À propos de nous Press Release

Press Release

Accélération de la croissance dans la seconde moitié de 2005

Perspectives économiques et financières globales 2005Les experts du Credit Suisse anticipent que les investisseurs se positionneront en fonction d'un scénario de croissance positif durant le premier trimestre 2005. Ceci devrait donner de l'élan aux marchés d'actions ainsi qu'au dollar US et exercer une pression baissière sur les marchés obligataires. Les craintes inflationnistes et l'anticipation d'une hausse des taux directeurs américains devraient se renforcer au deuxième trimestre. C'est pourquoi les investisseurs devraient favoriser à moyen terme les segments les moins risqués de chaque catégorie d'actifs. Dans le domaine pharmaceutique, les nouvelles thérapies contre le cancer pourraient selon les experts représenter la vague d'innovation la plus importante de la décennie en cours.

La croissance économique mondiale ralentit depuis début 2004. Les facteurs les plus importants sont la hausse des prix du pétrole, la diminution du stimulus résultant des baisses d'impôts aux USA, un léger ralentissement d'une conjoncture chinoise en phase de surchauffe ainsi que les premiers effets des hausse de taux d'intérêts des banques centrales dans les pays anglo-saxons. Les statistiques les plus récentes indiquent cependant que la croissance devrait à nouveau s'accélérer durant la seconde moitié de l'année en cours. Les experts du Credit Suisse anticipent par conséquent que les investisseurs se positionneront en fonction d'un scénario de croissance positif durant le premier trimestre.

Taux de changes: le dollar US ne devrait pas baisser en-dessous des niveaux plancher récemment atteints
En ce qui concerne les changes, les analystes escomptent une poursuite du rétablissement du dollar au premier trimestre 2005, dans la mesure où les marchés n'anticipent que graduellement un durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale US. Notre objectif de cours se situe à 1.25 autant pour l'euro que pour le franc suisse. Ce redressement devrait prendre fin au deuxième trimestre et le dollar s'affaiblir à nouveau. Il reste cependant peu probable qu'il chute cette année en dessous des niveaux planchers enregistrés ces dernières semaines (environ 1.13 contre le franc suisse et 1.36 contre l'euro).

Nette hausse des taux aux USA - Relèvement des taux en Suisse pas avant la pause estivale
La Fed devrait cette année durcir sa politique monétaire de manière plus énergique qu'attendu. En particulier sur un horizon à douze mois il est probable que les hausses de taux déjà anticipées par le marché seront insuffisantes. Les experts du Credit Suisse ont par conséquent augmenté leurs prévisions pour le taux Libor de 30 points de base. A fin 2005, les taux directeurs US devraient avoir atteint un niveau de 4%.

Dans l'attente d'un ralentissement conjoncturel dans la première moitié de 2005, la Banque Nationale Suisse (BNS) a signalé que sa politique monétaire serait dominée par la nécessité d'éviter une appréciation rapide du franc par rapport à l'euro. La BNS devrait conserver une attitude prudente, mais viser un objectif de 1.3% pour le taux Libor à trois mois d'ici début 2006. Les taux du marché des capitaux suisse devraient légèrement se dissocier de la hausse des taux américains.

2005: Un tournant pour le marché obligataire?
En ce début 2005, les experts du Credit Suisse tablent sur une légère hausse des taux longs. Ils estiment que les marchés obligataires se concentreront plus sur les indicateurs économiques avancés, qui sont positifs, que sur les statistiques conjoncturelles actuelles comme la croissance du PIB qui est faible. Les taux d'intérêt à long terme devraient augmenter par la suite plus fortement lorsque l'expansion attendue deviendra plus visible. La forte demande de papiers à rendement fixe aux USA par rapport à l'offre devrait néanmoins garantir que cette hausse sera plus modérée que dans la partie courte de la courbe des taux. En raison de la hausse des taux des banques centrales et d'écarts de rendement faibles, les emprunts d'entreprises devraient cette année offrir des rendements légèrement inférieurs à ceux des emprunts d'Etat.

Marchés d'actions: potentiel haussier modéré
Aussi longtemps que les rendements obligataires n'augment pas trop fortement et que la Fed ne resserre pas sa politique monétaire de manière trop drastique, les stratèges de marchés d'actions du Credit Suisse escomptent une poursuite de la hausse au premier et peut-être au deuxième trimestre 2005. L'Europe et le Japon offrent le plus fort potentiel haussier. Les marchés d'actions devraient atteindre un plafond au printemps 2005. La correction qui suivra pourrait se prolonger jusqu'à troisième trimestre.

Les analystes recommandent une série de thèmes d'investissement pour les marchés d'actions. Une possibilité constitue l'achat d'actions qui affichent de bons dividendes susceptibles de profiter dans le courant de l'année d'une augmentation du taux de distribution des bénéfices (par exemple une sélection d'assurances européennes). Une autre possibilité consiste à surpondérer les titres à forte capitalisation par rapport aux capitalisations moyennes et faibles et à surpondérer les valeurs de croissance (growth) par rapport aux valeurs de substances (value). Certains thèmes à long terme semblent aussi intéressants, comme l'émergence potentielle de leaders de produits de marque en Chine ou des thèmes spéciaux comme les énergies alternatives.

Valeurs pharmaceutiques: nouveaux espoirs grâce à des thérapies prometteuses contre le cancer
La guérison de cancers appartient encore à un avenir lointain, mais les thérapies les plus récentes font des progrès. Les entreprises pharmaceutiques concernées devraient en bénéficier fortement. L'introduction de nouvelles thérapies contre le cancer pourrait représenter la vague d'innovation la plus importante de cette décennie pour la branche pharmaceutique. Les prévisions de chiffre d'affaires sont de l'avis des experts du Credit Suisse encore conservatrices. De plus, les marchés financiers ont déjà eu par le passé tendance à sous-estimer le potentiel de chiffre d'affaires de nouveaux médicaments.