Global CIO Video: «Nous sommes clairement entrés dans une nouvelle ère»
Articles et stories

Global CIO Video: «Nous sommes clairement entrés dans une nouvelle ère»

Il y a quelques semaines seulement, les marchés mondiaux des actions atteignaient des sommets historiques. La situation s'est toutefois renversée avec une rapidité fulgurante: la propagation mondiale du nouveau coronavirus et les mesures de confinement souvent drastiques prises par les autorités publiques suscitent une inquiétude d'autant plus grande que leurs effets ont également un impact sur la croissance économique mondiale. Dans la nouvelle vidéo Global CIO, nous analysons les derniers développements et présentons nos estimations.

Nous sommes clairement entrés dans une nouvelle ère. Les investisseurs réagissent en liquidant les investissements risqués et en cherchant refuge dans des placements sûrs tels que les obligations d'État. Le pétrole, qui subissait déjà des pressions dues au ralentissement de la croissance, a subi un revers supplémentaire résultant de l'incapacité des principaux pays producteurs de pétrole à se mettre d'accord sur une nouvelle réduction des quotas de production.

Découvrez les toutes dernières évolutions des marchés et les perspectives actuelles pour les investisseurs dans la vidéo Global CIO avec Burkhard Varnholt, Deputy Global Chief Investment Officer & CIO Switzerland.

Au sein de notre Commission de placement, nous pensons qu'il est encore trop tôt pour considérer les turbulences actuelles du marché comme des opportunités de négoce. Les marchés restent extrêmement volatils et les investisseurs qui cherchent à synchroniser les marchés sont mal avisés. C'est pourquoi nous maintenons une pondération neutre en matière d'actions, et ce, jusqu'à ce que la confiance soit rétablie et que les facteurs fondamentaux, qui continuent à plaider en faveur des actions, occupent à nouveau le devant de la scène.

Si les rendements des obligations d'État ont certes continué à baisser du fait de la fuite des investisseurs vers des valeurs sûres, nous estimons néanmoins que ce mouvement s'inversera à la hausse dès que les mesures d'endiguement et les réponses apportées en matière de politique monétaire et budgétaire commenceront à porter leurs fruits. Nous confirmons par conséquent notre opinion négative pour les obligations d'État. Notre évaluation portant sur les matières premières demeure également inchangée: nous maintenons notre surpondération du marché global pour les matières premières, et ce, d'autant plus que ce marché comprend également des métaux précieux, qui peuvent contribuer à la diversification des risques liés au coronavirus.

Il est nécessaire de faire preuve de patience et de prendre des mesures déterminées

L'apparition du coronavirus constitue un risque qu'il est extrêmement difficile de quantifier et dont l'évolution est impossible à prévoir. En matière de placements, la peur est toutefois une mauvaise conseillère. Dans des périodes comme celle à laquelle nous sommes actuellement confrontés, il est donc plus important que jamais de poursuivre une solide stratégie de placement reposant sur des principes stricts. La diversification constitue ici le plus important de ces principes. Le virus n'est pas la première tempête à laquelle nous devons faire face, ni ne sera la dernière. Mais comme toutes les tempêtes, il passera.

Nous avons maintenant besoin de mesures déterminées et crédibles sur le plan de la politique (monétaire) et d'une communication claire de la part des gouvernements. Contrairement à 2008, où les marchés financiers se sont retrouvés en crise, le système financier actuel est solide, les banques sont nettement mieux capitalisées, les risques sont moindres et les banques centrales savent ce qu'il faut faire.