l'eau. Or les consommateurs ne peuvent guère déceler le danger que comporte ce genre de fraude. Et il est très difficile pour les producteurs de denrées alimentaires et les négociants de mettre en évidence ces manœuvres frauduleuses.

Pour détecter les contrefaçons, les producteurs de denrées alimentaires travaillent aujourd'hui en étroite collaboration avec leurs fournisseurs. Le contrôle de la qualité commence avant même l'expédition de la marchandise. Des tests, des inspections et des certificats sont exigés afin d'assurer la plausibilité des données quantitatives. En outre, les autorités misent sur des méthodes d'analyse modernes pour lutter contre les contrefaçons. Il y a notamment la spectroscopie à résonance magnétique nucléaire (RMN), utilisée également en imagerie médicale sous le nom d'IRM. Cette technologie analyse les propriétés magnétiques des atomes d'hydrogène et permet de déterminer les différents composants des produits alimentaires. Elle définit ainsi «l'empreinte digitale» de ceux-ci sur la base de leur provenance et de leur nature.

Résumé

L'attention accrue portée par les autorités et les consommateurs à la sécurité alimentaire crée des opportunités pour les entreprises actives dans les domaines des sciences de la vie, des tests, des inspections et des certifications. Nous estimons que la garantie et l'amélioration de la qualité des produits s'inscrivent dans une attractive tendance de croissance à long terme. Le durcissement de la réglementation et l'importance croissante que la population attache à la sécurité sont les principaux facteurs de protection des denrées alimentaires et de l'eau potable contre une contamination de nature microbienne ou chimique.

Nous pensons que les exigences réglementaires vont se durcir encore dans le secteur alimentaire, de sorte que les technologies de contrôle de l'origine des aliments et les méthodes de suivi tout au long de la chaîne de production devraient gagner en importance. C'est pourquoi nous détenons des actions d'entreprises leaders dans les domaines des capteurs, des diagnostics, des tests, des inspections et des certifications. En outre, les fabricants d'instruments scientifiques et de biens de consommation sont en bonne position eux aussi.