News & Insights

Crise du COVID-19: la perspective d’une solution indicielle

Dans la plus récente de notre série de courtes interviews, Valerio Schmitz-Esser, responsable Index Solutions, explique comment les solutions indicielles se sont comportées au cours de cette période de turbulence exceptionnelle et identifie quelques tendances méritant d’être signalées.

La popularité des solutions indicielles s’est-elle effritée au cours de cette période de crise?

Bien au contraire, la tendance de fond qui consiste à se détacher des stratégies à gestion active au profit de produits suivant des indices est restée soutenue, ces derniers affichant une part de marché ne cessant de croître. D’après un rapport de Morningstar, nous avons assisté en mars à de très importants flux de sortie de fonds communs de placement en Europe; ces flux totalisaient 246 mia EUR, dont seulement 24 mia EUR provenaient de fonds indiciels et d’Exchange Traded Funds (ETF). Auparavant, lors de marchés baissiers, les investisseurs tendaient à davantage accorder leur confiance aux gestionnaires actifs pour s’isoler des tendances baissières, mais au cours de la phase de grande turbulence induite par le COVID-19, la garantie de ne pas s’exposer à un marché en sous-performance marquée a clairement joué en faveur des solutions de suivi d’indice.

Comment se sont réparties les sorties de fonds parmi les produits indiciels?

Nous avons assisté, en réalité, à une bifurcation complète des flux parmi les différentes classes de solutions indicielles. D’un côté, les ETF et les diverses catégories de solutions indicielles rattachées à une catégorie de niche, sont ceux qui ont le plus subi de sorties de fonds. D’un autre côté, les fournisseurs de produits offrant aux investisseurs institutionnels des éléments constitutifs à long terme pour leur allocation d’actifs stratégique se sont mieux comportés. Chez Credit Suisse Asset Management, nous avons profité d’un afflux net de fonds totalisant 800 mio EUR en mars, ce qui nous place parmi les meilleurs prestataires de solutions indicielles en Europe en termes de collecte de fonds.

Avec 95 fonds indiciels et 100 mia CHF d’actifs, nous sommes devenus le quatrième plus grand fournisseur de fonds communs de placement et d’ETF en Europe.

Pouvez-vous nous décrire quelques-uns des défis que vous avez rencontrés?

Pour nous et nos concurrents, l’une des principales difficultés a été d’assurer une transition rapide et efficace depuis une configuration de travail centralisée dans nos bureaux à un dispositif de travail à domicile. Cela n’a pas été une mince affaire pour les équipes de solutions indicielles qui n’ont pas droit à l’erreur quand il s’agit d’indexation: tout délai non respecté pour réajuster les composantes d’un portefeuille et/ou rééquilibrer par rapport à l’indice est susceptible d’engendrer une erreur de suivi d’un niveau inacceptable. Chez Credit Suisse Asset Management, nous disposons de la plus grande équipe chargée des solutions indicielles de Suisse. Nous sommes parvenus à gérer efficacement nos opérations, avec près de 80% de nos professionnels travaillant depuis chez eux, y compris les employés des fonctions de front et back-offices. Cela démontre l’importance des investissements que nous avons effectués dans notre système Aladdin® conçu sur mesure et déployé en janvier 2019. Aladdin est une plateforme entièrement intégrée qui couvre chaque fonction depuis l’exécution des transactions jusqu’à la gestion du risque. Nous avons également été confrontés au défi de lancer trois nouveaux ETF et de convertir trois fonds indiciels dans ces ETF au plein cœur de la crise à la mi-mars. Dans ces circonstances exceptionnelles, il a sérieusement été question de retarder le processus; cependant la décision de maintenir tel quel le calendrier s’est avérée être la bonne. Les lancements ont été un succès, totalisant plus de 2 mia USD d’actifs à la fin mai. Ces nouveaux produits forment une excellente composante intégrante de notre offre globale de fonds indiciels. Avec 95 fonds indiciels et 100 mia CHF d’actifs, nous sommes devenus le quatrième plus grand fournisseur de fonds communs de placement et d’ETF en Europe.

De quelle manière le thème de l’environnement, du social et de la gouvernance (ESG) influence-t-il l’univers de la gestion passive?

Au sein du secteur de la gestion d’actifs, l’appétit pour les solutions conformes aux critères ESG est une tendance extrêmement vivace qui va s’inscrire dans la durée. En Europe, aux Etats-Unis, au Japon, dans la région Pacifique (hors Japon) et dans les marchés émergents, les indices de référence ESG ont surperformé les indices boursiers généraux au cours du premier trimestre 2020. L’une des raisons sous-jacentes est que l’application de critères ESG tend à réduire l’exposition à des sociétés dotées de modèles d’affaires plus risqués ou de systèmes de gestion du risque moins efficaces ce qui les rend plus vulnérables aux chocs externes. Afin de répondre à cette forte demande, nous avons établi une gamme complète de solutions indicielles ESG comprenant 14 fonds de réplication et ETF.

En Europe, aux Etats-Unis, au Japon, dans la région Pacifique (hors Japon) et dans les marchés émergents, les indices de référence ESG ont surperformé les indices boursiers généraux au cours du premier trimestre 2020.

Pourquoi faut-il considérer les solutions indicielles comme des composantes intégrantes d’un portefeuille d’investissement global?

Les solutions indicielles présentent trois caractéristiques particulièrement intéressantes pour les investisseurs. Tout d’abord, elles offrent une très large diversification, la plupart des grands indices incluant des centaines, si ce n’est des milliers de titres individuels. De ce fait, les solutions indicielles éliminent pratiquement tout le risque spécifique. Par ailleurs, les investisseurs ont la garantie de ne pas être confrontés à de mauvaises surprises de la part de gestionnaires sous-performant de façon substantielle l’indice de référence. De façon générale, les solutions indicielles génèrent des performances supérieures à la médiane de manière régulière, du fait de leur exposition complète à la classe d’actifs, plutôt qu’à un échantillon choisi. Cette caractéristique est particulièrement appréciée des investisseurs institutionnels qui ne souhaitent généralement pas trop supporter le risque lié à la gestion active dans les composantes de base de leurs portefeuilles (beaucoup d’entre eux privilégiant une approche core/satellite selon laquelle seuls les satellites supportent ce risque). Enfin, les fonds indiciels constituent des solutions économiques en termes de coûts grâce à des frais totaux sur encours (TER) très concurrentiels et une faible rotation. Les TER reflètent les coûts de mise en œuvre peu élevés découlant de l’absence de recherche des courtiers et de rémunération de gestionnaires actifs. Concernant la faible rotation, le MSCI World Index est à ce titre exemplaire avec un taux de rotation de seulement 2,5% par an. Un faible taux de rotation implique moins de négoce de titres, donc un TER plus compétitif.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter

Nous contacter